• 1Q84, Haruki MURAKAMI

     1Q84, Haruki MURAKAMIAu Japon, en 1984.C'est l'histoire de deux mondes, celui réel de 1984 et un monde parallèle tout aussi vivant, celui de 1Q84. Deux mondes imbriqués dans lesquels évoluent, en alternance, Aomamé et Tengo, 29 ans tous deux, qui ont fréquenté la même école lorsqu'ils avaient dix ans. A l'époque, les autres enfants se moquaient d'Aomamé à cause de son prénom, « Haricot de soja », et de l'appartenance de ses parents à la nouvelle religion des Témoins. Un jour, Tengo l'a défendue et Aomamé lui a serré la main. Un pacte secret conclu entre deux enfants, le signe d'un amour pur dont ils auront toujours la nostalgie. En 1984, chacun mène sa vie, ses amours, ses activités. Tueuse professionnelle, Aomamé se croit investie d'une mission : exécuter les hommes qui ont fait violence aux femmes. Aomamé a aussi une particularité : la faculté innée de retenir quantité de faits, d'événements, de dates en rapport avec l'Histoire.

    Tengo est un génie des maths, apprenti-écrivain et nègre pour un éditeur qui lui demande de réécrire l'autobiographie d'une jeune fille échappé ç la secte des Précurseurs. Il est aussi régulièrement pris de malaises lors desquels il revoit une scène dont il a été témoin à l'âge d'un an et demi.

    Les deux jeunes gens sont destinés à se retrouver mais où ? Quand ? En 1984 ? Dans 1Q84 ? Dans cette vie ? Dans la mort ?


    Mon avis :

     

    Ce roman, prêté par Cajou, est un best-seller au Japon et probablement en Europe aussi. J’ignore si tous les lecteurs ont aimé mais de nombreux blogueurs sont enthousiastes. Je ne partage hélas pas cet engouement. Après la moitié, j’ai passé de longs passages descriptifs, lassée d’abord par la cruauté et la crudité, par les métaphores à répétitions et les digressions ensuite.

    Dans ce récit fantastique, Murakami nous tricote une histoire passant du rêve à la réalité, du merveilleux à l’horreur, nous contant en alternance l’histoire d’Aomané et celle de Tengo.

     

    Ces êtres qui se rencontrent dans l’ultra moderne solitude pourraient avoir quelque chose d’émouvant. Mais le monde hyper violent de Murakami, sur fond de secte offrant à son gourou des fillettes en sacrifice sexuel, c’était trop pour moi. Le début est alléchant bien que cela démarre lentement et la scène de l’autoroute intéressante. Mais les répétitions sont légion, le style trop travaillé et les créatures fantastiques peu à mon goût. La tâche que mène Aonamé comme si elle était prédestinée, ne m’a pas convaincue non plus… et c’est loooong…

    Le monde parallèle que se crée Aonamé, 1Q84, où brillent deux lunes et règnent d’étranges lutins, m’a laissée indifférente. Quant aux thèmes (solitude, violence faite aux femmes, soumission…) ils n’ont rien de neuf. Bref, je ne suis pas entrée dans cette histoire (cette introduction devrais-je dire). Peut-être ne l’ai-je pas comprise. Toujours est-il que je m’en tiendrai là. 1500 pages c’est beaucoup trop quand on n’accroche pas.

      

    D'autres avis ici : Cajou - Clara les mots - Melo -

      

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Août 2012 à 07:58

    De mon côté, j'ai beacoup aimé la trilogie (même si le dernier volume est un rien décevant). L'univers que crée l'auteur est, il me semble, assez original. À côté de la douce étrangeté, il y a aussi une angoisse sourde qui monte et que je trouve assez intéressante. Si tu veux découvrir un Murakami plus "réaliste", il y a "Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil".

     

    2
    Lundi 6 Août 2012 à 08:59

    Merci, je pense effectivement lire autre chose pour ne pas rester sur une mauvaise impression. Je ne suis pas du tout entrée dans l'histoire.

    3
    Lundi 6 Août 2012 à 15:38
    Contesdefaits

    Oh tu me rassures ! Enfin un autre billet moins enthousiaste sur ce premier tome ! J'avais dit que je lirais la suite pour pouvoir me faire une opinion globale mais comme tu le dis, ça fait long quand on n'accroche pas à l'histoire...

    4
    Lundi 6 Août 2012 à 20:01

    S'il est vrai qu'on le rencontre beaucoup, je ne pense pas que tout le monde ait aimé. Il me semble avoir déjà lu des avis négatifs au sujet de ce bouquin long, trop long!

    Bonne soirée.

    5
    Lundi 6 Août 2012 à 20:22

    Je sais que Cajou n'a pas aimé et Cynthia. Mais je n'ai pas lu d'autres avis négatifs sur les blogs. Au point que je me demande si certains disent vraiment ce qu'ils pensent. Parce que, quand même, c'est une écriture et un récit très particuliers ! Mais sur Babelio, si 114 personnes ont commenté le 1, seul la moitié a commenté le 2. Un signe ?

    6
    paikanne
    Mardi 7 Août 2012 à 10:25

    Je dois avouer qu'après avoir lu le billet de Cajou, je soupçonnais que ce livre n'était pas pour moi. Ton avis renforce ce sentiment ;-)

    7
    Jacqueline H
    Mercredi 8 Août 2012 à 18:06

    Tout comme Paikanne ..... :-))) Je ne tenterai pas ....

    8
    Samedi 11 Août 2012 à 19:09

    Moi aussi, je dis comme Paikanne ! j'ai l'impression que tout le monde porte Murakami aux nues, mais je suis instinctivement rétive...

    9
    Dimanche 12 Août 2012 à 08:54
    Alex-Mot-à-Mots

    Reçu en audiolivre. Je m'attends à un univers étrange.

    10
    chrislamb
    Dimanche 12 Août 2012 à 14:06

    J'ai essayé Kawabata, Inoue et Yoshimoto. Bof. Je ne suis pas fait pour cette littérature. Trop loin de ma culture et de moi. Mais je crois qu'il y a un vrai snobisme littéraire à dire "j'ai adoré Murakami".

    11
    Cajou
    Dimanche 19 Août 2012 à 20:17

    Mouhahahahah Murakami, j'ai tellement haï ces heures de lecture que je me rappelle super rpécisément de l'histoire, elle encombre mon cerveau !!

    Je suis + que RAVIE de voir que tu partages mon ressenti négatif sur ce roman ^^ Prête le à Jacqueline ou à Paikanne si tu les croises, histoire qu'elles se régalent aussi un peu de cette plume tellement encensée :D :D :D

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :