• Celle qui savait tout, Ruth RENDELL

    Celle qui savait tout, Ruth RENDELLEn juin 1944, pendant les alertes aériennes, un groupe d'enfants découvre, dans les vertes prairies d'une banlieue proche de Londres, un réseau de tunnels souterrains. Durant tout l'été, ces tunnels deviennent leur refuge secret. Soixante-dix ans après, ce même quartier est recouvert par des constructions modernes. Des ouvriers du bâtiment font une découverte macabre dans les fondations d'une des maisons : une boîte à biscuits contenant deux mains, celles d'un homme et d'une femme. Ces restes d'un acte barbare font se réunir les enfants d'autrefois désormais âgés, et vont changer leurs existences à jamais.

    Mon avis :

    Quand Ruth Rendell est décédée, je me suis rendu compte que je n’avais jamais rien lu d’elle. Aussi quand j’ai découvert sur Masse Critique, son dernier roman, l’ultime paru de son vivant, j’en ai profité.

    Il m’est difficile de cerner l’auteur avec ce récit. Je m’attendais à un roman policier mais dès les premières pages, on sait tout du meurtrier, des victimes et du mobile. Pas de suspense non plus si ce n’est celui de savoir quand et par qui la vérité éclatera.

    Ruth Rendell nous propose plutôt la photographie d’une époque révolue dont elle cherche à percer les mystères à travers les portraits croisés d’enfants jadis amis et maintenant entrés dans le Troisième Age. Ce faisant, elle s’interroge sur le temps qui passe, la mémoire, la famille, l’amitié et sur les conséquences que peuvent avoir les actes posés, sur soi ainsi que sur l’entourage.

    Dès la découverte de la boite, les protagonistes vont se retrouver à l’initiative de l’un d’entre eux. Il veut comprendre, il veut savoir ce dont chacun se souvient, c’est pour lui une manière de replonger dans le passé, à une époque heureuse et insouciante.
    On comprend rapidement que l’enfance n’a pas été une période sereine pour tous. De même, leurs relations étaient plus complexes qu’il n’y parait au premier abord. Au fil des pages, on découvre les personnages, leurs rêves d’enfant, leurs aspirations, leurs secrets et l’adulte qu’ils sont devenus. Tout cela est dévoilé par petites touches nous permettant de comprendre la psychologie de chacun et les liens qui les ont unis et parfois les lient encore.

    Dans toute vie, il y a des réussites et des échecs ; certains ont rebondi d’autres pas. Certains ont réussi, d’autres non. Et les souvenirs qui remontent à la surface vont parfois raviver des blessures mal cicatrisées.

    J’ai trouvé l’analyse psychologique des personnages aboutie et pertinente. De même, les relations humaines, les convenances, les us et coutumes de ce milieu sont très bien rendus. L’action, quant à elle, est quasi inexistante. Là n’était pas le propos. Par contre, je n’ai pas aimé le style de l’auteur (est-ce un souci de traduction ?) et cela a pour beaucoup gâché mon plaisir. Au final, ce livre m’a laissé sur une impression d’inachevé et en le refermant j’ai pensé : « Tout ça pour ça ? »

    Une lecture agréable, que je remercie Babelio et les éditions Entre deux terres de m’avoir fait parvenir, mais qui ne restera pas impérissable. Pour découvrir réellement l’auteur, il faudra que je me fasse conseiller d’autres romans.

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Février 2016 à 17:17
    Anne (desmotsetdesno

    Jamais lu cette romancière non plus.

    2
    Mardi 23 Février 2016 à 21:14

    Je la connais bien de nom, mais je n'ai jamais rien lu d'elle non plus.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :