• Chère Madame ma grand-mère, Elisabeth BRAMI

    Chère Madame ma grand-mère, Elisabeth BRAMI« Vous ne me connaissez pas mais j’ai décidé de vous écrire quand même. »

    Je m’appelle Olivia et j’ai douze ans et demi. J’ai trouvé votre nom en fouillant dans les papiers de ma mère. Je sais, ce n’est pas bien, mais est-ce que c’est bien de cacher la vérité aux enfants, de garder des secrets ?

     

    Mon avis :

     

    Publié en 2008, ce roman a été republié en 2020 par les éditions Nathan, dans la collection Dyscool. Cette version adaptée du best seller d’Elisabeth Brami est conçue par une équipe d’orthophonistes pour permettre aux élèves en difficulté de jouir de la lecture comme les autres.

    Olivia, 12 ans, habite seule avec sa mère. Elle ne sait pas grand-chose de sa naissance et de son père et ce secret de famille lui pèse. Elle décide d’entamer une correspondance avec Madame barrois, dont elle a trouvé le nom en fouillant dans les affaires de sa mère. Peut-être en sait-elle plus sur son père ?

     

    Ce récit de 90 pages, écrit en grands caractères et avec un interligne double, permet vraiment de déchiffrer facilement les phrases et de comprendre leur sens. Des sons complexes ou pouvant être confondus sont écrits en bleu et non en noir et le vocabulaire moins courant est expliqué en bas de page. Tout concoure à faciliter la lecture et la compréhension.

     

    J’ai bien aimé cette histoire sensible et touchante. Elisabeth Brami a trouvé les mots justes pour transmettre les émotions qui naissent de cet échange épistolaire. On perçoit la souffrance d’Olivia à la suite des zones d’ombre de son histoire personnelle et l’agacement de l’adulte qui lui répond de mauvaise grâce.

    En peu de pages, ce roman épistolaire aborde les secrets de famille, la recherche de ses origines et les relations intergénérationnelles. Agrémenté d’illustrations noir et blanc de Carole Gourrat, le texte est mis en valeur par ces dessins qui complètent parfaitement les émotions ressenties par les deux protagonistes

    Ce court récit permet donc des exploitations diverses en classe : thèmes, genre, analyse du rapport texte-dessins, évolution de l’attitude des personnages… et même d’imaginer d’autres lettres, une suite ou une fin à ce récit.

     

    Un sympathique récit à lire dès 10 ans.

     

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Janvier à 10:20
    eimelle

    j'aime beaucoup ce que fait E. Brami!

      • Dimanche 17 Janvier à 19:09

        Oui moi aussi yes

    2
    Mercredi 20 Janvier à 12:06
    gambadou

    J'ai beaucoup aimé ce livre

      • Dimanche 24 Janvier à 00:41

        Moi aussi. Tendre et beau.

    3
    Samedi 23 Janvier à 22:38
    krol

    Les textes d'Elisabeth Brami sont souvent d'une grande sensibilité.

      • Dimanche 24 Janvier à 00:43

        Je n'ai lu que celui-ci et "Moi j'adore maman aussi" mais j'en lirai d'autres.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :