• Communion mortelle, Frank TALLIS

    Communion mortelle, Frank TALLISAlors qu'en ce début de XXe siècle une série de crimes endeuille la ville de Vienne, l'inspecteur Oskar Rheinhardt et son ami, le psychiatre Max Liebermann, se lancent à la poursuite d'un insaisissable psychopathe dont l'arme favorite est... une épingle à chapeau. S'agirait-il du fameux complexe d'Oedipe, que Freud vient de mettre au jour ? Mais Liebermann doit également traiter ses propres patients, dont un homme obsédé par son doppelgänger, un double inquiétant... Traumatisme ? Hallucination ? Quand de nouveaux meurtres remettent en cause ses déductions, l'affaire prend dès lors une tournure très obscure.

     

    Mon avis :

     

    Un peu déroutant par sa construction, ce roman nous fait suivre trois voies parallèles. Il y a tout d’abord le récit des troubles dont souffre un patient du docteur Liebermann. Ensuite, l’affaire des meurtres en série, commis sur de jeunes et misérables jeunes femmes. Puis la confession écrite du meurtrier dont les passages émaillent le récit à proprement parler. Il faut quelques chapitres pour s’habituer ensuite, on prend goût à ce thriller bien bâti, aux personnages attachants et à l’écriture rigoureuse. Vocabulaire choisi, détails historiques, géographiques, lyriques ou culinaires apportent à l’histoire un petit plus plaisant. On vit littéralement dans le Vienne du début du 20e siècle.

    Le milieu de la mode est aussi concerné par ces affaires et on a droit à un cours d’histoire sur les chapeaux, les robes à corset, la Sécession et tout ce qui a fait la joie de nos grands-mères.

    C’est dans ce Vienne de l’avant-guerre qu’opèrent l’inspecteur Reinhardt et son ami le psychiatre Liebermann. Ce duo collabore de manière très complémentaire rendant l’intrigue passionnante à suivre. Ou plutôt devrais-je dire les intrigues car subtilement d’autres affaires viennent se greffer à l’enquête criminelle de départ.

     

    C’est chez Alex, du blog mot-à-mots, que j’ai découvert cet auteur, psychologue spécialiste des troubles obsessionnels, et je suis sous le charme. Nul doute que je me procurerai les romans précédents mettant en scène Max Liebermann. J’ai en effet pris plaisir à lire ce thriller psychanalytique, mettant en scène un meurtrier sous l’emprise du complexe d’Œdipe.

      

      

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 30 Octobre 2011 à 10:30
    Hélène Choco

    J'avais très envie de le lire, tu me confortes dans mon choix. Petite inquiétude : est-ce bien écrit? j'ai commencé à en lire un dans le même genre et j'ai laissé tomber au bout de 20 pages car c'était horriblement mal écrit...

    2
    Dimanche 30 Octobre 2011 à 11:03

    Non, c'est bien traduit. Le style est assez agréable, rassure-toi.

    3
    Depocheenpoche
    Jeudi 3 Novembre 2011 à 15:07
    Depocheenpoche

    J'ai trois livres de cet auteur dans ma PAL, "Petite musique de la mort", "Du sang sur Vienne" et "La justice de l'insconscient" mais je ne me suis pas encore lancée dans la lecture  d'au moins un des trois!! Ton article va peut-être me donner envie de me lancer dans la conquête de cet écrivain...

    4
    Vendredi 4 Novembre 2011 à 09:32
    Alex-Mot-à-Mots

    Ravie que ce roman t'es plu également. Je ne pense pas en lire d'autres de cet auteur tout de suite, mais c'est un écrivain que je continuerai à lire, c'est sûre.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :