• Dans le cadre du challenge « Des notes et des mots »…

    L’Orchestre à la portée des enfants présente...

      

     

    PIRATES DES CARAIBES

      

    Hier, j’ai assisté avec mon fils au dernier spectacle de la saison de l’Orchestre Philarmonique de Liège. Pour l’occasion, « L’Orchestre à la portée des enfants » proposait une croisière à la découverte d’un trésor, celui des Pirates des Caraïbes.

    Fendant les flots de mers inconnues avec à sa tête le truculent Bruno Coppens, l’Orchestre Philarmonique de Liège a embarqué la salle à la découverte de la musique de la célèbre saga !

    La musique de Badelt et Zimmer était interprétée par l’Orchestre sous la direction de Pieter-Jelle de Boer, accompagné à l’accordéon par Joachim Lonneux, aussi mousse du bateau.

     

    Le quartier maître Jack (Bruno Coppens) entre en scène pour planter le décor. Nous partons à la découverte de la légende du capitaine Balthazar et de sa muse Musica à bord du bateau l’Harmonia. Mais où diable est passé l’équipage ?

     

    Arrivent alors les musiciens des quatre coins de la salle dans un brouhaha de rires, de bousculade et de jurons. Habillés en marins et pirates, ils prennent place dans un joyeux désordre. Le chef d’orchestre, pardon le capitaine, fait soudain son entrée et le silence s’installe. Drapé dans une cape noire brodée d’une tête de mort, un cache œil sur l’œil droit, il s’avance en trainant la jambe. Le ton est donné. Les enfants sont conquis.

    Le quartier maître conte alors la légende…

     

    Les cordes et les flutes ouvrent le bal. Le mouvement est lent, léger, l’Harmonia prend la mer. On entend le vent, les vagues, on devine presque le soleil qui brille. Puis les trombones s’accouplent aux violons. Les marins s’activent sur le pont, le mousse et le quartier hissent les voiles. C’est l’effervescence. (He’s a pirate)

    Le calme revient, les cordes vibrent dans un souffle, les cors murmurent le quartier maître raconte la rencontre du capitaine et de Musica. L’amour et la tendresse ont envahi la salle. (One day)

    Staccato, cordes pincées bientôt rejointes par l’ensemble des cuivres et la bateau affronte le grand large. (Jack Sparrow)

    La nuit tombe, la salle est plongée dans le noir. Certains ronflent, les violons crissent, les flutes grincent, on entend le vent dans les voiles et les craquements du pont. C’est magique…

    Le soleil se lève, les lumières se rallument peu à peu et pour entamer cette belle journée qui commence, on entame une gigue endiablée. Les enfants frappent dans les mains, les marins se lèvent et dansent bras dessus, bras dessous. On s’y croirait.

     

    Je ne vais pas détailler l’entièreté du spectacle mais nous avons passé une heure magique, emportés par le grand large au son des pirates. Les petits enfants s’attachent à l’histoire, aux scènes mimées… mais les plus grands se fascinent aussi pour la musique. Mon petit voisin s’extasiait de voir tous les archets des violons bouger au même rythme dans une parfaite harmonie. Mon fils, lui, n’avait d’yeux que pour les cuivres. Il est vrai qu’il joue du saxophone.

    L’Orchestre à la portée des enfants est à voir au moins une fois (un adulte maximum par enfant et pas d’adulte non accompagné). On est loin de l'ambiance guindée et de froide du Concours Reine Elisabeth. Ici, les musiciens s’amusent et le montrent. Un vrai bonheur !

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 25 Juin 2011 à 18:27

    Ca devait être sympa en effet ! (Mais bon quand même, en tant qu'adulte, je trouve un côté magique aussi au Concours Reine Elisabeth, j'adore !!)

    2
    argali Profil de argali
    Dimanche 26 Juin 2011 à 10:15

    Le Concours Reine Elisabeth, musicalement, c'est exceptionnel de qualité et je regarde pour ça. Mais ça ne respire pas la fantaisie... Mais ce sont les mêmes musiciens à BXL qui participent aux deux événements.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :