• Défense légitime, Véronique SOUSSET

    Défense légitime, Véronique SOUSSETDirectrice d’établissement pénitentiaire, Véronique Sousset choisit en 2008 de passer « des barreaux au barreau » en devenant avocat, pendant quatre ans. Durant cet intervalle, elle est commise d’office dans une affaire terrible qui peut faire vaciller toute foi en l’homme : elle accepte la défense d’un père meurtrier de son enfant. Elle va alors éprouver le sens de son engagement. Comment se confronter à la part la plus sombre de l’humain ? Un homme se réduit-il à son acte aussi effroyable soit-il ?

    Mon avis :

    Comment se faire l’avocate du diable ?

    C’est au Boulevard du Polar que j’ai rencontré Véronique Sousset. Elle m’a présenté son livre comme un témoignage basé sur une histoire vraie. Une histoire vécue et qui l’a bouleversée. Et plus je l’écoutais parler plus cela me rappelait un roman lu en 2015. Son récit « Défense légitime » parle, en effet, de la même affaire que celle qui a inspiré Alexandre Seurat dans « La Maladroite », récit bouleversant que j’avais beaucoup aimé.

    Véronique Sousset a défendu un père tortionnaire de sa fillette de 8 ans. Elle nous présente d’abord le dossier, sans fioriture : date, lieu, description, autopsie, photos et témoignages de l’entourage. Elle tente de laisser de côté ses émotions pour s’en tenir aux faits.
    Elle parle ensuite de son client qu’elle se refuse à voir comme un monstre mais pour lequel elle n’a aucune compassion, aucune sympathie. Elle va devoir lutter contre sa répulsion et établir peu à peu un contact professionnel et chercher en lui une once d’humanité.
    Puis viendront le regard des collègues, de la presse, les commentaires, la reconstitution (si difficile à supporter tant les faits sont horribles)... Et au bout du bout, les assises.

    Commise d’office pour défendre ce père infanticide, Véronique Sousset nous plonge au cœur de l’horreur avec dignité et retenue. Son récit est servi par une écriture précise et fluide car elle manie les mots avec intelligence et finesse. Il s’insinue en nous, touche et fait réfléchir.

    Une question sous-tend tout son témoignage : « Pourquoi défendre un monstre ? » A travers ce récit, elle formule peu à peu une réponse : et si défendre n’était pas excuser ou trouver des circonstances atténuantes mais expliquer, donner du sens pour juger en connaissance de cause ?

    L’auteur nous raconte l’instruction et le procès et parvient à insuffler un peu d’humanité à ce récit insoutenable. Une lecture intense qui nous incite à ne pas oublier « La foi qu’on doit garder en l’homme ».

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 5 Juillet à 20:26

    Ce livre m'intéresse. Je n'ai jamais rien lu sur ce thème...

    Bonne fin de semaine. 

    2
    Jacqueline
    Mercredi 5 Juillet à 21:51
    J'ai entendu parler de ce livre et j'ai lu «La maladroite». Ton billet me donne envie de découvrir ce témoignage.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :