• Dis-moi si tu souris, Eric LINDSTROM

    Dis-moi si tu souris, Eric LINDSTROM« Je suis Parker, j’ai 16 ans et je suis aveugle. »
    « Bon j'y vois rien, mais remettez-vous : je suis pareille que vous, juste plus intelligente. D'ailleurs j'ai établi Les Règles :
    - Ne me touchez pas sans me prévenir ;
    - Ne me traitez pas comme si j'étais idiote ;
    - Ne me parlez pas super fort (je ne suis pas sourde) ;
    - Et ne cherchez JAMAIS à me duper.
    Depuis la trahison de Scott, mon meilleur pote et petit ami, j'en ai même rajouté une dernière. Alors, quand il débarque à nouveau dans ma vie, tout est chamboulé. Parce que la dernière règle est claire : Il n’y a AUCUNE seconde chance. La trahison est impardonnable. »

    Mon avis :

    Parker Grant est une jeune fille comme les autres, si ce n’est sa cécité. Elle a perdu la vue à 7 ans, suite à un accident qui a couté la vie à sa mère et vit avec son père. Quand celui-ci décède, sa tante vient habiter chez elle avec sa famille. Il va falloir s’habituer à tous ces changements et gérer sa peine. Elle se réfugie dans la course à pied, qu’elle pratique régulièrement et sera remarquée par le professeur d’athlétisme qui lui proposera d’entrer dans son équipe.

    Parker a la faculté de voir clair dans l’attitude des autres. Afin de ne pas être traitée différemment, elle a inventé des règles et les impose à son entourage. Pas question de se couper des autres ni d’accepter leur pitié. Elle veut être appréciée (ou non) pour ce qu’elle est et non à cause de son handicap, tout en vivant comme n’importe quelle adolescente.
    Quand Scott, son ex petit ami, réapparaît soudainement après des années d'absence, elle sait qu'il n'y a qu'une seule chose à faire : l'éviter à tout prix. Pas question de pardonner l’impardonnable.

    Ce roman dynamique et sans temps mort se lit avec plaisir. D’un bout à l’autre, on traverse avec l’héroïne divers sentiments, parfois douloureux mais sans jamais tomber dans le pessimisme ou le mélodrame.

    Un récit vivifiant que l’humour piquant de Parker rend optimiste malgré des passages émouvants ou sombres. On y parle bien sûr de la cécité et de ses difficultés mais aussi de la vie des ados d’aujourd’hui avec leurs petits et grands soucis, leurs sentiments à fleur de peau, leurs rêves... et chacun pourra y trouver des points communs avec sa propre vie.
    Un récit qui plaira à coup sûr aux adolescents.

    Merci aux Editions Nathan pour cet envoi

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 27 Décembre 2016 à 02:11

    Mignon! Ce qui m'intrigue, c'est comment l'auteur a réussi à raconter cette histoire sans le repère habituel qu'on s'attend d'un narrateur : sa vision. 

      • Mardi 27 Décembre 2016 à 19:07

        Il faudra le lire wink2

    2
    Mardi 27 Décembre 2016 à 16:50
    Laura

    Je n'attendais pas grand chose de ce roman mais je l'ai adoré ! Il est d'une grande fraîcheur, très différent des romans de lycées qu'on a l'habitude de lire !

      • Mardi 27 Décembre 2016 à 19:07

        Je partage ton avis. Pareil pour moi.

    3
    Mardi 27 Décembre 2016 à 20:09

    Un livre qui me plairait sans doute...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :