• Foire du Livre de Bruxelles

    Demain s'ouvre à Tour et Taxis, la 41e Foire du Livre de Bruxelles.

    Sans doute cette institution n’a-t-elle jamais si bien porté son titre. Au fond, qu’est-ce qu’une foire ? Si au Moyen Age, il s’agissait d’un grand marché public ayant lieu à date fixe, aujourd’hui, on parlerait plutôt de manifestation commerciale. N’appelle-t-on pas aussi « foire » un grand désordre ?

    Nous y voilà donc.

     

    Dans un lieu immense où l’intimité a été spoliée au profit d’un tourisme pseudo culturel de masse, des exposants étalent à l’envi les ouvrages qui sont ou devront être les best seller de l’année. Qu’ont-ils de « best » ? Chacun jugera. Ils auront, en tout cas, eu la chance d’être entourés d’un marketing imparable, d’une couverture médiatique implacable voire d’un pseudo prix littéraire qui aura attiré sur eux les sunlights.

    Ne vous fiez pas aux chants des sirènes, la Foire du Livre n’est rien d’autre qu’un attrape-gogo. Il y fait trop chaud - ou froid selon les années et les jours – les allées sont bondées, le personnel surmené et peu aimable et les prix identiques à ceux de votre librairie habituelle où vous auriez eu, en prime, le sourire du libraire, le conseil espéré et l’au-revoir de la caissière. Et je ne parle pas de l’écot qui vous sera réclamé pour pénétrer dans le saint des saints !

     

    A grands coups de pubs, on vous annonce que tous les grands noms de la littérature y seront, (et les petits ? Il m’intéresse aussi moi, les petits !) que ce sera l’unique occasion de rencontrer en chair et en os les hommes et les femmes qui nourrissent notre savoir et nos loisirs,  (rencontre de loin, le temps d'un débat ou celui d'une signature attendue des heures) et que cette année, la Foire fait la part belle aux femmes. (Il était temps !)

     

    Vous l’aurez compris, il y a peu de chance que l’on m’y croise. Pour la 4e année, je boycotterai sûrement. A moins qu'un lutin malin ne vienne glisser des entrées dans ma boite aux lettres. 

    Je n’aime pas cette ambiance de marketing forcené, je n’aime pas le lieu anonyme et froid, je n’aime pas cette impression qu’on me donne que je dois y être et que je dois aimer puisque je suis lectrice, je n’aime pas le changement de jours qui fait qu’il n’y a plus de mercredi dans ce rendez-vous et je déplore que les enseignants ne puissent plus bénéficier de réduction.

    J'attendrai que ma librairie organise une rencontre avec un écrivain. Je sais qu’on y sera bien, qu’on pourra se parler, s’écouter, se rencontrer vraiment et que le souvenir en sera impérissable !

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Eva Koln
    Mercredi 16 Février 2011 à 15:12

    Je partage assez ton avis. Je n'aime pas non plus ce que ce rendez-vous est devenu. A voir, la BD "Salmigondis" du Soir Mag qui en parle aussi.

    2
    Jeudi 17 Février 2011 à 05:52

    Je vais bientôt sortir un livre aux éditions Chloé des lys. Impossible pour une petite maison d'éditions de s'installer à la foire de Bruxelles : l'emplacement est bien trop cher et donc réservé à ceux qui en ont les moyens. C'est faire un tri dans la littérature et certainement pas de la bonne façon.

    Passe une bonne journée.

    3
    narcisseN
    Vendredi 18 Février 2011 à 14:04

    Je me rends à FLB parce que j'ai des entrées gratuites. Sinon, je n'irai pas. Le +, c'est de trouver des centaines d'ouvrages de tous styles en un même endroit. Je fouine, je fouille, je farfouille, je prends des notes... Je n'achète pas. J'ai 10% chez mon libraire, je suis fidèle. J'aime aussi aller vers les auteurs qui ne reçoivent pas ou peu de visites, les inconnus, les non médiatisés. Je leur dois mes plus belles rencontres.


    Le - , vous l'avez bien décrit : inhumanité, gigantisme, froideur des rapports, marketing forcené... Livre objet de bénéfice et non source de plaisir et de culture. Beurk !

    4
    elialec Profil de elialec
    Samedi 19 Février 2011 à 22:55

    Bonsoir ! J'y suis allée, lors de la nocturne. Peu d'auteurs présents si tard ou alors accaparés par les médias. Sur les petits stands, les gens s'ennuient et font peu l'article ; sur les grands, il y a un monde fou. Je n'ai rien acheté, j'ai juste pris des notes. Je regrette le déplacement ! L'infrastructure est à revoir aussi. Les wc au sous-sol, la brasserie bondée d'où on éjecte les gens dès qu'ils ont mangé pour libérer des tables...

    5
    Mercredi 23 Février 2011 à 20:09

    Je n'ai quand même pas été trop déçue ! De quelle région es-tu, quelle super librairie organise de belles rencontres dans ton coin ?

    6
    argali Profil de argali
    Jeudi 24 Février 2011 à 07:40

    Je suis de la Province de Liège et je me rends aux rencontres organisées par "L'oiseau Lire" à Visé. Deux ou trois par an, cela dépend.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :