• Guerre à la guerre, Bruno DOUCEY

    Guerre à la guerre, Bruno DOUCEYCette anthologie de poèmes engagés rassemble 46 poètes qui crient leur aversion de la guerre et leur goût de vivre.
    Rimbaud et la guerre contre la Prusse, Apollinaire et la guerre 14-18, Machado en Espagne, Aragon, Éluard, Desnos, Max Jacob, Charlotte Delbo, Primo Levi, Marianne Cohn lors de la Seconde Guerre mondiale, Boris Vian et Jean Sénac pendant la guerre d’Algérie, le Liban de Georges Schehadé, la Syrie de Maram al-Masri, l’Afrique du Sud d’Ingrid Jonker, le Cameroun de François Sengat-Kuo, sans oublier Hermann Hesse, Victor Jara, Yannis Ritsos, Nâzim Hikmet, Ronny Someck… Des poèmes du monde entier pour refuser l’horreur de la guerre et nourrir le pacifisme des jeunes.

    Mon avis :

    Les guerres sont des périodes effroyables, barbares, inhumaines où parfois l’homme ordinaire peut se transcender et réaliser des actes héroïques dont il ne se serait jamais jugé capable. C’est en cela qu’elles me passionnent et me poussent à lire des récits, de fiction ou non, sur ces périodes tourmentées. J’ai donc été de suite intéressée par cette anthologie proposée par Masse critique de Babelio.

    Elle reprend des poèmes du monde entier essentiellement empruntés aux littératures du XXe et XXIe siècle ponctués parfois de courts textes et de citations. L’auteur de cette anthologie a connu la guerre. Par les histoires racontées par ses grands parents, par celle que son père a faite en Algérie, par celles qu’il a vues dans les médias. Il compile donc les plus beaux textes pour tenter de convaincre les hommes de dire non à la guerre. Fragile espoir de voir le monde devenir meilleur.

    Les textes sont rassemblés par thèmes : « J’ai rendez-vous avec la mort », « Quand parlent les armes », « L’enfant qui voulait simplement jouer au soleil »... Et quelques pages blanches à la fin pour dire soi-même « guerre à la guerre ».
    J’ai beaucoup aimé les poèmes choisis ; j’en connaissais finalement peu (ceux d’Apollinaire, Vian, Desnos... les classiques) Mais l’intérêt ce sont tous les auteurs méconnus, oubliés et étrangers. Quelle vérité chez l’Algérienne, Anna Greki ou le Turc Nâzim Hikmet qui mettent en avant la souffrance des enfants.
    Le recueil se termine par quelques explications destinées aux plus jeunes (les poètes des tranchées, la guerre d’Espagne...) qui éclairent sur les circonstances dans lesquelles ces poèmes ont été écrits.

    Un très beau livre paru le 6 novembre en même temps qu’un deuxième sur la liberté. Le début d’une collection à suivre.

    Guerre à la guerre, Bruno DOUCEY16e

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 12 Novembre 2015 à 13:13
    Alex-Mot-à-Mots

    Il est toujours important de le dire, malheureusement.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :