• Hyde, Daniel LEVINE

    Hyde, Daniel LEVINEHyde est au pied du mur. Enfermé dans le cabinet chirurgical du docteur Jekyll, il compte les heures avant son inévitable arrestation. Quatre jours sécoulent, pendant lesquels il a enfin le temps de raconter son histoire. Venu à la vie grâce à détranges potions, Hyde ignore quand et combien de temps il aura le contrôle du « corps ». Lorsquil est en sommeil, il observe la vie de Jekyll dans la haute société, emprisonné dans son esprit. Bientôt, leur existence mutuelle est menacée, non seulement par les incertitudes de la science instable dont il est le fruit, mais aussi par un mystérieux harceleur qui obsède Hyde. Il se sent pris au piège. Des jeunes filles disparaissent, un meurtre est commis. Qui se cache dans lombre pour le surveiller ?
    Dans le brouill
    ard de cette conscience partagée, Hyde peut-il être sûr de ne pas être lauteur de ces crimes ? À travers cette réécriture virtuose de LÉtrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde raconté du point de vue de Hyde, Daniel Levine apporte un nouvel éclairage au classique incontournable de Stevenson.

    Mon avis :

    Mars 1886. Hyde attend la fin, mourant. Poole, le fidèle domestique de Jekyll lui apporte à manger chaque jour sans le voir. Il se dit qu’il finira bien par comprendre. Patientant, il tente de mettre de l’ordre dans ses souvenirs et raconte l’expérience telle qu’il l’a vécue. Ses souvenirs sont hachés, décousus (et difficilement compréhensibles pour qui n’aurait pas lu l’œuvre originale de Stevenson) mais ce qu’il met en avant c’est cette liberté d’être en laquelle il a cru.

    Dr Jekyll est un précurseur du psychiatre moderne et, on le sait, il fait sur lui-même l’expérience du dédoublement de personnalité. Ce qui est un peu perturbant ici, c’est que Hyde n’est pas présenté comme la partie sombre du Dr Jekyll. Il reste la création de l’éminent docteur mais Daniel Levine nous propose un Hyde personnage à part entière, que Jekyll manipule, agent confus des désirs secrets du médecin. Ce dernier a accès à ses pensées, il le télécommande de l’intérieur alors que lui doit sans cesse deviner ce que Jekyll attend de lui. Comme le jour où il reçoit 5000 livres sur son compte personnel. Qu’était-il censé en faire ? Il s’achète une maison et s’organise une vie sans être vraiment sûr qu’il fait bien. Mais il en a besoin pour se sentir libre et « se transformer en une vraie personne », « être un être humain légitime ». Il est Mr Edward Hyde de Ghyll Road.
    Hyde n’est pas non plus le mal absolu que l’on reconnait à sa difformité répugnante. Une fois vêtu correctement, il est un homme ordinaire. Il ne ressemble pas à l’être maléfique et sans remord décrit par Stevenson. Hyde m’a touchée et m’est apparu sympathique dans le début de ce récit. Lévine nous le rend même attachant et bonhomme. Cela ne durera pas. On sait qu’il commet des actes horribles. Mais en a-t-il vraiment le contrôle ? Les violents maux de têtes qu’il ressent sont-ils dus aux pensées que Jekyll insuffle en lui ou à autre chose ?

    Le récit de Lévine est dense et parfois obscure, confus comme les pensées d’un Hyde en fin de vie. Certains personnages apparus au début ne refont plus surface comme Mrs Deaker, la domestique, ou Verlaine. Je pense que Daniel Lévine, qui connait bien le récit de Stevenson, a voulu trop bien faire et son récit souffre de longueurs. (Notons que l’œuvre originale ne compte que 85 pages et celle-ci plus du triple) J’ai aussi trouvé le rythme lent et j’avoue qu’il met arrivé de sauter des paragraphes descriptifs de ce roman exigeant et complexe. Le choix de Lévine de garder le même style d’écriture que Stevenson pourrait maintenir certains à distance par son côté trop formel. Les descriptions sanglantes, à l’inverse, sont bien plus fortes et gores que dans le roman initial.
    Adroitement imaginé cependant, il mêle diverses réflexions sur l’origine du mal, le déséquilibre psychologique du Dr Jekyll, l’hypocrisie de la société, la liberté d’être qui on est... au récit fantastique de Stevenson. Ne vous attendez donc pas à lire un thriller, comme je m’y attendais au départ.

    Le travail qui sous-tend ce premier roman est remarquable mais je persiste à penser que l’auteur a voulu trop bien faire. Dommage.

    Merci à NetGalley et aux éditions Fayard pour cet envoi.

     

    Hyde, Daniel LEVINE8e

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :