• Jusqu'ici tout va bien, Gary D.SCHMIDT

    Jusqu'ici tout va bien, Gary D.SCHMIDT1968.
    Une petite, petite ville de l’Etat de New York. Un père sans repères, une mère sans remède.
    Deux grands frères, dont un avalé par la guerre du Vietnam.
    Pas assez d’argent à la maison. Trop de bagarres au collège.
    Des petits boulots pour se maintenir à flot. Une bibliothèque ouverte le samedi pour s’évader.
    Une idole accessible. Une collection d’oiseaux éparpillée à tous les vents.
    Des talents inexploités.
    Et une envie furieuse d’en découdre avec la vie. 

    Mon avis :

    Ce roman de Gary D. Schmidt a enchanté mes soirées d’après corrections de fin d’année. Ce roman jeunesse est une perle rare, tant par le sujet et son traitement que par le ton.

    On ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille. C’est probablement ce que Doug Swieteck se dit en ce début de roman. Il n’est pas ravi de quitter sa petite ville natale après le licenciement de son père ; ni de voir la tristesse de sa mère, sachant que son mari va retrouver à Marysville un copain qui l’entrainait toujours dans des plans foireux ou des virées au bar du coin. Doug a raison d’être méfiant. Marysville est une bourgade paumée où il n’y a rien à faire, où il fait trop chaud et où la maison trouvée par le copain de son père n’est rien d’autre qu’un trou à rat exigu.

    La guerre du Vietnam fait rage. Lucas, le frère ainé de Doug s’y trouve et les nouvelles sont assez laconiques. L’Homme s’apprête à marcher sur la Lune. Doug, lui, subit la violence paternelle et la bêtise cruelle de son frère Christopher. Etiqueté de « voyou » en raison de ses proches, il se retrouve mêlé à des bagarres au collège et est dans le collimateur de plusieurs enseignants. Bien décidé à ne pas ressembler à sa famille et encouragé par le beau (et rare) sourire de sa mère, Doug va chercher du travail et rencontrer deux personnes qui vont radicalement transformer sa vie. Lil’ d’abord, la fille déterminée de l’épicierie du coin où il trouvera un travail de livreur et Mr Powell, le bibliothécaire. C’est avec lui que Doug rencontrera pour la première fois, les œuvres du naturaliste Audubon : de magnifiques peintures d’oiseaux d’Amérique. D’étincelle en étincelle, il découvrira son humanité et des talents qu’il ne soupçonnait pas.

    Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas déflorer l’histoire mais le roman ne s’arrête pas là. La vie de Doug est bien plus foisonnante. Grâce à son caractère volontaire et sa réelle gentillesse, il va faire de surprenantes rencontres et vivre des moments d’une grande intensité.

    Ce roman rédigé dans une langue fluide et bourré d’humour dessine en mots choisis l’évolution du personnage principal. Il est aussi riche de nombreux thèmes sans que cela ne donne une impression trop touffue. Gary D. Schmidt parvient à nous emmener dans une large gamme d’émotions grâce à la spontanéité de Doug qui joue avec subtilité des non-dits et rend ainsi le lecteur complice. Il nous offre également une multitude de personnages hauts en couleurs à la psychologie particulièrement fouillée et superbement décrits.

    Je ne peux que vous conseiller vivement ce petit bijou passionnant et lumineux. Un roman initiatique, un récit de résilience qui vous donnera la pêche d’un bout à l’autre.

     

      

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Juin à 20:22

    Tu es très enthousiaste ! Je retiens le titre ! 

    Tu as encore le courage de lire après les corrections ! C'est terminé, je suppose. 

    Bonne dernière semaine avant la délivrance. 

      • Dimanche 24 Juin à 20:45
        Oui. Ouf. Plus que les délibérations.
    2
    Jeudi 5 Juillet à 18:07
    Alex-Mot-à-Mots

    Je le note pour mes ados.

      • Vendredi 6 Juillet à 11:04

        Début un peu lent puis on entre dedans avec plaisir.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :