• Kinderland, MAWIL

    Kinderland, MAWILBerlin-Est, 1989. À l'ombre du Mur, la bataille fait rage. Mirco le trouillard et Torsten le rebelle affrontent les brutes du collège dans un match de ping-pong épique. Smashant les balles comme s'il y allait de leur vie, ils ne voient pas que le monde qui les entoure s'apprête à s'écrouler.

    Mon avis :

    Voici un chouette roman graphique de 300 pages, plein d’humour.

    Mawil raconte l’Allemagne de l’Est de son enfance, de ses souvenirs, jusqu’à la chute du Mur. Mirco, 12 ans, vit heureux dans sa famille. Mais une fois dehors, il a peur de tout : un changement d’arrêt sur la ligne de bus, un retard à l’école, les grands qui le chahutent volontiers... Alors, il reste le nez plongé dans un bouquin, feignant d’ignorer le monde qui l’entoure. Mais il va croiser Torsten, un nouveau un peu rebelle, qui va le prendre sous son aile. Et puis, il y a le ping pong où Mirco apparait finalement assez doué.

    Je découvre Mawil et son univers avec cette BD qui nous plonge dans la RDA, juste avant la chute du Mur. Pour en parler, Mirco est le personnage idéal. Maladroit, chétif, trouillard, un parfait anti héros sympathique et émouvant auquel on s’attache au fil des pages. Un récit d’enfance, d’amitié, de cour de récréation, de rêves et de spontanéité où pointent par touches subtilement distillées la réalité du quotidien derrière le Mur. Il y a les Pionniers qui rassemblent les enfants chaque week-end, les départs de copains dont on ne peut pas parler, des objets de l’Ouest dans on rêve, des réflexions d’adultes susurrées et que l’on entend par hasard où on retient les mots départ ou liberté... Derrière les non dits, les incompréhensions de l’enfant, on perçoit ce qui se passe réellement. Mais le point de vue reste celui de Mirco, un enfant de 12 ans qui voudrait devenir grand, plus fort, qui aimerait que celle qui fait battre son cœur le remarque, que les grands cessent de l’ennuyer, que ses parents soient moins souvent sur son dos... Le récit qui pourrait être triste et gris ne l’est pas du tout, la fraicheur de l’enfance rendant cette histoire drôle et dynamique.

    Un beau pari que de raconter l’Histoire à travers le prisme des souvenirs d’enfance. Un pari réussi pour moi. Sans doute, ceux qui cherchent des infos sur l’époque trouveront-ils le récit léger mais c’est un beau témoignage sur ce que vivent les enfants et ce qu’ils perçoivent du monde qui les entoure.

    Merci à Gallimard et Babelio.

     

    Kinderland, MAWIL Kinderland, MAWIL

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Février 2015 à 16:08
    Alex-Mot-à-Mots

    L'épaisseur du livre m'a fait fuir....

    2
    Lundi 2 Février 2015 à 20:26

    Ca se lit vite. Beaucoup de planches ne présentent que des dessins sans parole. Et le visuel est très expressif.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :