• L'affaire Saint-Fiacre, Georges SIMENON

    L'affaire Saint-Fiacre, Georges SIMENON« Un crime sera commis à l'église de Saint-Fiacre pendant la première messe du Jour des morts. » Ce message anonyme, reçu par la police de Moulins, va ramener Maigret sur les lieux de son enfance. La victime - car elle meurt bel et bien comme annoncé - n'est autre que la comtesse de Saint-Fiacre, propriétaire du château dont le père de Maigret était le régisseur.
    Tout a bien changé en trente-cinq ans. Le domaine n'est plus que l'ombre de ce qu'il était, rétréci comme une peau de chagrin par des ventes de terres successives, dues sans doute aux dilapidations du jeune Maurice de Saint-Fiacre, à moins que les secrétaires et amants de la comtesse n'aient trouvé moyen de se servir au passage.
    Et c'est bien de ce côté que Maigret va chercher la clef de l'affaire, en attendant qu'un étrange dîner « sous le signe de Walter Scott » ne la lui apporte de la façon la plus imprévue.

     

    Mon avis :

     

    Comme chaque année en ce mois d’avril, je vous présente un roman de Simenon. Après avoir fait le tour des romans qui se déroulent à Liège ou évoquent la ville de l’auteur, je vous emmène aujourd’hui dans la ville natale du commissaire Maigret.

    Comme les précédents romans dont je vous ai parlé, il fait partie des écrits d’avant-guerre de Simenon, paru en 1932, alors que l’auteur résidait dans le sud de la France. Comme d’autres, il est d’abord paru dans la presse sous forme de feuilleton avant d’être publié chez Fayard.

     

    Alors que tout laisse penser que la comtesse de Saint-Fiacre est morte d’une crise cardiaque, Maigret sait qu’il s’agit d’un crime. Une lettre anonyme l’en a averti. Cette fois, au lieu de mener l’enquête, il laisse le comte le faire à sa place, apportant juste sa touche finale lors d’un dîner qui a lieu au lendemain du décès.

    En plus des éléments propres à l’enquête, on plonge ici dans les souvenirs de Maigret : son père ayant été le régisseur du château de Saint-Fiacre quand il était enfant, il le connaît bien. Le domaine et ses dépendances sont hélas en piteux état ; des terres ont été vendues et il n’est plus le joyaux des souvenirs du petit Jules. Il le défend d’ailleurs avec émotion dans la scène finale qui confronte tous les suspects.

     

    Ce roman nous plonge dans une époque lointaine, celle des grands domaines, des régisseurs et domestiques, d’une aristocratie désargentée gardant cependant un rang envié au sein d’un village et d’une région au point de faire des jaloux.

    « L’affaire Saint-Fiacre » est un roman atypique car il ne se base pas uniquement sur les éléments et ressorts propres à un policier. De plus, même si on plonge dans les souvenirs du héros, Maigret, les informations données sont plutôt autobiographiques, Simenon ayant lui-même séjourné au domaine du marquis de Tracy dans les années 20 et l’évocation de la mort du père de Maigret pouvant se rapprocher de celle de Désiré Simenon.

     

    J’ai vu le film de 59 avec Jean Gabin et celui de 95 avec Bruno Crémer mais je n’avais jamais lu le livre. Comme pour tous les Simenon, il nous plonge dans une époque révolue, à l’atmosphère surannée, où la lutte des classes est un élément prégnant. Un bon Maigret à l’écriture impeccable où l’émotion et l’atmosphère intimiste sont plus présentes que dans certains autres.

     

    L'affaire Saint-Fiacre, Georges SIMENON


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Avril à 09:18
    Kathel

    Un Simenon classique que cette affaire Saint-Fiacre, je dois l'avoir lu mais ne m'en souviens plus. C'est un sentiment de nostalgie qui me vient en lisant ton billet...

      • Samedi 4 Avril à 10:53

        Oui, moi aussi Simenon me plonge en nostalgie. J'aime bien le lire mais un par an me convient.

    2
    Samedi 4 Avril à 11:59
    Anne 'desmotsetdesno

    J'aimerais bien en lire un par an aussi, j'en ai un en réserve, offert à l'achat de deux poches. Je n'aurai peut-être pas le temps de lire en avril, mais ce sera pour plus tard. Parfois je suis tentée de m'offrir un recueil (de ceux édités à l'occasion des 90 ans de Maigret et dont les couvertures sont magnifiques,illustrées par Bilal) mais j'hésite...

      • Dimanche 5 Avril à 16:38

        Ils sont très beaux en effet. J'ai son recueil de la Pléiade, offert par mes élèves il y a dix ans. Le seul volume de cette collection que j'ai d'ailleurs.

    3
    Samedi 4 Avril à 21:39

    Je ne connais pas Simenon. C'est honteux quand même. Je crois avoir lu un ou deux de ses romans, mais il y a bien longtemps ! Il faudra qu'un jour je m'intéresse à lui. 

    Bon dimanche. 

      • Dimanche 5 Avril à 16:39

        Un ou deux, c'est déjà bien. wink2

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :