• L'Ordre du Méchoui, Lionel NOEL

    L'Ordre du Méchoui, Lionel NOELAu sein d’une mystérieuse confrérie dédiée à la cuisine sur broche, des apprentis sont formés, deviennent eux-mêmes maîtres, et la tradition se poursuit depuis des siècles.
    L’enseignement est transmis par des hommes et des femmes pittoresques, de toutes les origines et de toutes les spécialités culinaires – marinades méditerranéennes, asado argentin, wagyu japonais, lama des Andes au chimichurri – non sans le caractère épicurien avide de plaisirs sous toutes ses formes.
    De la Belgique de la fin du XIXe siècle jusqu’à Montréal en 1962, Sans Loi, le narrateur, retrace son parcours en tant que membre de l’Ordre du Méchoui, un récit dans lequel se fond l’histoire du vingtième siècle, mais qui reflète aussi ses grands enjeux : une modernisation inévitable et les divisions qu’elle entraine entre conservateur et réformistes.

    Mon avis :

    J’ai découvert Lionel Noël avec un roman d’espionnage et son fameux « Brouillard d’automne » qui se déroule lors de la bataille des Ardennes en hiver 44. Je savais que L’Ordre du Méchoui n’était pas de la même veine. J’ai été agréablement surprise malgré tout car il nous propose une histoire originale et inattendue. On assiste à la formation d’un jeune cuistot, que rien ne prédestinait à devenir un chantre du bon goût, de la cuisine et des saveurs. Dès son initiation, par un maitre allemand, à l’art de la cuisson à la broche, on le suit, pas à pas, dans son ascension. Il aura comme mentor les plus grands cuisiniers internationaux de l’époque et chacun l’initiera à sa spécialité. Cette forme de compagnonnage le verra entrer dans une confrérie renommée, l’Ordre du méchoui, consacrée aux mystères, aux codes et aux traditions de la cuisine sur broche dont il découvrira les secrets, tout au long de sa vie.

    Ce roman humaniste et épicurien par excellence est un plaisir des sens : les narines frétillent à la seule évocation des aromates et les papilles palpitent à la description des plats qui mijotent. Chaque page se savoure avec délectation, des marinades méditerranéennes au wagyu japonais en passant par les venaisons italiennes et permet des découvertes culinaires pour le moins étonnantes comme les œufs balut ou le hakar islandais. (estomac fragile s’abstenir).
    De la Belgique de 1892 au Montréal des années 60, le narrateur nous retrace son parcours qui se mêle inévitablement à l’Histoire de l’humanité et décrit l’évolution de la cuisine et de ses  pratiques à travers le monde. C’est qu’il voyage ce « Sans Loi » pour étudier et transmettre les savoir et les savoir-faire ancestraux !

    Si vous avez aimé Le voyage de cent pas de Richard Morais ou les récits de Michèle Barrière, vous aimerez davantage L’Ordre du Méchoui car en plus de nous conter l’art de la table et ses plaisirs, il est superbement écrit et très documenté. Un travail de recherche phénoménal a dû être effectué en amont de l’écriture car ce récit initiatique est truffé d’anecdotes véritables. L’expérience de cuisinier de l’auteur rend cette histoire vivante d’un bout à l’autre. 

    Amoureux de la littérature et de la gastronomie, ce roman onctueux et suave à souhait est une invitation aux plaisirs. Laissez-vous tenter.



    L'Ordre du Méchoui, Lionel NOEL4

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    jessy james
    Mardi 14 Novembre à 22:52

    Sujet original qui mériterait que je jette un oeil. En général, j'aime les romans historiques et plus encore s'ils parlent de saveurs, de goûts, de traditions culinaires.

      • Mercredi 15 Novembre à 09:46

        Alors il te plaira. Fonce.

    2
    Mercredi 15 Novembre à 00:39

    cool

    Une lecture que je recommande, même pour les végétariens. 

     Montréal. Radio 105.1 fm.

      • Mercredi 15 Novembre à 09:46

        happy Merci

    3
    Mercredi 15 Novembre à 00:49
    isallysun

    J'ai un peu de la misère à m'imaginer les odeurs et les goûts, alors je doute que cela soit pour moi. Mais tout de même contente que tu aies apprécié. 

    4
    Francis Reddy
    Mercredi 15 Novembre à 00:55

    ICI Radio-Canada Première. Émission : On n'est pas sorti de l'auberge.

    Lionel le chat a eu trois vies : ..., cuisinier, auteur et... Il nous livre un roman fascinant. L'Ordre du méchoui donne l'envie de cuisiner. Ça fait saliver. Jetez vous dedans !

    5
    Guy Bergeron
    Mercredi 15 Novembre à 22:33

    Je me suis laissé bercer par les phrases qui sont comme de la musique à mes yeux. Le grand art est celui qui a l'air facile, comme un film de Truffaut ou de Bertolucci. Merci.

    6
    Jeudi 16 Novembre à 21:14

                                       La recette d'une diversité à point.

     Dans son bouquin, les cuisiniers aiguisent leur art, se forgent des identités composites, au gré de leurs déplacements d'une cuisine à une autre, d'un pays à un autre, en quête de ce savoir-faire et de savoir-cuire qui, depuis plus d'un siècle, dépoussière la cuisine de la génération précédente pour la faire évoluer et la rendre plus savoureuse et forcément meilleure.

                                               Journal : Le Devoir

    7
    Dimanche 19 Novembre à 15:53

    Un roman d'apprentissage à saveur historique, inspiré des grands classiques du genre. L'ordre du méchoui ratisse large : à la manière d'un Forest Gump, nous assistons à travers les yeux de Sans Loi (c'est son nom) à plusieurs grands événements du XXe siècle. Une aventure à suivre jusqu'au bout, mettant en vedette une diaspora de personnages et de lieux de partout dans le monde qui donne l'eau à la bouche.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :