• La colère des simples, Pascaline DAVID

    La colère des simples, Pascaline DAVIDDes déchets nucléaires vont être déposés à 500 m sous la terre comme à Bure. Les habitants sont partagés entre la préservation de leur espace naturel et l’argent qu’on leur propose pour partir. 

     

    Mon avis :

     

    Lazare raconte. Illettré, il fait la dictée à son épouse Simone. Sans lui dire, elle ajoute son point de vue, complète le récit. Le style oral et haché de Lazare contraste avec les passages fluides et structurés de Simone. Mais dans les deux, une grande sensibilité affleure.

    Costaud, Lazare est un paysan dur à la tâche, un homme de la terre. Sa vie s’écoule humblement, dans toute sa banalité, loin du village et des regards. Le jour où un homme vient lui demander un service contre une belle somme d’argent, il hésite. Mais la perspective de voir son environnement détruit, saccagé, pollué le bouleverse. Il accepte. Il ignore alors que les meurtrissures de son passé referont surface et que sa vie ne sera plus jamais la même.

     

    Cette fable écologique est le premier roman de Pascaline David, éditrice des Editions Diagonale. Dès les premiers mots, elle nous immerge dans un univers âpre et cruel. Celui des gens simples comme Lazare, qui ne connait que le dur labeur paysan ; celui qu’elle crée ensuite et où vont évoluer ses personnages. La faible instruction de Lazare, la précarité dans laquelle sa femme et lui vivent en font la personne idéale pour réaliser un sale boulot. Lui qui n’a jamais rien demandé à personne, subit son sort avec humilité et travaille avec courage malgré les injustices subies, va se révéler capable de la pire sauvagerie. Pour sauver le bois du village, il va rejoindre les habitants de la région et oser s’opposer aux destructeurs, se révolter contre ceux qui les oppressent.

     

    Ce récit violent est touchant par son authenticité. On ressent avec acuité la misère de ce couple et l’amour qu’ils se vouent, les petites joies simples qui font leur ordinaire et l’injustice de l’influence des puissants sur leur vie. C’est de là que surgira toute leur colère.

    L’écriture de l’auteure est belle, construite mais sans affectation, et forte dans sa puissance d’évocation. On aimerait que l’histoire soit plus longue pour la goûter encore.

     

    Je vous invite à découvrir cette nouvelle plume belge, publiée aux éditions Sans escale. Vous ne le regretterez pas.

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 1er Décembre 2020 à 13:33
    Alex-Mot-à-Mots

    Cruel dilemme....

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mardi 1er Décembre 2020 à 21:06

    Mettons la littérature belge en avant...!!!

     

    3
    Mercredi 2 Décembre 2020 à 18:05

    Oui, la littérature belge le mérite !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :