• La Daronne, Hannelore CAYRE

    La Daronne, Hannelore CAYREComment, lorsqu'on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l'existence... qu'on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l'eau tout en élevant ses enfants... qu'on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d'heures d'écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir... on en arrive à franchir la ligne jaune ?
    Rien de plus simple, on détourne une montagne de cannabis d’un Go Fast et on le fait l’âme légère, en ne ressentant ni culpabilité ni effroi, mais plutôt... disons... un détachement joyeux. Et on devient la Daronne.

    Mon avis :

    Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a du caractère, la Daronne. Après une enfance passée dans le luxe grâce à la contrebande de son mafieux de père dont elle a subi l’autorité, elle s’occupe de sa mère, absente pour elle tout au long de sa vie, mais qui se meurt lentement dans un home. Veuve très jeune, elle a élevé seule ses deux filles grâce à un travail de traductrice judiciaire. A 53 ans, désenchantée, elle trouve les gens inintéressants et n’a aucun ami. Elle a bien un compagnon, Philippe, un policier divorcé, gentil et prévenant. Mais elle ne s’y intéresse guère.

    Patience (c’est son prénom) diplômée en langue arabe, traduit à longueur de journée, des heures d’écoutes téléphoniques de dealers et de trafiquants en tous genres. Mais, payée au noir par le ministère de la Justice (cela ne s’invente pas), elle ne cotise aucunement pour sa retraite. Le hasard des écoutes et des rencontres lui donneront un jour l’opportunité de récupérer un quintal de cannabis. Elle y voit la possibilité de payer la maison de retraite de sa mère et de laisser à ses filles un toit au-dessus de leur tête.

    La Daronne est un personnage original dans l’univers du roman policier. Par son travail, elle connait les arcanes du système judiciaire de l’intérieur ainsi que le monde des dealers dont elle maitrise parfaitement les codes. Droite, humaine, n’aimant pas l’argent en lui-même mais ce qu’il procure, elle va, en quelque sorte, jouer les justiciers. Observatrice des travers humains et des faiblesses de chacun, elle a une idée précise de la valeur des gens et de leurs limites. Elle en usera à merveille dans son nouveau rôle.

    J’ai beaucoup aimé ce livre d’une auteure que je ne connaissais pas. Le franc-parler du personnage, l’humour de ce roman noir pourtant très sombre et les nombreuses réflexions qui le sous-tendent (Comment vivre dignement sans argent ? Comment prendre soin de ses parents âgés et de ses enfants à la fois ? La lutte contre le trafic de drogue est-elle vraiment efficace ?...) m’ont séduite.

    L’écriture précise de l’auteure et le ton des dialogues ciselés font mouche à chaque fois. Les anecdotes, les partis pris volontaires, les exagérations m’ont fait sourire. On sent qu’elle parle d’un monde qu’elle connait bien (Hannelore Cayre est avocate pénaliste) et n’hésite pas à en dénoncer les aberrations. Ce qu’elle nous conte est tragique, choquant mais elle parvient à le faire avec drôlerie.

    Conseillé par Michel Dufranne, ce livre vaut vraiment la peine d’être découvert. Il a d’ailleurs reçu le prix Le Point du Polar européen 2017.


    Hannelore Cayre sera au salon Boulevard du Polar des 17 et 18 juin prochain.

     

     

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Mai à 09:32
    Estellecalim

    Tout le monde est très enthousiaste à propos de ce roman !! J'attends sa sortie en poche mais il est noté :)

      • Mardi 23 Mai à 15:29

        Tu devrais aimer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :