• La dernière valse de Mathilda, Tamara McKINLEY

    La dernière valse de Mathilda, Tamara McKINLEYDans la chaleur étouffante du bush australien, Mathilda, treize ans, fait ses adieux à sa mère. Quelques voisins sont rassemblés autour de la tombe, pour rendre un dernier hommage à cette femme courageuse.
    Un peu à l'écart, le père de Mathilda n'a qu'une hâte: que tout cela se termine afin qu'il puisse vendre le domaine de Churinga. Mathilda, elle, comprend que les choses ne seront jamais plus comme avant... Cinquante ans plus tard, Jenny découvre le journal intime de Mathilda.
    A mesure que progresse sa lecture, l'angoisse l'assaille... A-t-elle bien fait de venir s'installer à Churinga ?

    Mon avis :

    A Sidney, Jennifer White perd son mari et son fils dans un accident de voiture. A la lecture du testament, elle découvre qu’elle hérite d’une exploitation dans l’outback australien. Son mari et elle avaient toujours rêvé de retourner à la terre mais seule, quel sens a encore ce rêve ? Respectant les dernières volontés de son mari, elle décide malgré tout d’aller voir à quoi ressemble ce domaine de 65 mille hectares.

    Citadine, elle n’est pas la bienvenue sur ces terres. Il faudra qu’elle fasse sa place patiemment. Désireuse d’en connaitre plus sur l’histoire de la région et de la maison, elle se lance dans la lecture du journal intime de Mathilda, la dernière propriétaire des lieux, trouvé dans une vieille malle.

    J’ai aimé le récit de Mathilda : un beau portrait de femme forte, dans un pays d’hommes, une région rude et une époque où on attendait de la femme qu’elle soit obéissante et servile. Malgré l’adversité, elle a toujours levé la tête, affronté les obstacles et s’est battue jusqu’au bout pour son domaine et la terre de ses ancêtres.
    J’ai trouvé le récit de Jennifer plus convenu, plus stéréotypé. Mis à part la révélation finale inattendue, on n’est pas surpris par les rebondissements de l’histoire et sa progression. La disparité entre les deux parcours est trop grande à mon goût.

    L’écriture sans surprise nous dépeint cependant de belles images du bush australien à différentes époques, les rivalités entre voisins d’origine anglaise ou irlandaise, la touffeur, la sécheresse, la pluie tant attendue...

    Un récit dans le style des « Oiseaux se cachent pour mourir », mêlant histoire de famille, aventure, paysages australiens et romance. Ce n’est pas un grand roman mais il est cependant addictif et permet de passer un moment agréable.

     

    La dernière valse de Mathilda, Tamara McKINLEY 

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline
    Samedi 3 Décembre 2016 à 09:04

    Je l'ai lu il y a déjà un moment et .....même ressenti  .....Agréable ...:)

    2
    Misstrip
    Samedi 3 Décembre 2016 à 19:12

    Ah! Enfin un roman que j'ai lu bien avant toi...

    3
    Misstrip
    Samedi 3 Décembre 2016 à 19:14

    Bizarre! Mon commentaire n'a pas été envoyé en entier!... Je disais que c'était un bon moment de lecture, bien dépaysant.

      • Dimanche 4 Décembre 2016 à 17:01

        Oui, j'ai bien aimé pour ce côté aventure romanesque à l'autre bout du monde.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :