• La fille du train, Paula HAWKINS

    La fille du train, Paula HAWKINSDepuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu'elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l'être par le passé avec son mari, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne la quitte. Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c'est avec stupeur qu'elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu...

    Mon avis :

    Trois femmes sont au centre de ce roman choral, thriller particulièrement prégnant. Il y a d’abord Rachel, la fille du train, épouse bafouée, abandonnée, devenue alcoolique. Puis Anna, la maîtresse seconde épouse et maman. Et enfin Megan, la voisine, celle que Rachel observe chaque jour du train et qui semble mener la vie heureuse et parfaite dont elle-même a toujours rêvé. A tour de rôle, elles se racontent, se confient, donnant aux lecteurs leur version d’un même événement. Et l’on s’aperçoit rapidement que les apparences sont souvent trompeuses.
    Je ne vais pas trop en dire sur l’histoire car ce genre de livre souffre d’être trop dévoilé. Il faut y entrer vierge de toute information, je dirais même qu’il faut éviter de lire la 4e de couverture.

    Le récit est de facture classique et l’entrée en matière – une jeune femme aperçoit quelque chose d’anormal depuis le train -  fait penser au roman d’Agatha Christie « Le train de 16h50 ». Mais la polyphonie apporte originalité et suspens et permet à l’auteure de dresser trois beaux portraits de femmes. Trois vies, trois parcours et autant de faux semblants. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Rachel et le portrait qu’elle en fait. Une femme blessée qui vit sa vie par procuration et dont elle dépeint avec justesse les affres dans lesquelles l’alcool la plonge, la rendant à la fois paranoïaque et crédule. Les promesses d’ivrogne, les remords, les accès de colère ou les phases de dépression profonde sont particulièrement bien décrits de même que les trous noirs dans lesquels ses excès l’entrainent.

    Ce récit a tout pour plaire : le sujet, le suspens, l’addiction (je l’ai lu en 24h) et pourtant je ne suis pas convaincue à 100%. Dès la page 69, j’avais de forts soupçons sur la solution finale et ils se sont avérés exacts. Cela a un peu gâché la surprise. Bien sûr, il y a eu des rebondissements, de nouveaux détails apportés et un éclairage final peaufiné mais l’essentiel était éventé. Je le regrette. Ce roman est riche de plusieurs influences : un petit côté Christie, un soupçon de « Fenêtre sur cour », un zeste de « Gone girl » et je ne suis donc pas surprise de le voir en tête des ventes dans de nombreux pays. Mais le suspens est trop ténu à mon goût et le dénouement un peu trop rapide, bâclant de manière dommageable le côté psychologique des dernières scènes.

    Je n’ai pas l’habitude de chiffrer mes lectures mais pour appuyer cet avis mitigé, je donnerai 6,5/10 à ce premier roman. Pas vraiment une déception car il a des qualités narratives évidentes mais pas non plus un coup de cœur en raison des faiblesses de l’intrigue.

    Un avis bien plus enthousiaste chez Yvan.
     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Août 2015 à 02:32

    Pas si mal pour un premier roman... J'ose imaginer que le prochain sera plus solide au niveau de l'intrigue!

    2
    Jacqueline
    Samedi 8 Août 2015 à 08:00

    Ce roman m'a plu ....pour toutes les raisons que tu cites ..... Si comme toi, j'avais deviné, cela n'a pas vraiment gâché mon plaisir .... :)

    3
    Samedi 8 Août 2015 à 10:07

    Je pense qu'elle ne peut que s'améliorer. Oui, pour un premier roman, ce n'est pas si mal.

    4
    Samedi 8 Août 2015 à 20:51
    Anne (Desmotsetdesno

    On en parle vraiment beaucoup, de ce roman ! Je le guette à la bibliothèque.

    5
    Dimanche 9 Août 2015 à 10:22
    Céline

    Très belle chronique, tu décris ton ressenti sur cette lecture !

    J'ai envie de découvrir ce thriller qui est dans ma wish-list afin d'en tirer mon propre avis et de comprendre pourquoi il a tant de succès.

    Bon dimanche !

     

    6
    Lundi 10 Août 2015 à 13:32

    On le voit vraiment partout, ce bouquin.

    Je pense que j'ai lu des avis plus enthousiastes que le tien.

    Je rentre de vacances où Chattam m'a accompagné...

    Bonne semaine.

    7
    caronoel
    Mardi 11 Août 2015 à 12:48

    Personnellement j'ai adoré ce roman, que ce soit un "1er roman" ne change rien, l'intrigue est très bien ficelée, les personnages bien taillés et le dénouement palpitant. Je l'ai lu en anglais peut-être que c'était encore plus réaliste. Et depuis je l'ai offert à 3 personnes de mon entourage. Un vrai moment de plaisir !

    8
    Mardi 11 Août 2015 à 18:51

    Je viens de lire ton billet .  On sent bien que tu es partagée car la lecture rapide est tout de même un élément très positif  on sent que tu as apprécié mais tu as malheureusement vu la solution trop vite.  Pour ma part j'ai été bluffée, j'étais partie sur une fausse piste et l'idée du résultat final n'est apparu que bien plus tard.  J'ai apprécié la lecture.  Je dois encore rédiger mon billet.  A très vite.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :