• La littérature belge

    Faites l’expérience. Demandez autour de vous que l’on vous cite un auteur belge en littérature. Je suis sûre qu’un nom se détachera du lot : Amélie Nothomb. Quelques audacieux se risqueront peut-être à oser Didier Van Cauwelaert (qui n’a de belge que son nom) et les plus érudits Alexis Curvers, Simenon ou Pierre Mertens.

     

    Force est de constater que les Belges méconnaissent leur patrimoine culturel. Sans doute ce complexe d’infériorité qui nous colle à la peau, cette belgitude mal assumée. A moins que ce ne soit cette volonté d’être différents des Français et de fuir tout chauvinisme au point de ne même plus oser revendiquer nos artistes comme étant de chez nous.

    De plus, le rayonnement de la culture française en Europe fait aussi de l’ombre à la minorité francophone que nous sommes. Un certain snobisme à croire que ce qui vient de France est forcément meilleur, également. Pourtant nos auteurs ont du talent. Et un talent multiple.

    Sont-ils pour autant donnés à lire dans nos classes ?

     

    En ce qui me concerne je dois bien reconnaître que non. Si je dresse la liste des livres donnés ces cinq dernières années en 4e, je ne vois apparaître qu’un Simenon et un Amélie Nothomb. Mea culpa. Je me rattrape cependant au 1e degré où Gudule se taille la part du lion. Ouf !

     

    Interpellée par une amie qui me proposait le défi de découvrir ou redécouvrir cinq auteurs belges cette année, je me suis d'abord penchée sur ma propre bibliothèque. Pour me rendre compte qu’adolescente, j’avais eu à lire trois ouvrages de France Bastia Le cri du hibou, L’herbe naïve, Vingt jours – quarante jours, un de Delperdange, Comme une bombe et deux Simenon, Le pendu de Saint Pholien, Les fiançailles de M.Hire. Plus que je n’ai jamais donné à lire à mes élèves.

    Pourquoi ? Probablement parce qu’en littérature jeunesse les auteurs abondent et que les Belges passent un peu inaperçus. Sans doute parce que je ne m’étais encore jamais posé la question du choix des livres à proposer en termes de nationalité d’auteur.

    Mais comme je m’y suis engagée, je vais remédier à cela. Je pars à la découverte et redécouverte de nos auteurs. Je vous tiendrai bien sûr informés.

     

     http://marecages.be/?p=2738

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Novembre 2010 à 10:10
    Reka-

    Merci pour cet article plein de vérité. Je constate que vous n'êtes pas officiellement inscrite au challenge "littérature belge", ne souhaitez-vous pas que je vous inscrive ?

    2
    kastor
    Lundi 8 Novembre 2010 à 13:32

    Ce que vous écrivez là est très juste. Bonne analyse de la situation.

    3
    baujoe
    Vendredi 12 Novembre 2010 à 22:37

    Quand je vais à Redu, je cherche surtout des auteurs belges


    Voici quelques auteurs belges auxquels je pense pour l'instant : 


     - Nicolas Ancion (L'homme qui valait 35 milliards)


    - André-Marcel Adamek ( La grande nuit)


    - Francis Dannemark (Le grand jardin)


    - Jean Tousseul (la série des Jean Clarembaux : le village gris ...)


    - Jean-Philippe Toussaint ( La salle de bain, Monsieur, La télévision)


    - René Hénoumont (La maison dans le frêne, Les enquêtes du commissaire Fluet)


    - Armel Job (Les mystères de Sainte Freya)


     

    4
    argali Profil de argali
    Lundi 7 Février 2011 à 12:26

    Trois mois plus tard et douze nouveaux livres d'auteurs belges lus, je reviens donner un avis. Grâce à ce challenge, j'ai découvert des auteurs, des romans, des styles. Outre la qualité d'écriture qui n'a rien à envier à nos cousins français, la littérature belge foisonne d'originalité, de surréalisme, de poésie. Et surtout, elle ne se prend pas au sérieux. Nous savons rire de tout, nous pouvons rire de nous. A une exception près, et j'en suis désolée Monsieur Job, j'ai beaucoup aimé ce que j'ai découvert. Je ne me pense pas experte, le chemin est encore très long, mais me voici riche d'heures de lecture agréable, de personnages haut en couleur, de fantaisie et de récits variés. Je ne m'arrêterai pas en si bon chemin.

    5
    Jacqueline H
    Lundi 7 Février 2011 à 17:55

    Parmi les auteurs belges, j'ai déjà donné à lire à mes élèves Marie Gevers ..... et surtout, ma préférée, Jacqueline Harpman ...

    6
    Jesse James
    Mardi 14 Mai 2013 à 07:25

    Je termine le dernier Job après avoir lu Frédéric Ernotte. Ce n'est pas moi qui dirais le contraire Argali. Nous n'avons rien à envier à nos voisins.
    Pour Job, persévère, il en vaut la peine !

    7
    Mardi 14 Mai 2013 à 18:00

    Depuis mon dernier commentaire, j'ai revu mon jugement sur Armel JOb après avoir lu "Loin des mosquées". Le dernier m'attend patiemment aussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :