• La télégraphiste de Chopin, Eric FAYE

    La télégraphiste de Chopin, Eric FAYEPrague, automne 1995 : une habitante prétend " recevoir " chez elle la visite d'un compositeur illustre dont elle a le privilège de porter à l'attention du plus grand nombre les partitions qu'il lui dicte au fil de leurs rencontres. Au point de séduire une maison de disques. Sauf que le grand homme en question s'appelle Frédéric Chopin, et qu'il est mort à Paris, un siècle et demi plus tôt... Supercherie ? Mystification ? Tel est, en tout cas, le sentiment bien naturel de Ludvík Slaný, journaliste, au moment où il s'apprête à enquêter sur cette histoire pour le compte de la télévision d'un État sorti depuis peu de l'ère communiste. Commence alors une chasse au fantôme, entre matérialisme obtus et croyances en tout genre, espions reconvertis en enquêteurs privés, tenants d'un ordre ancien métamorphosés en jeunes loups du nouveau régime, où une paisible cantinière à la retraite révèle à un monde bouleversé la part d'ombre et de folie sur lequel il se réinvente.  

     

    Mon avis :

     

    Tchéquie 1995. Le mur de Berlin est tombé, la révolution de Velours a eu lieu et le communisme a vécu. Cependant, les vieilles habitudes ont la vie dure et la méfiance comme la surveillance restent de mise. Quand une sympathique et naïve veuve, Véra Foltinova, prétend recevoir des visites étranges, régulièrement, d’un musicien qui lui dicte des partitions inédites, cela semble trop beau pour être vrai. D’autant que le musicien n’est autre que Frédéric Chopin.

     

    Filip Novak, rédacteur en chef de la télévision publique tchèque, charge alors un de ses meilleurs journalistes, Ludvik Slany, d’éclaircir ce mystère et d’en tirer un documentaire. Il commence alors une enquête pour démêler le vrai du faux et rien n’est laissé au hasard : surveillance, filature, écoute téléphonique… car bien sûr, Slany ne croit pas une minute à la véracité des dires de cette dame. Pour quelle raison, Chopin aurait-il décidé de revenir du royaume des morts et pourquoi aurait-il jeté son dévolu sur cette modeste employée de cantine scolaire peu douée en musique de surcroît ? Mais cette femme défie tous les pièges qui lui sont tendus, elle porte un message, bien plus important que les œuvres inconnues de Chopin.

     

    Outre une plongée dans la Tchéquie post communiste où certains sont en manque de repères, ce roman nous parle de mystification dans l’art et pose l’intéressante question de savoir si tout peut s’expliquer par la raison ? La logique rationnelle est-elle la seule possible ? C’est sur cette interrogation que le livre d’Eric Faille repose. Croyance contre science, raison contre déraison.

     

    S’inspirant d’une histoire vraie, l’auteur nous plonge dans un polar trouble où on arpente les rues de Prague à la suite du personnage principal. Il nous mène par le bout nez jusqu’au bout et malgré l’invraisemblance de la situation, on y croit.

    Pour rédiger cette histoire, Eric Faye s’est inspiré de la vie de Rosemary Brown, compositrice et pianiste anglaise. Elle aussi se disait médium et entrait en communication avec des musiciens décédés comme Chopin, Brahms ou Beethoven. Ils lui auraient demandé de retranscrire des œuvres musicales qu’ils n’avaient pu achever.

     

     La télégraphiste de Chopin, Eric FAYE

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Septembre à 12:00
    Anne (desmotsetdesno

    Et une tentation de plus... 

    2
    Dimanche 8 Septembre à 10:41
    eimelle

    pourquoi pas en effet!

    3
    Lundi 9 Septembre à 14:17
    Alex-Mot-à-Mots

    Est-ce que la dame a retranscrit les fameuses oeuvres ?

      • Lundi 9 Septembre à 20:02

        Dans le livre oui.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :