• Le dernier amour de George Sand, Evelyne BLOCH-DANO

    Mes lecturesCe « dernier amour de George Sand » passe assez inaperçu dans les biographies de l’auteure. Certes, Alexandre Manceau n’a pas l’aura d’un Musset ou d’un Chopin et n’a pas laissé autant de traces pour la postérité. Il a néanmoins partagé la vie de George Sand pendant quinze ans, ce n’est pas rien.

    Attentif, prévenant, amoureux, fort et obstiné sans en avoir l’arrogance ou l’outrecuidance, Alexandre Manceau a donné à George ce qui lui avait jusque-là terriblement manqué : la tendresse et l’affection. Pour la première fois sans doute, elle ne joue pas la mère ou l’amie auprès de lui. Elle n’a pas besoin de l’encourager, de le relever, de lui prêter une épaule et une oreille attentive. Elle se contente d’être amoureuse et de partager sa vie avec lui. Comme cela a dû lui sembler reposant.

    Volontairement restrictif, l’ouvrage se borne à nous conter la période allant de 1849 à 1865. George Sand est terriblement ébranlée par l’échec de la Révolution de 48. Elle se sent vieille, fatiguée et lasse. Financièrement la période est délicate et sa famille connait divers tourments. L’arrivée d’Alexandre à Nohant passera d’abord quasi inaperçue. Il lui faudra du temps pour s’intéresser à ce jeune homme et se rendre compte de ses multiples petites attentions. Il deviendra son secrétaire, son ami puis son amant… et cela durera quinze ans.

     

    L’écriture d’Evelyne Bloch-Dano est agréable, fluide et donne envie de tourner les pages pour en découvrir toujours plus. L’ouvrage est bien documenté, il se base notamment sur la correspondance de Sand et de son éditeur et sur les Agendas rédigés par Sand et Manceau ainsi que sur son autobiographie.

    On pourrait regretter, comme George, mon amie bloggeuse, que l’auteur parle très peu des romans de Sand écrits durant cette période, ou n’approfondisse pas certains faits importants de sa vie. Mais George est une experte en la matière. Je ne suis qu’une béotienne. J’ai découvert George Sand lors de ma visite de Nohant, il y a presque 20 ans. J’ai lu alors « La petite fadette » et « ‘La mare au diable », deux romans seulement parmi son incroyable production et la biographie que Joseph Barry lui a consacrée. Depuis je n’avais plus rien lu d’elle ou sur elle, me contentant de voir des films qui la mettaient en scène.

     

    J’ai donc pris ce livre pour ce qu’il était, le récit de l’histoire d’amour d’un écrivain célèbre et d’un jeune graveur de talent, de treize ans son cadet. En cela, je n’ai pas été déçue de ma lecture. Cette biographie est empreinte d’émotion, d’empathie ; elle nous décrit une femme énergique à la vitalité débordante, elle ne gomme pas ses défauts de mère et n’embellit pas le personnage. A travers les nombreuses références historiques et littéraires, elle ancre George Sand dans son époque, dans la vie et nous permet une découverte ou une redécouverte agréable et soignée. Je ne peux que conseiller ce livre à ceux qui voudraient à leur tour en connaître un peu plus.

    Pour une critique plus pertinente et beaucoup mieux documentée, lisez le blog de George, ici.

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Eva Koln
    Mercredi 23 Mars 2011 à 09:30

    Je viens de le commencer. Je ne connais pas la vie de George Sand, j'en découvre beaucoup. J'aurais peut-être dû commencer par le début ?

    2
    Mercredi 23 Mars 2011 à 14:32
    GeorgeSand

    Beau billet sur cette bio qui, en effet, m'a quelque peu déçue sur les références aux romans, mais elle reste un bon moyen de découvrir George Sand, et a le mérite de rompre les clichés entourant cette auteure !

    3
    argali Profil de argali
    Mercredi 23 Mars 2011 à 15:34

    Merci George pour ton avis éclairé.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :