• Le tilleul du soir, Jean ANGLADE

    Le tilleul du soir, Jean ANGLADELa vieille Mathilde met de l'ordre dans ses affaires : elle vend son cheptel, range sa maison.
    C'est le grand départ... le grand arrachement, aussi... Dernière habitante du Peyroux, village abandonné d'Auvergne, elle doit quitter des lieux dont elle était la gardienne.
    Entraygues, le "Doux Repos", ultime séjour... prélude au repos éternel ?
    Un accueil chaleureux, un personnel pour vous servir et tant d'amis à qui parler.
    Avec toute sa naïve et généreuse bonhomie, Mathilde découvre, jour après jour, les secrets de chaque pensionnaire : le vieux Berthomieux et son journal ; Lulu avec son passé douteux et ses revenus louches.
    Mais la méchanceté, les regrets amers, la tristesse ne sont pas absents dans cette retraite hantée par le spectre de la mort.

    Mon avis :

    Elle vit paisiblement Mathilde, dans sa maison de pierre, entre son potager, ses chèvres, ses poules et son oie. Une vie bien rôdée, simple et solitaire car cette vaillante octogénaire a perdu très tôt son mari à la guerre, dans la Somme, et son fils unique, parti vivre sur la Côte d’Azur ne donne plus de nouvelles depuis longtemps.
    Quand son médecin, craignant pour sa santé dans cette ferme isolée, l’invite fermement à entrer dans une maison de repos, il sait qu’il l’oblige à renoncer à ses derniers plaisirs : ses bêtes et son tilleul du soir.

    Voici un court roman tendre, caustique et cruel sur le temps qui passe, la vieillesse et la solitude qu’elle engendre. Sans atermoiement et sans langue de bois, Jean Anglade nous parle de la fin de vie de ces personnes que l’on conduit dans un home « pour leur bien », mais surtout par facilité. On (se) rassure : elles ne seront pas seules, entourées d’infirmières, d’auxiliaires de soin, de personnel administratif... Cela dédouane de devoir trop souvent leur rendre visite. Pourtant, on ne peut s’empêcher de ressentir une immense solitude voire une détresse morale chez ses mères et pères qui ont, leur vie durant, tout donné à leurs enfants. Une carte postale à Noël, une promesse de visite « quand on aura le temps », une réponse évasive à l’inévitable question : « Ne pourrais-je pas venir vivre chez toi ? »... ces petits riens les maintiennent en vie dans l’espérance d’une venue.

    Je ne connaissais ni l’auteur ni ce livre classé en « roman régional » mais j’ai beaucoup apprécié son écriture, son style, sa manière de décrire tout un univers en quelques phrases à peine. L’histoire se lit d’une traite, une boule au fond de la gorge et le sourire aux lèvres. J’ai trouvé ce mouroir d’une infinie tristesse mais malgré la solitude écrasante des pensionnaires, l’auteur parvient à décrire des situations extrêmement drôles, comme la découverte de la télévision, les manigances de Lulu pour se faire un peu d’argent, les disputes entre pensionnaires... Jean Anglade nous raconte avec beaucoup de justesse la vie dans ce « Doux Repos » et nous propose de belles réflexions sur la vieillesse, la mort et la solitude.

    Un très bon moment de lecture.

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    DF
    Mercredi 31 Mai à 11:15

    Un romancier à l'œuvre étendue, spécialisé dans les textes à consonance régionale, plus que centenaire... Il faudra que je le lise un jour!

      • Mercredi 31 Mai à 19:33

        Un auteur très prolifique que je ne connaissais pas et que mon club de lecture m'a fait découvrir.

    2
    Jacqueline
    Mercredi 31 Mai à 16:44

    Un roman .... et un auteur ..... que ton billet me donne très envie de découvrir ...yes

      • Mercredi 31 Mai à 19:36

        Tu devrais aimer je pense. Il parait que "Une pomme oubliée" a pour héroïne la même Mathilde. Mais il n'y a aucune référence à cette histoire dans celui-ci.

    3
    Mercredi 31 Mai à 20:41
    gambadou

    Une belle découverte alors.

      • amarilly
        Jeudi 1er Juin à 11:49

        Oui, on dirait. Ca me donne envie.

    4
    Mercredi 31 Mai à 21:26

    Je connais bien l'auteur mais je ne suis pas sûr d'avoir lu quelque chose de lui. 

    J'aime ce genre de romans. Un de temps en temps...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :