• Jeune fille de dix-neuf, Jeanne Hébuterne rencontre Modigliani en 1917. Elle est belle, gracieuse et son visage a la pureté d'une madonne. Elle devient la muse et la vie de Modigliani. En 1920, le peintre meurt. Deux jours après Jeanne se suicide en se jetant par la fenêtre.

    Mon avis :

    Conçu comme un journal imaginaire, ce roman nous plonge dans une époque particulière - les années 20 - dans un milieu particulier - celui des artistes et des bohèmes. Cruel, amer, haletant, il nous conte le vécu fusionnel et passionnel des deux amants. Jusqu'à la descente aux enfers...

     

    Yahoo! Blogmarks

    1 commentaire
  • Mes lecturesJacob est un vieux monsieur de 93 ans, vivant en maison de repos. Il se bat pour ne pas être infantilisé, pris pour un sénile. Il a encore toute sa tête ! Quand un cirque vient s'installer sous les fenêtres de la maison de repos, il revoit défiler toute sa vie. Les années 30, la Dépression, la Prohibition, la mort de ses parents, l'engagement dans un cirque minable qui sillonne les USA et le Canada en train. Embauché comme soigneur, il va découvrir l'envers sordide du décor où tous, hommes et bêtes, sont pareillement exploités, maltraités. Il revit ses amitiés, ses amours, ses coups de coeurs et ses coups de colère... L'histoire bouleversante de deux êtres perdus dans un monde rude et violent où l'amour est un luxe que peu peuvent s'offrir. Je recommande chaudement cette lecture.

    Yahoo! Blogmarks

    6 commentaires
  • Le Vol du frelon, Ken FOLLETTPendant la 2e guerre mondiale, la vie s'écoule le plus normalement possible au Danemark qui vient d'être envahi "pacifiquement" par les Allemands. Des jeunes Danois créent un réseau de résistance "les Veilleurs de nuit" et envoient avec des moyens de fortune, les renseignements glânés en Angleterre.
    Pendant ce temps, en Angleterre, on déplore les nombreuses pertes des avions de la RAF. 50% ne rentrent pas lors des bombardements au-dessus de l'Allemagne. On dirait que quelqu'un les attend, sait qu'ils vont arriver.
    La raison de cette déroute est un mystère pour les Britanniques, jusqu'à ce qu'Harald, jeune danois de 18 ans, découvre par hasard, sur la petite île du Danemark où il habite, une mystérieuse installation qui n'est autre qu'un radar.

    Intrigue efficace, personnages attachants et bien campés, on dévore cette histoire à rebondissements afin d'en connaître rapidement le dénouement. Sans doute moins bon queLe Réseau Corneille, ce roman nous dévoile cependant un épisode moins connu de la 2e GM, à savoir l'occupation du Danemark par les Allemands.

     

    Yahoo! Blogmarks

    2 commentaires
  • Le Réseau Corneille, Ken FOLLETTPendant la Seconde Guerre mondiale, les services secrets britanniques ont envoyé des espionnes sur le sol français. Ken Follett s’est inspiré de ce fait de guerre véritable pour construire un roman d’espionnage palpitant…
    Après un échec de la résistance, Betty, espionne britannique responsable de l'opération, décide de retenter le coup. Cela doit absolument marcher car il s'agit de détruire le réseau de communication allemand à la veille du Débarquement. Elle va recruter 6 femmes hors du commun pour mener l'opération.

    Le rythme de ce roman est tellement soutenu qu’à aucun moment on n'a envie de le lâcher ; on a à peine le temps de récupérer d’un rebondissement qu’un autre surgit aussitôt. Et quel style fluide et agréable à lire.

    Pourrait convenir à des élèves du 3e degré.

     

    Yahoo! Blogmarks

    3 commentaires
  • Mes lecturesEn 1913, à Sainte-Maria-de-Saskatchewan, Rhéauna apprend de sa grand-mère que sa mère souhaite l'avoir près d'elle à Montréal. Il lui faudra quitter cette famlle d'adption où, en compagnie de ses soeurs Béa et Alice, elle grandit entourée d'amour, au milieu d'infinis champs de maïs. En trois jours et trois rêves, elle va traverser le continent et rencontrer des personnages aux ailes felliniennes. A son arrivée à Montréal, une des pages les plus importantes de sa jeune viue aura été tournée...

     

     

    Par le voyage initiatique de Rhéauna, nous plongeons dans l'atmosphère du début du siècle dernier, celui des voyages en train à vapeur. Les personnages que la petite fille va rencontrer sont haut en couleurs. Chacun à sa façon va lui ouvrir les portes d'un monde qu'elle ignore, d'une société qu'elle ne soupçonnait pas. C'est un roman où la femme a beaucoup de place : mère, grand'mère, tantes... l'univers féminin est omniprésent dans ce roman plein de tendresse.

    J'ai retrouvé ici avec plaisir l'accent chantant du Québec et les tournures de phrases typiques. Un régal.

     Romans policiers

    Yahoo! Blogmarks

    1 commentaire
  • Mes lecturesUn homme vous sauve la vie. En échange, il exige votre engagement à faire tout ce qu'il vous demandera... pour votre bien. C'est ce qui arrive à Alan alors qu'il est prêt à se jeter dans le vide, du haut de la tour Eiffel...

    C'est un roman. Mais c'est aussi un traité de psychologie. Il y a du suspens, des rebondissements et pas mal de conseils pour mieux vivre en accord avec soi-même.

    L'histoire est tellement prenante qu'on a du mal à le poser tant qu'on n'a pas tourné la dernière page. Il se lit facilement, l’écriture est très fluide et tient en haleine jusqu’au bout.
    Il nous transmet le message que chacun d'entre nous est important et que le regard des autres ne devrait pas influencer notre façon de vivre.
    Par des exercices concrets liés à la vie quotidienne il nous donne le moyen de changer pour devenir soi-même, approfondir et augmenter l'estime de soi ; et donc de s'imposer en tant que personne morale, et physique.
    Il nous enseigne a créer de nouvelles habitudes de l'esprit plus positives et plus valorisantes pour apprendre à s'aimer.
    Pour être heureux, il est nécessaire de s'affirmer dans ses différences.

     

    Yahoo! Blogmarks

    3 commentaires
  • Mes lecturesBruxelles est une ville en plastique, comme le reste de la planète : on y voit courir des petits bonshommes dérisoires, emportés dans le courant de leur vie comme des bouteilles vides à la surface du canal. On rit, on se bat, on se débat, puis on se laisse aller et on se retrouve noyé dans la vase, sans avoir rien remarqué. A moins qu'un soubresaut ne change le cours des choses...

    Ce n'est pas moi qui le dit, mais la 4e de couverture de ce recueil de nouvelles.

    Mon avis :

    Dix nouvelles. Dix tranches de vie. C'est moi, toi, vous, cela peut être n'importe qui. Amusantes, déroutantes, scabreuses, surprenantes, ces nouvelles ne laisseront pas indifférent. On aime ou on déteste, on y voit du talent ou au contraire on pense que Nicolas Ancion brade le sien ici. La nouvelle est un genre difficile et je pense que Nicolas Ancion y excelle. Mention spéciale pour Moi je dis qu'il y a une justice et Haute pression, mes préférées.

    Mes lectures

     

    Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique