• Ne t'attache pas, Morgane BICAIL

    Ne t'attache pas, Morgane BICAILAlexie, seize ans, mène une vie rangée. Ce n’est pas le cas de son voisin, le séduisant et ténébreux Jérémy, qui ne vit que pur le risque et ne tarde pas à l’entrainer dans les défis les plus insensés.
    Mais quel avenir y a-t-il pour une relation placée sous le signe de l’adrénaline et vouée à la clandestinité ?
     

    Mon avis : 

    Il est de ces rencontres qui me font dire que rien n’arrive pas hasard et ce livre en est une. Il est tombé à point nommé, au moment où j’abordais en classe la prise de risque.

    Alexie, 16 ans, fait la connaissance de son voisin Jérémy et tombe rapidement sous le charme de ce mauvais garçon énigmatique et secret. J’ai rapidement compris vers où l’auteure m’emmenait, mais sa force est d’être arrivée à me garder ferrée à l’histoire et à me surprendre.

    Malgré sa jeunesse, Morgane Bicail impressionne par sa justesse de ton et son écriture fluide, sans mièvrerie aucune. On sent dès le départ que cette amitié forte va évoluer et qu’elle risque de déraper. Alexie est trop naïve et sous l’emprise de Jérémie pour pouvoir lui résister et celui-ci, en bon manipulateur, en profite. Pourtant, au départ, Alexie semble être bien dans sa peau, déterminée et lucide. Mais sa gentillesse et sa naturelle candeur ne l’ont pas armé à s’opposer à quelqu’un qui, comme lui, carbure à l’adrénaline et fait de sa vie une prise de risque constante. Parviendra-t-elle à freiner cette mise en danger ou succombera-t-elle, elle aussi, à la tentation de frôler la mort ?

    A l’époque des défis lancés sur les réseaux sociaux, dont la célèbre baleine bleue, il me semble intéressant et utile d’aborder cela dans un roman jeunesse. Certaines scènes auraient cependant pu, à mon sens, amener plus de développement et de réflexion, mais l’ensemble se lit bien et rend le lecteur curieux de connaitre le dénouement. Les personnages sont cohérents, même si Alexie aurait pu être un peu plus consistante, et l’histoire est touchante. Sans doute la jeunesse de l’auteure, elle a 16 ans, y est-elle pour beaucoup mais je pense qu’en vieillissant, elle corrigera d’elle-même ces défauts. 

    En résumé, malgré des points améliorables, j’ai apprécié ce récit et le proposerai à mes élèves qui, j’en suis sûre, y trouveront de quoi s’identifier aux héros.

    Merci aux éditions Lafon pour cet envoi.

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :