• Nos éclats de miroir, Florence HENCKEL

    Nos éclats de miroir, Florence HENCKELJe m’appelle Cléo et j’aurai bientôt 15 ans, 1 mois et 20 jours. Cette date est importante pour moi car c’est à cet âge-là que tu es morte, ma chère Anne Frank. Tu es mon écrivaine préférée ! Alors j’ai décidé de m’adresser à toi dans ce nouveau carnet. Je vais te raconter ce qui m’interroge, me fait rire ou me bouleverse. Toutes ces choses que je n’oserais jamais dire à voix haute : le voile devant les yeux de ma mère ; ma meilleure et parfois cruelle amie Bérénice ; ma grande sœur, si forte et déterminée ; Dimitri, mon amour d’enfance perdu de vue ; la complexité du monde. Mais aussi mon reflet, si mouvant qu’il m’échappe… ou parfois se brise.

    Je vais te parler de nos éclats de miroirs. Les tiens, les miens, les leurs.

     

     

    Mon avis :

     

    J’ai aimé l’idée de départ. Cléo rédige son journal intime et l’adresse à Anne Frank, dont l’ouvrage l’a marquée, et signe Kitty chacune de ses lettres.

    Nous découvrons la vie d’une collégienne aux prises avec des relations familiales tendues (sa mère, veuve depuis son enfance, a vécu difficilement cette situation durant de longues années et là, elle souhaite refaire sa vie) et peu amis sur qui compter. Son amie Bérénice, à laquelle Cléo trouve des excuses, est toxique et elle n’est pas aussi proche de sa sœur, Mélodie, qu’elle le voudrait même si elle l’admire beaucoup. Tout cela aurait pu donner un roman riche. Non seulement en raison de son entourage mais parce que Cléo est en pleine adolescence, se cherche et se questionne sur des sujets qui intéressent toutes les adolescentes, comme ils ont intéressé et perturbé Anne Frank à l’époque.

    Hélas, je suis restée sur ma faim. Sans doute les 168 pages du roman y sont-elles pour quelque chose. C’est trop peu pour entrer dans des détails ou des analyses un peu développées.

    L’écriture de l’auteure est pourtant attrayante et on trouve dans ce récit de très jolis passages. Mais on ne peut pas dire qu’il y ait réellement une histoire avec une situation initiale et une situation finale. Il manque, je dirais, une suite logique aux pensées de Cléo, un fil conducteur. Par conséquent, on reste à la surface des choses, rien n’est vraiment approfondi que ce soit les relations entre les personnages ou les personnages eux-mêmes.

    Florence Hinckel nous propose une belle histoire, joliment rédigée mais peu consistante à mes yeux d’adulte. Je pense cependant qu’elle pourrait toucher de très jeunes filles (12 ans) connaissant les mêmes préoccupations et qui s’identifieront facilement à l’héroïne. D’autant que ce roman est agréable à lire et très court.

    Il paraîtra le 17 janver prochain.

    Je remercie les éditions Nathan pour cet envoi présenté dans un joli coffret et accompagné d’un carnet blanc et rose comme la couverture du livre et d’un stylo bille assorti. Une charmante attention en ces jours de fêtes.

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :