• Outplacement, Arnaud DE LA CROIX

    Outplacement, Arnaud DE LA CROIXOutplacement. Avant de vivre l’expérience, je connaissais le mot de vue. Et il ne m’inspirait pas confiance. Sans doute parce que s’y trouve le préfixe out, comme dans "Qui est IN et qui est OUT ?", ou comme dans knock out…

    Mon avis :

    Je me suis replongée cette semaine dans la lecture numérique.
    ONLIT est une maison d’édition bruxelloise qui publie depuis janvier 2006. Sa politique de vente est de proposer des publications de qualité à prix réduits (entre 0 et 4,99 euros) en multi format sans DRM.

    Parmi leur catalogue, j’ai choisi ce livre d’Arnaud de la Croix, philosophe, éditeur, enseignant et écrivain belge dont j’ai déjà apprécié d’autres ouvrages.
    Ici, il nous propose un récit basé sur des faits réels -un récit post-professionnel comme il dit- même si c’est difficile à croire.

    « Outplacement » est un mot qui ne se traduit pas en français mais, comme il le précise d’emblée, « cela ne l’empêche pas de trimballer une chaîne lexicale qui fait froid dans le dos : mettre dehors, déplacer, déporter (au sens de porter hors du cocon douillet de l’entreprise, de déverser dans la rue, où les SDF meurent de froid). »

    En Belgique, la loi contraint l’employeur qui licencie un employé de quarante-cinq ans et plus, à financer son outplacement. En échange, l’employé licencié est obligé de suivre une formation qui lui permettra ensuite d’émarger au chômage. Nous nous retrouvons donc au cœur d’une formation de ce type, où une petite dizaine de chômeurs récents tentent de retrouver confiance en eux pour affronter le monde impitoyable des agences d’intérims. De la rédaction du curriculum à la façon de se présenter lors d’un entretien d’embauche, ils espèrent trouver trucs et ficelles pour mettre toutes les chances de leur côté, apprendre à se vendre, donner envie à l’employeur de les engager eux plutôt qu’un autre.
    Pour supporter ces séances et parce qu’elles l’amusent ou le navrent, le narrateur a pris des notes tout au long de sa formation et nous livre ici son témoignage. Il nous présente Marianne, la formatrice, blonde, lisse, polie, jolie à regarder mais qui ne semble pas entrer en empathie avec ses stagiaires : Josée l’aînée du groupe, qui rit nerveusement pour cacher sa gêne ; Christian, le vendeur né ; Katie, au physique ingrat mais déterminée ; Robert, proche de la retraite et excédé… un échantillon représentatif des personnes que l’on rencontre dans ces formations.

    On sourit une ou deux fois. On s’émeut, on compatit souvent devant ces personnes que la société jette sans scrupule, après des années de bons et loyaux service. La souffrance, la honte, la difficulté à rebondir… tout est décrit sans jugement.

    Un avis cynique et hallucinant sur ces formations sans âme, sans respect, humiliantes même. Cinquante pages écrites dans une langue claire et forte, sur un ton lucide, sans concession, à lire absolument.

     

     Outplacement, Arnaud DE LA CROIX

     






    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Décembre 2013 à 19:53
    Anne (desmotsetdesno

    C'est un des titres que tu as choisis grâce à ta nouvelle liseuse ? ;-)

    2
    Lundi 9 Décembre 2013 à 23:42

    Non, celui-là me tentait beaucoup.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :