• Parce que je t'aime, Guillaume MUSSO

     Layla, une petite fille de cinq ans, disparaît dans un centre commercial de Los Angeles. Ses parents, brisés, finissent par se séparer. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée à l'endroit exact où on avait perdu sa trace. Elle est vivante, mais reste plongée dans un étrange mutisme. A la joie des retrouvailles, succèdent alors les interrogations. Où était Layla pendant cette période ? Avec qui ? Et surtout : pourquoi est-elle revenue ? 

     Mon avis :

    Trois personnes au passé douloureux se rencontrent sur le vol Los Angeles-New York. Leur vie changera pour toujours. Voici une histoire d’amour (des histoires d’amours), de regrets, de haine, de remords. Musso nous montre de manière un peu caricaturale qu’on peut toujours changer de vie, lui donner un autre sens et recommencer à zéro.

    C’est le premier roman que je lis de cet auteur et mon sentiment, une fois le livre fermé, est mitigé. Le style est banal (ni poétique, ni particulier et empreint de lieux communs) mais il n’est pourtant pas si mauvais que je me l’étais imaginé en lisant les critiques sur certains blogs. Ensuite, la construction, faite de flash-back et d’histoires alternées, amène un certain suspens à cette histoire simple. Et, il faut bien le reconnaitre, la situation initiale étant intrigante, on est entrainé malgré tout, de page en page avec l’envie de connaitre le dénouement.

    Hélas, les personnages sont lisses, leurs réactions convenues ; certains faits ne sont pas exploités comme ils auraient pu l’être et la fin est décevante. Bref, je ne suis pas devenue fan.

    Cependant, après lecture, je comprends mieux ce qui plaît chez Musso. Certains peuvent se sentir concernés, se reconnaitre dans les personnages ou dans leurs réactions. Les bons sentiments ont la part belle et une morale – même caricaturale – vient ponctuer le récit. Il ne bouscule pas le lecteur, il lui donne à lire ce qu’il attend, l’entrainant dans un univers qui l’éloigne de ses préoccupations quotidiennes tout en le gardant dans un environnement connu, facile à appréhender. L’empathie joue à plein et le lecteur adhère au récit.

    Après les deux romans précédents, celui-ci fait pâle figure. Lu dans le cadre du challenge « Histoire de famille », il ne m’aura pas fait grande impression. Des deux frères, Valentin a nettement ma préférence.

     

    Parce que je t'aime, Guillaume MUSSO

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Sharonina
    Jeudi 2 Août 2012 à 10:24

    Merci pour ta participation ! Le challenge est validé.

    Les mêmes ingrédients se retrouvent d'un roman de Guillaume Musso à l'autre...

    2
    Vendredi 3 Août 2012 à 15:00

    J'ai été surprise de voir ce titre dans tes billets... Le commentaire me rassure : cet auteur ne me tente pas du tout. Je me suis laissée tenter par Lévy, de nombreuses fois, et vraiment, je ne souhaite pas renouveler l'expérience avec Musso... Enfin, pas avec Guillaume, parce que ce que j'ai pu lire des avis concernant son frère me tente beaucoup plus !

    3
    Vendredi 3 Août 2012 à 18:17

    Oui, je l'ai lu pour le challenge car il fallait lire les deux mais je ne pense pas réitérer. Par contre, Itzamna, je viens d'un roman qui te plairait. A lire demain !

    4
    Misstrip
    Samedi 4 Août 2012 à 19:01

    Un petit Musso par été...ça ne mange pas de pain! et surtout ça détend... C'est comme pour les bouquins d'A.Nothomb: j'attends qu'ils sortent en poche et je les lis d'une seule traite...ou presque! En ce moment, "L'appel de l'ange" occupe mes soirées. Et pour ceux et celles que ça intéresse...et bien moi, je préfère Musso à Lévy! cqfd.

     

    5
    Lundi 6 Août 2012 à 20:06

    Rien à voir avec Valentin, évidemment mais j'aime Guillaume aussi.

    J'ai lu celui-ci et je ne me souviens pas du tout de l'histoire. Comme quoi, on peut aimer et oublier aussi vite.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :