• Mes lecturesTransformer la grammaire en conte ; faire goûter la saveur de la langue ; rompre avec le jargon des programmes scolaires pour retrouver le plaisir... voilà les objectifs poursuivis par Erik Orsenna. A travers l'histoire de deux enfants, rescapés d'un naufrage, qui ont perdu l'usage de la parole, il va, par l'intermédiaire de Mr Henri, leur faire découvrir une région magique peuplée de mots vivants !

    Mon avis :

    Pour une amoureuse de la langue, ce conte poétique est un plaisir savoureux. Un délicieux intermède entre deux romans, pour mieux goûter au bonheur de lire. Il m'a tant plu que je l'ai lu ensuite à mon fils. Il a adoré !

    On ne peut que se reconnaître dans la critique de l'académisme pédagogique de Mme Jargonos qui bannit les jeux de mots, les paraphrases, le plaisir pour décortiquer scientifiquement les phrases et les récits selon une grammaire normative. Cette abominable et acariâtre Mme Jargonos, qui affirme pourtant aimer la langue, tire son charabia directement des programmes français. Un régal... si on peut dire...

    Cette fresque allégorique et critique des méthodes pédagogiques en vigueur est à lire par tous les amoureux de la langue française et par les jeunes qui trop souvent la méconnaissent.

    " Bénissez la chance, mes enfants, d'avoir vu le jour dans l'une des plus belles langues de la Terre. Le français est votre pays. Apprenez-le, inventez-le. Ce sera, toute votre vie, votre ami le plus intime. "

    A lire de 10 à 100 ans !




    1 commentaire
  • Mes lecturesQue la paix de Noël habite vos coeurs et vos familles.

    Nuit magique où chacun redevient un enfant et se souvient des Noël d'autrefois, d'un feu de bois, des contes lus à la lueur des bougies...

     

     


    4 commentaires
  • Mes lecturesNous sommes en 1930, en Alabama. La Grande Dépression touche les moins nantis de cet état ségrégationiste et esclavagiste. Atticus Finch, avocat issu d'une bonne famille blanche, élève seul, comme il peut, ses deux enfants : Jem et Scout. Calpurnia, sa bonne noire, l'aide de son mieux. Scout nous livre une chronique famiiale délicieuse où elle nous confie les petits bonheurs et les grandes préoccupations de sa vie. D'un caractère impétueux, elle est du genre "garçon manqué" ce qui n'est pas apprécié des dames de la bonne société. Cependant, elle vit heureuse et insouciante. Mais leur quotidien familial va être perturbé, sécoué même, lorsque leur père sera choisi pour défendre Tom Robinson, un Noir accusé du viol d'une jeune blanche. Le fossé entre Noirs et Blancs semble soudain abyssal. Mais un doute s'installe, porteur d'espérance.

    Mon avis :

    Je ne connaissais pas ce petit bijou de la littérature américaine, écrit en 1960. L'héroïne de La couleur des sentiments y fait allusion à maintes reprises et cela m'a donné l'envie de le lire. C'est une merveilleuse découverte. L'idée de faire de la fillette la narratrice, donne au récit une fraicheur et une spontanéité qui est pour beaucoup dans le plaisir qu'on a de le lire. Le regard qu'elle porte sur le monde des adultes est sans pitié et ses propres valeurs sans concession.

    Le style est agréable, teinté d'humour et de dialogues succulents. C'est une ode à l'enfance, un arrêt sur image de la société américaine puritaine des années 30, une histoire d'amour entre un père et ses enfants et une réflexion sur la justice et nos valeurs humaines.

    Un très agréable moment de lecture. Un livre à conseiller dès l'adolescence.

     


    4 commentaires
  • Mes lecturesC'est la tradition, en cette période, chacun fait le bilan de l'année écoulée.

    Les JT nous proposent à l'envi leurs rétrospectives  ; les magazines féminins, les produits de beauté qui ont changé nos vies ; les magazines littéraires, les 20 meilleurs livres de l'année.

    Ainsi, pour le magazine LIRE, le meilleur livre de 2010 est sans conteste, Hammerstein ou l'intransigeance. Une histoire allemande. de Hans Magnus Enzensberger. Loin de moi l'idée de critiquer ce choix, je ne l'ai pas lu et je n'en ai même jamais entendu parler. Pas plus que de 16 autres ouvrages de LA liste, d'ailleurs. Quelle béotienne je fais !

    Moi, ce que je voudrais savoir c'est ce que VOUS vous avez aimé lire cette année. Peu importe que le livre soit paru ou non en 2010. Donnez-moi votre trio de coups de coeur, les lectures qui vous ont fait vibrer cette année.  Allez je me lance.

    1. La couleur des sentiments, Kathrin Stockett

    2. Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, MA Shaffer et A Barrows

    3. L’ombre du vent, Carlos Ruiz Zaffon

     

    Oui, je sais, c'est difficle ! Mais il faut choisir. J'attends votre trio, pas davantage.

     

     


    19 commentaires
  • Mes lecturesIssus d'une famille aisée, un jeune professeur et sa charmante épouse héritent d'une grande propriété à Theux. Les mystères de la famille rattrapent bientôt ce jeune couple qui, avec l'aide des inséparables copains Dan et Gégé, vont essayer de résoudre l'énigme d’une bague maudite.

     

     

    « Je n'ai pas la prétention de me prétendre "écrivain" quoique celui qui écrit est écrivain. Ces petits romans content les aventures de deux copains qui ont l'art de mettre leur nez là où il ne faut pas. Des petits romans pour ados mais que les adultes de tout âge apprécient eux aussi. » C’est ce que dit l’auteur, Gérald Delvaux de ses romans.

     

    Theutois dans le cœur et dans l’âme, il nous conte dans ce 3e roman, les aventures rocambolesques de trois amis, sur les traces d’une bague mystérieuse qui daterait de l’époque des croisades. Mêlant habilement fiction et réalité, ce roman nous entraîne dans la région theutoise dominée par son plus beau fleuron, le château de Franchimont. Entre légende et roman initiatique, le récit nous plonge dans une aventure dont on souhaite ardemment connaitre l’issue.

    Quiconque connait la région goute avec bonheur les descriptions qui en sont faites ; pour les autres, cela n’est hélas pas très parlant. Cependant, Gérald Delvaux fait aussi ici, sans en avoir l’air, œuvre d’historien, laissant aux générations futures une trace indispensable de leurs racines : le Marquisat de Franchimont, qui faisait partie de la Principauté de Liège, s’étant illustré plus d’une fois dans l’Histoire.

     

    J’ai pris plaisir à lire cette histoire et me procurerait certainement les romans précédents. Je déplore cependant que l’impression souffre de plusieurs coquilles dommageables à la lecture, la plus malvenue étant celle qui place l’épopée des 600 Franchimontois en 468 !

     

    A lire pour le plaisir de la découverte dès 10 ans.

     

     

     Mes lectures  Mes lectures

     

     

     


    votre commentaire
  • Quand on voyage dans la blogosphère, on est régulièrement sollicité par des challenges de lecture. Je ne suis pas fan du genre car je n'aime pas être obligée de lire. Je lis pour mon plaisir avant tout. J'ai cependant accepté le challenge "Littérature belge" proposé par Reka car il me poussait à lire des auteurs présents dans ma PAL depuis quelques temps et que je reléguais toujours vers le bas. Il m'a aussi permis d'en découvrir d'autres et ce fut un plaisir.

    Ici, j'ai accepté un nouveau challenge car il ne m'oblige en rien. Le principe est de choisir des romans à lire ayant dans leur titre, un mot correspondant aux différentes rubriques du jeu Petit Bac (ou 7 colonnes, chez nous). Quelle chance, j'ai tout ce qu'il me faut dans ma PAL !

    Le principe du jeu est évidemment adapté aux lecteurs avides et voraces que nous sommes et propose sympathiquement de remédier au volume déraisonnable de nos PAL : l’objectif est que le titre de nos livres réponde aux critères-petit bac suivants : prénom, lieu, métier, animal, végétal/minéral, objet et sport/loisir.

    Voici donc le résultat de ma pioche :

    Prénom : Elle s’appelait Marine, Philippe Delerm

    Lieu : Les chroniques de San Francisco, Armistead Maupin /América, tome 2, Romain Sardou

    Métier : Princesse Zoumouroud, Gudule / Le cueilleur de fraises, Monika Feth

    Animal : Des souris et des hommes, Steinbeck /  Loup, y es-tu, Jeanine Boissard

    Végétal/minéral : Le dahlia noir, J. Ellroy

    Objet : La bague maudite de Franchimont, Gérald Delvaux / Trois petites histoires de jouets, Philippe Claudel

    Sport et Loisir : Un bout de chemin ensemble, Gudule / Voyages en terres inconnues, Laurent Gaudé

      

    Mes lectures Pour s'inscrire à ce challenge :

    http://ennalit.canalblog.com/archives/2010/12/04/19654647.html?t=1292673284622#c39296120

     


    7 commentaires
  • Mes lecturesPier Klok est un rêveur, un candide, un naïf. Dépourvu de toute méchanceté, il voudrait voir les gens heureux. Pour lui, la vie est une grande fête forraine. Sa maladresse, sa différence font peur et on croit qu'il se moque. Alors on le chasse. Nous sommes sous l'occupation allemande. Pier va quitter son village d'adoption en Wallonie pour rejoindre la Flandre. Mais il n'y sera pas mieux accepté, si ce n'est par Staf den Bul qui va s'attacher à lui. Mais sa grande bonté et son éternelle joie de vivre le feront même échouer dans ses activités de résistant. Sera-t-il jamais à l'aise dans notre univers blasé et mesquin ?

    Mon avis :

    Ecrite en 1959, cette fable poétique attachante nous parle de la Belgique sous l'Occupation, des privations, des rancoeurs... Dans un monde de brutalité et de haine, Pier n'aspire qu'au bien, ne veut que le beau. Il est plein de bonnes intentions mais face aux injustices, il ne passe à l'action que si la mort entre en ligne de compte. Les méprises s'enchainent mais lui continue à y croire, ne se décourage pas. Il n'y a pas d'issue à cette situation. Pier restera incompris, mal à l'aise dans ce monde qui le blesse. Mais il nous aura donné à réfléchir sur notre condition d'homme.

    Prix Rossel en 1961, ce livre (et cet auteur) mériterait d'être connu.

    Mes lectures

     

     


    votre commentaire