• De rivières, Vanessa BELLElle baigne aux lits des rivières. Le cœur musclé, sans jamais renoncer à rien, elle se construit une maison en dehors de sa bouche, elle devient ruisseau, lac, pluie, fleuve.

    De rivières porte ses filles à bout de bras, léguant un chant radieux et son élan décisif à un romantisme féminin qui déborde l’avenir. Nés de cette rage sublime qui agite nos corps, ses mots transportent un puissant vent de courage.

     

    Mon avis :

     

    Ce recueil de poésie parle de la femme, de la maternité et de ce que cela implique. Les poèmes sont courts et en vers libres. Parfois une phrase seule suffit pour tout dire tant ils sont riches.

    Femme et rivière se confondent, ondoient, coulent ou bouillonnent. 

     

    Il faut prendre le temps pour appréhender au mieux la puissance de ces vers riches de plusieurs lectures. Souvent les poèmes se répondent les uns aux autres racontant une histoire où les émotions ont une place prépondérante. « N’ignorez pas vos colères, elles sont vos romances » écrit l’auteure, revendiquant ainsi cette rage qui agit comme une énergie créatrice.

     

    De rivières parle de femmes fortes, de sœurs, de femmes meurtries, abusées, déchirées et de femmes aimantes. Elles les rassemblent sous le signe de l’eau, unies dans la résistance.

    La parole de Vanessa Bell est féministe, engagée. Elle nous confie un récit personnel mais qui trouvera un écho en chacune de nous sous l’un ou l’autre aspect. C’est beau, dur, fort.

      

     

    De rivières, Vanessa BELL1er

     

    Yahoo! Blogmarks

    5 commentaires
  • Top 10 à la Québécoise

     

    Pour ce mois québécois qui débute aujourd’hui, il nous est demandé d’établir notre TOP 10. Or, il y a deux ans, j’avais déjà établi celui de mes lectures préférées. Et ce fut un choix cornélien.

    Pour ce premier billet du mois québécois, je vais donc établir le TOP 10 de mes envies québécoises, tous domaines confondus. 

     

    - Retourner au Québec 

    - Avoir la possibilité d’y rencontrer des Québécois que je suis et qui me suivent sur les réseaux sociaux, le blog, Instagram…

    - Rencontrer des autochtones dans leur cadre de vie et échanger avec eux

    - Assister à un concert des Cowboys fringants

    - Être invitée par une maison d’édition québécoise à visiter ses bureaux, ses installations…

    - Avoir le temps de lire enfin « Le plongeur » de Stéphane Larue…

    - … et « La fiancée américaine » d’Eric Dupont

    - Découvrir le dernier roman de Patrick Senécal

    - Avoir la possibilité de trouver en Europe les films adaptés des romans de Martin Michaud

    - Voir plus de films québécois distribués en Belgique

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    14 commentaires
  • Civilizations, Laurent BINETVers l’an mille : la fille d’Erik le Rouge met cap au sud.

    1492 : Colomb ne découvre pas l’Amérique

    1531 : les Incas envahissent l’Europe.

    À quelles conditions ce qui a été aurait-il pu ne pas être ?

    Il a manqué trois choses aux Indiens pour résister aux conquistadors. Donnez-leur le cheval, le fer, les anticorps, et toute l’histoire du monde est à refaire.

    Civilizations est le roman de cette hypothèse : Atahualpa débarque dans l’Europe de Charles Quint. Pour y trouver quoi ?

      

    Mon avis :

     

    Débuté fin septembre, j’ai abandonné ce roman avant la fin, me disant que j’y reviendrai peut-être mais je n’en ai pas ressenti l’envie. J’avais rédigé un premier billet, rapidement interrompu. Je pensais ne pas le publier. C’est l’avis d’une blogueuse qui m’a donné envie de revenir à mes notes pour le finaliser.

     

    « Civilizations » est le nom d’un jeu vidéo. Je l’ignorais jusqu’à ce que mon fils m’en informe. Il consiste à développer une civilisation et à être meilleur que les concurrents. Laurent Binet indique donc dès le début que tout cela n’est qu’un jeu.

    Ce roman est divisé en quatre parties. La première évoque la fille du pirate Erik le Rouge, (j’ai eu du mal à entrer dans cette saga nordique et à comprendre son intérêt jusqu’à ce qu’on parle du fer) la deuxième est une parodie de journal de bord de Christophe Colomb, suivie d’une chronique sur l’arrivée des Incas en Europe alors que la guerre de religion fait rage, probablement la plus dynamique mais j’y ai perdu pied, je n’ai plus suivi l’auteur.

     

    Ce roman se veut une uchronie, c’est-à-dire un récit de fiction basé sur des faits historiques mais dont une donnée aurait changé. Ici, Binet imagine que Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique et ne rentre pas en Espagne et qu’au contraire ce sont les Incas qui vont envahir l’Europe où leur religion remplace le catholicisme. C’est amusant un temps (pour autant qu’on ait des connaissances historiques sur l’époque), les chapitres sont brefs et permettent une progression assez rapide et puis… pfff.

     

    Cela aurait dû me plaire, j’aime les romans historiques, l’uchronie, Binet… Mais le mélange des genres m’a semblé d’une grande maladresse. Laurent Binet écrit bien, son récit tient la route mais c’est un tel étalage de savoirs, d’allusions littéraires, de parodies, de références de toutes sortes… qu’on arrive à saturation. L’uchronie devient un exposé historique (à l’envers) et didactique sans émotion. Et on ne sait plus s’il s’adresse aux amateurs de SF en cherchant à les instruire (pensant ainsi qu’ils ne le sont pas) ou s’il tente d’attirer son public vers un genre qui ne lui est pas familier, surfant ainsi sur la vague à la mode. « Moi aussi, je peux écrire de l’uchronie, mais en mieux ».

     

    Déception donc et abandon, ce qui est assez rare chez moi mais j’ai trouvé le récit par trop inégal.

    Yahoo! Blogmarks

    6 commentaires
  • Il revient !

    Comme chaque automne, le challenge de Karine et Laurence nous revient avec son accent chantant, ses grands espaces, ses écrivains talentueux et ses histoires fortes.

    Cette année, nous étrennons un tout nouveau logo, réalisé par Isabelle Soucy. Tout beau, épuré, élégant, rappelant la nature, la mer, la montagne, la liberté. Je l'adore !

    Je ne lis pas québécois qu’en novembre, mais c’est toujours un rendez-vous privilégié où je prends le temps de ne lire que cette littérature et d’en profiter pleinement, une bonne tasse de thé au vin de glace à la main.

    J’ai hâte ! Et vous ?




    De rivières, Vanessa Bell
    Omaha Beach, Catherine Mavrikakis
    Jours d'attente, Desaulniers-Brousseau et Leclerc
    Un ménage rouge, Richard Ste Marie
    Rivière tremblante, Andrée A. Michaud   
    Le deuxième mari, Larry Tremblay
    La curieuse histoire d'un chat moribond, Maire-Renée Lavoie
    L'angoisse du poisson rouge, Mélissa Verreault



     

      

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    6 commentaires
  • Rien n'est noir, Claire BERESTÀ force de vouloir m’abriter en toi, j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage. Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter. Mais qui a envie de vivre abrité des orages ? Et tout ça n’est pas triste, mi amor, parce que rien n’est noir, absolument rien.
    Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes. Elle jure comme un charretier, boit des trempées de tequila, et elle ne voit pas où est le problème. 

     

    Mon avis :

     

    Claire Berest nous raconte dix ans de la vie de Frida Kahlo dans ce roman de la rentrée. Elle revient sur l’accident qui a failli la tuer et l’a laissée percluse de douleurs toute sa vie. Elle relate ensuite sa rencontre avec Diego Rivera et la passion qui les lia tous les deux.

     

    Le récit, divisé en quatre parties : bleu, rouge, jaune, noir, peint le portrait d’une femme hors normes, libre, passionnée, excessive… Une femme forte qui a une revanche à prendre sur la vie. Il parle aussi de peinture, de politique, d’amour, de colère… de vie, tout simplement. Tout ce qui fit le couple Kahlo-Rivera.

    Leur insouciance, leur soif de vivre, leur exubérance cachaient en fait leurs souffrances et leurs failles personnelles. C’est la raison qui les a attirés aussi passionnément l’un vers l’autre, malgré la différence d’âge, malgré les excès et les dérives de leur amour intense et destructeur à la fois.

     

    C’est aussi l’histoire du Mexique des années trente, du communisme de l’époque, d’un monde de fêtes et de dérives où les contradictions entre les idées et les actes sont légions.

     

    Soutenu par la jolie plume de Claire Berest ce récit nous emporte dans un tourbillon de rires et de larmes, de folie et de passion. C’est un roman lumineux et vibrant. Un très bel hommage à Frida Kahlo, la femme, l’amoureuse et l’artiste.

    Un très agréable moment de lecture que je recommande aux curieux et aux amateurs d’art.

     

     Rien n'est noir, Claire BEREST5e

     

    Yahoo! Blogmarks

    2 commentaires
  • Zeus, le roi des dieux, Hélène MONTARDRELe jeune Zeus est tourmenté et ne peut s’empêcher de se poser des questions ; « Qui suis-je ? Qui sont mes parents ? Pourquoi m’ont-ils abandonné ? » Alors qu’il découvre enfin le terrible secret de ses origines, il n’a plus qu’une idée en tête : se venger de son père, le redoutable roi des Titans…

     

    Mon avis :

     

    Ce récit nous conte les origines de Zeus, sa naissance secrète, sa lignée, comment il a pris le pas sur ses frères et sœurs et choisi le mont Olympe comme demeure. Nous découvrons ou redécouvrons les Hécatonchires, ces trois frères dotés de cinquante bras à chaque épaule.

    Lu à sa sortie en 2013, je constate que cet ouvrage a été retravaillé et certains passages améliorés pour plus de clarté. Le style est fluide, l’histoire claire et les personnages suffisamment décrits pour être intéressants sans être trop complexes. Toute la série des petites histoires de la mythologie sont d’ailleurs extraordinaires.

    C’est un réel plaisir de redécouvrir la mythologie sous les mots d’Hélène Montardre. Les grands mythes racontés simplement, de manière brève allant à l’essentiel sont mis à la portée des enfants. Si vous ne les avez jamais lus, je ne peux que vous recommander de le faire au plus tôt.

    Merci aux éditions Nathan pour cet envoi.

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Petits récits mythologiques, Jason et Europe, Hélène MONTARDREJason et la Toison d’or

    Pour récupérer son trône, Jason doit rapporter la Toison d’or au roi Pélias. Mais la parure du bélier merveilleux se trouve en Colchide, une région qu’il ne peut rejoindre sans risquer sa vie. Loin de se laisser impressionner, Jason s’entoure de héros courageux, les Argonautes, et se lance dans un périlleux voyage…

     

     

     

    Petits récits mythologiques, Jason et Europe, Hélène MONTARDREA la recherche d’Europe

    Europe est une jeune fille si jolie que Zeus en tombe amoureux. Transformé en taureau blanc, il l’enlève. Les trois frères d’Europe partent à sa recherche. L’un d’eux, Cadmos, croise sur sa route de nombreux défis et doit se battre contre un monstrueux serpent. Au milieu de tous ces dangers, retrouveront-ils la trace de leur sœur ?


     

    Mon avis :

     

    Hélène Montardre continue à nous proposer des récits issus de la mythologie grecque et rédigés dans une langue simple sans être simpliste. Destiné aux jeunes dès 9 ans, ces récits épiques leur transmettent non seulement le goût de l’aventure mais aussi celui de la lecture. Parus en 2011, ces deux histoires sont des rééditions des éditions Nathan et les légendes qu’ils mettent en évidence sont peut-être moins connues.

    Dans le premier, Jason, qui a échappé à la mort grâce à ses défunts parents, vient réclamer son trône à son oncle l’usurpateur. Pour s’en débarrasser, Pélias lui promet de le lui remettre à condition qu’il ramène pour lui la Toison d’or. Faisant appel à de jeunes Grecs en mal d’aventures, il embarque avec eux sur l’Argo, le bateau construit par Argos. Leur équipage prend comme nom « Les Argonautes » et part pour la Colchide. Un grand périple plein d’imprévus et d’embuches les attend.

    Dans le second, Zeus, aidé d’Hermès, se mêle à un troupeau de vaches et de taureaux qui paissent dans une prairie où des jeunes filles cueillent des fleurs. Il a repéré une de ces jeunes filles, la plus belle. Pour l’approcher, il se transforme en taureau. Séduite par la beauté et la puissance de la bête, elle l’approche et prend même le risque de grimper sur son dos. Le taureau s’approche de la mer et galope alors loin du rivage. Les frères et la mère de la jeune Europe partent alors à sa recherche. Nous suivons les traces de Cadmos, un de ceux-ci.

    Dans les deux cas de courts chapitres rythment le récit. Ces légendes sont sublimées par l’écriture d’Hélène Montardre où chaque mot est choisi avec soin. Elle ne s’embarrasse pas de superflu et chaque mot est réfléchi. La lecture en est facilitée tout en étant plaisante.

    Merci aux éditions Nathan pour cet envoi.

     

    Yahoo! Blogmarks

    2 commentaires