• A corps perdu, Muriel ZURCHERAccusé d’avoir commis un crime monstrueux, Sacha profite d’un transfert en ambulance pour s’évader de prison. Pas le temps d’hésiter : la montagne sera sa planque. Surtout qu’il a été élevé pour survivre seul en milieu hostile.

    Mais lorsque l’étau se resserre, Sacha doit se confronter à un choix bien plus difficile : faire confiance à quelqu’un pour la première fois de sa vie…

     

    Mon avis :

     

    Alors que le pays succombe au Covid, Sacha, un gamin de quinze ans, est accusé d’un crime et se retrouve en centre pénitentiaire avant son procès. Son jeune âge et la nature de son méfait en font une cible privilégiée et il est passé à tabac. Lors de son transfert à l’hôpital, il s’évade.

     

    Le récit est construit avec alternance de chapitres dans l’ordre chronologique et de flash-back permettant de comprendre qui est Sacha ainsi que les autres protagonistes de l’histoire. On suit chacun tour et tour et on découvre leur point de vue sur la situation.

    Orphelin de mère à 5 ans, Sacha a été élevé par son père, adepte du survivalisme, afin d’être capable de se défendre dans toutes les situations extrêmes. Certaines scènes sont cruelles et révoltantes et on ne peut que se demander comment un père peut agir ainsi et pourquoi aucun adulte n’est intervenu. Tous les indices concordent pour le désigner coupable mais l’enquête a-t-elle été bien menée ?

    Océane est vive, drôle, alerte mais souffre du regard qu’on pose sur elle en raison de ses kilos en trop. Malgré sa ténacité et ses capacités, elle ne trouve pas de travail sauf dans la bergerie de sa tante.

    Louise est journaliste et tente par tous les moyens de couvrir des événements vraiment importants mais sa jeunesse et son physique de mannequin la cantonnent dans les interviews people. Elle est prête à tout pour qu’on la prenne enfin au sérieux.

    Tous les trois rendent ce récit dynamique en raison de leur personnalité et actuel grâce aux thèmes abordés à travers eux.

     

    C’est un récit poignant, dur parfois que je conseillerais dès 13 ans. Ames sensibles s’abstenir.

    Merci à Masse Critique de Babelio et aux éditions Didier Jeunesse pour cet envoi.

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Bilan et coups de cœur 2021

     

    A quelques heures de la fin de l’année, il est de tradition de faire le bilan. Cette année fut difficile sur le plan personnel et la lecture, même si elle a toujours été présente, est passée au second plan durant de nombreux mois.

    Le bilan est donc très modeste en 2021 puisque je n’ai lu que 55 livres. Heureusement beaucoup furent de qualité. Parmi mes coups de cœur, citons :

     

    Mes lectures :

    Modifié, Sébastien L. Chauzu

    Qu’à jamais j’oublie, Valentin Musso

    Premier sang, Amélie Nothomb

    Dans la tête de Sherlock Holmes, Lieron et Dahan

     

    Romans jeunesse 

    Le doux murmure du tueur, N. Monfils

     

    Romans policiers

    Ghetto X, Martin Michaud

     

     

    Par contre, plusieurs maisons d’édition m’ont fait confiance et proposé des partenariats. Tous intéressants. J’ai aussi beaucoup échangé sur les réseaux sociaux avec des auteurs, chroniqueurs ou attachés de presse et ce fut très enrichissant. Et j’ai enfin eu la chance d’accueillir dans ma classe Frank Andriat et ce fut vraiment un très bon moment.

     

    Espérons que 2022 sont plus légère et me permette de reprendre des habitudes de lectures plus régulières.

     

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Le jour où j'ai réussi à effacer mes interros et le reste, Cyril GUINETSi vous en aviez le pouvoir, qui ou que feriez-vous disparaitre de votre vie ?

    Pour Emile, élève de sixième, la liste est longue, des choses qu’il aimerait voir se volatiliser comme par enchantement, à commencer par le diner, son interro d’anglais, et Monsieur Crumbeul, le prof d’anglais…

    Mais suffit-il d’une gomme magique pour effacer tous ses ennuis ?

     

    Mon avis :

     

    Emile est en 6e et n’a pas une vie facile entre les tensions familiales et le trio maléfique de sa classe qui mène la vie dure à tous et notamment à lui. Le jour où il achète une gomme magique, sa vie va changer. Il se sent pourvu d’un pouvoir exceptionnel. Il peut effacer tout ce qui ne va pas autour de lui. Mais un grand pouvoir s’accompagne de grandes responsabilités.

     

    J’ai apprécié ce récit drôle au héros attachant qui tente d’affronter ses problèmes du quotidien. Des problèmes ordinaires mais qui lui empoisonnent la vie. Et cela permet aux jeunes lecteurs de s’identifier à ce héros sympathique qui vit les mêmes mésaventures qu’eux : une interro mal préparée, des aliments qu’on n’a pas envie de manger, une belle-mère qu’on n’a pas envie de trouver sympathique et des petites frappes qui lui mènent la vie dure.

     

    Un peu fantastique, ce récit parlera aux jeunes qui ont sûrement déjà rêvé d’un tel objet magique. Humoristique et dynamique, il est aussi agréable à lire et plaira au plus grand nombre.

     

    Merci aux éditions Mijade pour cet envoi. 

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  • L'affaire du ticket scandaleux, C. LIERON & B. DAHANSherlock Holmes et le Dr Watson sont sur la piste d’un mystérieux ticket de spectacle chinois, prétexte pour sélectionner une catégorie de spectateurs, dont les « élus » finissent enlevés plus tard dans la nuit. Tous les métiers et couche de la société semblent ciblés.

    Quel genre de complot trame le sulfureux mage ?

     

     

     

    Quel plaisir de plonger dans ce 2e tome « Dans la tête de Sherlock Holmes !

    On retrouve ce qui a fait le succès de la première partie c’est-à-dire l’originalité de la mise en page, ramifiée et spectaculaire, le fil conducteur à suivre pour comprendre les pensées du détective, ses raisonnements et la manière toute particulière qu’il a de relever des indices comme lors d’une bagarre suite à une course poursuite sur les toits de Londres. Ce second tome foisonne lui aussi de détails à rechercher et découvrir. Un vrai jeu de piste et d'observation qui ajoute au plaisir de la lecture.

    L'immense perspicacité de Sherlock est mise en lumière grâce à des procédés où le lecteur est appelé à réfléchir également devant l’exposition originale des indices. On suit réellement l’enquête au rythme de ses réflexions. Une enquête tortueuse, comme les pensées d'Holmes.

     

    Quant à la mise en page dont je vous parlais, elle est soignée, présente des astuces en transparence, une coupe de la tête du détective qui nous montre les rouages de ses pensées et, à nouveau, une couverture découpée du plus bel effet.

    Les dessins de Benoit Dahan sont toujours aussi précis, léchés et le scénario de cette histoire inédite fidèle aux écrits de Doyle. Cyril Lieron est un vrai fan.

    Une réussite totale !

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Seconde chance, Lorelei KAROLIls habitent dans une région que les industries ont désertée, provoquant fermetures, pertes d’emplois… Si personne ne parle de ses difficultés, au collège, à bien y regarder on les devine derrière certains détails, pas si anodins, comme cette ado qui arrive sans manteau sous la neige. Mais heureusement les amis sont là pour faire face, grâce à de super initiatives solidaires.

     

    Mon avis :

     

    Ce roman jeunesse aborde un sujet sensible : la paupérisation des familles dans les régions où le travail vient à manquer. Derrière les volets clos, on ignore les drames qui se jouent. La fierté des adultes les empêchent d’avouer qu’ils sont démunis et de demander pour eux les aides qu’ils donnaient généreusement aux autres il y a encore quelques mois. Et ce sont les enfants qui pâtissent, vivant dans l’inquiétude, les tensions et la peur du lendemain.

    Mais dans cette ville du Nord, quatre amis vont affronter la réalité en face et proposer de l’aide sans que personne ne se sente redevable ou ne perde la face.

     

    Un roman à l’écriture simple mais percutante, un rythme soutenu et dynamique pour parler d’un sujet hélas d’actualité. Pas de pathos, rien de larmoyant, le ton est plutôt humoristique entre les ados et donne envie de lire. De plus, c’est un récit mobilisateur.

    Un bon roman à proposer dès 11 ans.

     

    Merci aux éditions Mijade pour cet envoi.

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  • La ferme des animaux, Quentin GREBAN, G. ORWELLLorsque les animaux chassent le fermier, ils pensent que c'est le début d'une vie meilleure. Bientôt, les cochons prennent le contrôle. Un à un, les principes de la révolution sont abandonnés. "Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d'autres."

     

    Mon avis :

     

    Parmi les adultes d’aujourd’hui, beaucoup connaissent « La ferme des animaux » d’Orwell. Cette fable impitoyable a longtemps été donnée à lire aux adolescents en secondaire avant d’être supplantée par d’autres lectures. Mais ce roman reste un incontournable et est toujours d’un criante actualité.

     

    Quentin Gréban, peintre et illustrateur belge, a choisi d’agrémenter ce récit de ses jolies aquarelles et publie chez Mijade ce superbe album.

    Après s’être révolté contre le fermier qu’ils ont chassé, les animaux ont décidé de s’organiser. Tout ce qui a deux jambes est une ennemi. Tout ce qui a quatre pattes ou des plumes est un ami. Tous sont égaux. Mais le temps passe. La belle affiche reprenant les lois est détrempée par la pluie et n’est plus très lisible. Mais il semble qu’on ait ajouté quelques mots à cette première constitution édictée par tous… « certains sont plus égaux que d’autres ».

     

    Ce qui se voulait alors une satyre féroce du régime soviétique dictatorial de Staline peut s’appliquer à bien d’autres situations aujourd’hui.

    L’illustration de cette fable donnera, à n’en pas douter, de nouveaux lecteurs à cette histoire. Les aquarelles de Quentin Gréban sont magnifiques. Certaines pourraient être, par leur précision du détails et leur lumière, comparées à des tableaux de maîtres flamands. Le pinceau de l’auteur rend presque vivants ces animaux de ferme bien ordinaires dont il parvient à faire passer la personnalité dans leur regard. Il sublime également des lieux aussi rustiques qu’une grange ou aussi simples qu’une basse-cour.

    Bref, vous l’aurez compris, je suis tombée en admiration devant ce très bel album auquel je ne trouve que des qualités. Une valeur sûre pour vos cadeaux à venir. A glisser sous le sapin !

    La ferme des animaux, Quentin GREBAN, G. ORWELL  La ferme des animaux, Quentin GREBAN, G. ORWELL

    Merci aux éditions Mijade à à la campagne "Lisez-vous le belge ?" pour cet envoi.

    Pin It

    votre commentaire
  • Dans l'article précédent, je vous expliquais que la tâche finale concernant le livre de Frank Andriat et faisant suite à son analyse, était à choisir parmi trois propositions. 

    Parmi celles-ci, les élèves pouvaient réaliser une nouvelle couverture pour le roman. C'est cette proposition qui eut le plus de succès, mes élèves trouvant la première de couverture de l'original moche (désolée). 

    Parmi leurs réalisations, je vous présente les plus abouties. Le moins que l'on puisse dire c'est que la notion de "meurtre" manque, selon eux, sur la couverture initiale. 

     

     

    Meurtre à... Frank ANDRIAT  -  Nouvelles couverturesMeurtre à... Frank ANDRIAT  -  Nouvelles couvertures

     

     

    Meurtre à... Frank ANDRIAT  -  Nouvelles couvertures Meurtre à... Frank ANDRIAT  -  Nouvelles couvertures

    Pin It

    2 commentaires