• Mes lecturesDans un futur indéfini, une dictature a remplacé notre démocratie. Toute trace du passé a été abolie. Les sentiments, jugés subversifs, ont été bannis. A l'école, les jeunes portent un uniforme de la couleur de leur mérite. L'élite est en violet, les mauvais élèves en brun. Max a été rétrogradé. Il appréhende cette rentrée scolaire où il va devoir porter l'uniforme brun du déshonneur et affronter les humiliations. Mais il ne regrette rien de ce qu'il a fait.

    Mon avis :

    Un récit court et percutant qui permet d'appréhender ce qu'est un régime totalitaire. Passé et présent alternent, permettant de comprendre ce qui est arrivé à Max pour qu'il subisse ce quotidien humiliant. L'intrigue n'est entièrement résolue qu'à la fin et le rythme soutenu de l'histoire tient en haleine jusqu'à la dernière ligne.

    Le texte facile à comprendre peut être abordé par des jeunes de 12 ans mais pour bien apprécier ce récit de politique-fiction et les enjeux de notre société démocratique, il faudra me semble-t-il avoir atteint 14-15 ans.

     


    4 commentaires
  • Mes lecturesSix nouvelles noires, six faits divers, composent cet ouvrage. De son écriture fine et incisive, Sarah Cohen Scali traite avec une précision chirugicale de la vengeance, de la jalousie et de la violence d'êtres ordinaires. Suspens, tension ; c'est un vrai régal.

    A savourer dès 15 ans.

     


    4 commentaires
  • Mes lecturesHugo Cabret est orphelin et est hébergé par son oncle dans les combles de la gare. Son oncle y est horloger. Avant de mourir dans l'incendie du musée où il travaillait, le père d'Hugo réparait un automate. Il n'a de cesse de terminer le travail de son père, persuadé que cet automate a un message à lui confier.

    Ce livre, proposé à la lecture pour le prix Versele, m'a attirée par son volume. Je me suis demandée si des enfants de douze ans pourraient lire une telle brique. Ce fut ensuite une merveilleuse surprise de plonger au coeur des pages. Ce roman d'aventure est avant tout graphique. Les dessins en noir et blanc sont magnifiques, la beauté des traits de crayon rend l'atmosphère brumeuse, diaphane. La trame se lit dans les images qui alternent avec le texte. Cet ouvrage rend un bel hommage à l'imaginaire, à l'enfance et au monde du cinéma. Illusions, inoslite, rêves... c'est tout ça et plus encore.

     C'est un petit bijou, une perle à découvrir absolument.

    Seul gros bémol, le prix ! 17,90 euros, c'est beaucoup ! Comme les prix des autres ouvrages proposés pour le prix Versele. Si vous voulez acquérir les 6 ouvrages du prix 5 chouettes, il vous en coûtera 60 euros !!! Ce n'est pas ainsi qu'on démocratisera la culture !

     


    votre commentaire
  • Mes lectures18 mars 1314. Jacques de Molay, le Grand Maître des Templiers est brûlé sur le bûcher en plein Paris. Philippe le Bel a tenu parole. Dans la foule, Pierre assiste à la scène aux côtés de son oncle Hugues de Valperthuis. Ce sont les derniers Templiers et ils doivent maintenant veiller sur le trésor. A douze ans, n'est-ce pas là une bien lourde mission ?

    L'histoire débute par un fait historique, l'exécution de Jacques Molay et de ses condisples. Très vite, l'aventure commence et emmène le lecteur aux côtés de Pierre, un jeune garçon à peine pubère, à qui incombe la lourde tâche de tenir la promesse faite par son oncle : veiller sur le trésor des Templiers. Mais cela n'ira pas sans mal car il est mal vu d'être Templier sous le règne de Philippe le Bel. Nous embarquons alors à travers une époque et une histoire passionnante. Les péripéties et rebondissements tiennent en haleine les jeunes lecteurs, qui s'identifient sans mal aux héros. Le mystère de l'Ordre du Temple interpelle. La langue est soignée et le style soutenu ; un bon récit d'aventure qui plaît vraiment aux garçons.

    Abordable dès 11 ans en ce qui concerne le récit d'aventure, le vocabulaire pointu et le côté historique seront cependant mieux compris dès 13-14 ans.

     


    1 commentaire
  • Mes lecturesSébastien a treize ans. Ses parents étant de sortie, Justine, sa "baby sitter" vient d'arriver pour le garder. Elle est censée le faire travailler un peu. Mais un dangereux individu va s'introduire dans la maison...

    Mon avis :

    Un court roman (93 pages) présentant de grandes qualités. Le suspens en huis clos est très bien mené ; il alterne le point de vue de Sébastien dans la maison et celui de la mère inquiète qu'on ne lui réponde pas au téléphone ; l'écriture est agréable, riche, rythmée ; les métaphores sont nombreuses... Bref, un roman très bien construit et qui plaît. Il pourra être lu de 10 à 14 ans, chacun y trouvant des intérêts propres à son âge.

    Autres romans à lire où des enfants sont mis en danger : Drôle de samedi soir, de Claude Klotz, La villa d'en face, de Boileau Narcejac.

     


    1 commentaire
  • Mes lecturesLe Gouverneur de Suchum a envoyé Igor, Alexandre, Alexis et David finir une guerre en république de Saint-Jean. Quatre ans plus tard, les valeureux guerriers sont de retour avec les trois soeurs Torturo. Mais voilà que Maladie-la-Mort, insidieusement, pénètre dans Suchum : les voyageurs et les malades sont exilés sur une île...  Le Docteur Buonasera qui a vu d'autres cieux et d'autres épidémies aidera de son mieux les malades et leurs familles.

     J'ai découvert ce roman dans une brocante. Il était neuf. A mon grand étonnement, il n'était pas répertorié dans la bibliographie de Xavier Deutsch sur Wikipédia. J'ai compris en le lisant. Pas de soleil en Alaska, était un défi, un ouvrage de commande (par l'Agence de Prévention Sida) sur un sujet précis (l'exclusion) et pour un public donné : les enfants. 

     

    Xavier Deutsch répond  à toutes ces contraintes. Ce conte est sensible, poétique et aborde de façon claire le thème du sida (sans jamais le nommer). Il n’en parle pas de manière médicale pointue mais il met l’accent sur les victimes, les malades et l’exclusion qu’ils subissent. Ecrit au présent, ce récit sensible est accessible aux enfants dès dix, onze ans.

    Mes lectures

     

     


    3 commentaires
  • Treize poèmes drôles comme tout publiés dans le cadre de "La Fureur de lire". Treize petits bijoux qui m'ont beaucoup plu.

    Ludovic Flamant est Belge, né à Namur en 1978. Je ne connaissais de lui que "Chafi" un album pour enfants que possède mon fils. L'histoire d'un papa éboueur. Blessé et obligé de rester à la maison où il s'ennuie, il va recycler ce qu'il découvre dans les poubelles pour en faire des jouets, des sculptures, des objets improbables... Son fils lui soufflera alors l'idée d'en faire une exposition pour les habitants de leur quartier. Un album tendre et gai à faire découvrir aux plus petits.

    Mais Ludovic Flamant, ce sont aussi des livres pour adultes. Il me faudra les découvrir prochainement. 

    Mes lectures


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique