• La Daronne, Hannelore CAYREComment, lorsqu'on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l'existence... qu'on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l'eau tout en élevant ses enfants... qu'on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d'heures d'écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir... on en arrive à franchir la ligne jaune ?
    Rien de plus simple, on détourne une montagne de cannabis d’un Go Fast et on le fait l’âme légère, en ne ressentant ni culpabilité ni effroi, mais plutôt... disons... un détachement joyeux. Et on devient la Daronne.

    Mon avis :

    Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a du caractère, la Daronne. Après une enfance passée dans le luxe grâce à la contrebande de son mafieux de père dont elle a subi l’autorité, elle s’occupe de sa mère, absente pour elle tout au long de sa vie, mais qui se meurt lentement dans un home. Veuve très jeune, elle a élevé seule ses deux filles grâce à un travail de traductrice judiciaire. A 53 ans, désenchantée, elle trouve les gens inintéressants et n’a aucun ami. Elle a bien un compagnon, Philippe, un policier divorcé, gentil et prévenant. Mais elle ne s’y intéresse guère.

    Patience (c’est son prénom) diplômée en langue arabe, traduit à longueur de journée, des heures d’écoutes téléphoniques de dealers et de trafiquants en tous genres. Mais, payée au noir par le ministère de la Justice (cela ne s’invente pas), elle ne cotise aucunement pour sa retraite. Le hasard des écoutes et des rencontres lui donneront un jour l’opportunité de récupérer un quintal de cannabis. Elle y voit la possibilité de payer la maison de retraite de sa mère et de laisser à ses filles un toit au-dessus de leur tête.

    La Daronne est un personnage original dans l’univers du roman policier. Par son travail, elle connait les arcanes du système judiciaire de l’intérieur ainsi que le monde des dealers dont elle maitrise parfaitement les codes. Droite, humaine, n’aimant pas l’argent en lui-même mais ce qu’il procure, elle va, en quelque sorte, jouer les justiciers. Observatrice des travers humains et des faiblesses de chacun, elle a une idée précise de la valeur des gens et de leurs limites. Elle en usera à merveille dans son nouveau rôle.

    J’ai beaucoup aimé ce livre d’une auteure que je ne connaissais pas. Le franc-parler du personnage, l’humour de ce roman noir pourtant très sombre et les nombreuses réflexions qui le sous-tendent (Comment vivre dignement sans argent ? Comment prendre soin de ses parents âgés et de ses enfants à la fois ? La lutte contre le trafic de drogue est-elle vraiment efficace ?...) m’ont séduite.

    L’écriture précise de l’auteure et le ton des dialogues ciselés font mouche à chaque fois. Les anecdotes, les partis pris volontaires, les exagérations m’ont fait sourire. On sent qu’elle parle d’un monde qu’elle connait bien (Hannelore Cayre est avocate pénaliste) et n’hésite pas à en dénoncer les aberrations. Ce qu’elle nous conte est tragique, choquant mais elle parvient à le faire avec drôlerie.

    Conseillé par Michel Dufranne, ce livre vaut vraiment la peine d’être découvert. Il a d’ailleurs reçu le prix Le Point du Polar européen 2017.


    Hannelore Cayre sera au salon Boulevard du Polar des 17 et 18 juin prochain.

     

     

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    2 commentaires
  • La nuit du Renard, Mary HIGGINS CLARK"Si vous voulez retrouver votre fils et votre amie vivants, attendez les instructions. Ne prévenez pas la police."
    Le message est écrit à la craie, en lettres inégales, sur l'ardoise des commissions. Et il est signé : "Renard." Pour Steve Peterson, dont la première femme a été froidement assassinée, le cauchemar recommence. Steve prévient aussitôt le F.B.I. Pendant ce temps, un jeune homme s'apprête à mourir pour un meurtre qu'il n'a pas commis. Le compte à rebours est en marche.

    Mon avis :

    La nuit du Renard est un classique de la littérature policière et un des meilleurs Mary Higgins Clark selon moi. C’est avec plaisir que je m’y suis replongée pour l’aborder en classe.

    Steve Peterson a perdu sa jeune femme, étranglée par un inconnu dans leur maison du Connecticut. Tous les témoignages - notamment celui de Neil, leur petit garçon, qui était présent lors de l'assassinat de sa mère et qui en garde une vision épouvantée - accablent Ronald Thompson, lequel est finalement condamné à la chaise électrique mais ne cesse de clamer son innocence.

    A l’occasion du procès, Sharon, une jeune journaliste qui milite contre la peine de mort, a fait la connaissance de Steve qui a fondé une association en faveur de la peine de mort. Au fil du temps, tous deux sont tombés amoureux l'un de l'autre. On est à la veille de l'exécution. Et voilà que ce jour-là Sharon et le petit Neil sont kidnappés par un déséquilibré, qui signe Renard les messages qu'il lance par téléphone pour réclamer une rançon...

    Une fois entamé, il est difficile de lâcher ce roman. L’intrigue est habile et l’atmosphère lourde à souhait. Un contre la montre implacable débute dès l’enlèvement et on n’a de cesse de savoir si on pourra sauver à la fois la famille de Steve et le condamné à mort.

    L’auteur a choisi la narration externe à la 3e personne mais chaque chapitre apporte le point de vue d’un nouveau personnage qui raconte sa vision des faits. La structure non linéaire du récit est également intéressante puisque l’auteur a choisi de mêler un compte à rebours sur les faits avant l’exécution et le récit des journées de recherches.

    Tout comme à ma première lecture, à sa sortie, j’ai été happée par le récit. Avec l’expérience du genre, j’ai davantage remarqué les ficelles d’écriture mais cela ne m’a pas empêchée de passer un bon moment tant le rythme est soutenu.

    S’il fallait réécrire cette histoire aujourd’hui, quarante ans plus tard, sans doute serait-elle plus complexe : la technologie, les progrès de la police scientifique et les profileurs aidant. Mais il faut reconnaitre que, si les romans de Mary Higgins Clark se sont affadis au fil du temps, elle a créé un style dont les premiers ouvrages ont marqué durablement la littérature policière.

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    4 commentaires
  • Rosalinde Miller, Stanislas COTTONLe facteur Melville Tournepierre profite des beaux jours pour gravir le col de la Flèche au guidon de sa bicyclette et distribuer le courrier aux habitants du plateau. Il y grimperait deux fois s’il le fallait car cet été une jeune femme a élu domicile dans la maison de sa tante. Mais ce matin-là, quelque chose cloche… Un pied ravissant apparaît dans l’entrebâillement de la porte, et le facteur découvre le corps sans vie de Rosalinde Miller. Au même moment, Georges Conte, le boulanger, se tue au volant de sa voiture. Le Commissaire Santino Cuffaro, dont l’arrivée récente fut remarquée dans la cité – sa compagne est transsexuelle – est chargé d’enquêter. Au début de l’après-midi, deux jeunes désœuvrés membres d’un groupe d’extrême droite, les Fils de l’Aigle, perdent accidentellement la vie, l’un se tue à mobylette, l’autre est défenestré. Et chaque fois Melville se trouve sur les lieux…

    Mon avis :

    Les éditions Luce Wilquin font partie des éditions belges où je puise le plus de romans à lire. Grâce à elle, j’ai découvert nombre d’auteurs belges débutants ou aguerris.
    Ici, c’est non seulement un auteur que je découvre, mais une collection que je ne connaissais pas : « La série noire ». Le roman est paru en « Noir pastel » en 2014.

    Rosalinde Miller est le premier roman policier de Stanislas Cotton. Né en 1963, il a reçu le Premier Prix d’art dramatique au Conservatoire royal de Bruxelles et travaillé une douzaine d’années comme comédien avant de se consacrer entièrement, depuis une vingtaine d’années, à l’écriture dramatique.
    Un fou dans la manche, suite des aventures du Commissaire Cuffaro est paru en 2015.

    Un meurtre, quatre morts accidentelles, un village. Un facteur. Il pédale avec vigueur. Tenir le rythme. On compte sur lui. La journée passe. Les morts s’égrainent. Le même jour. Concours de circonstances ?
    Cadre spatio temporel concis : 24h dans un village de basse montagne du sud de la France. Une énigme : y a-t-il un lien entre toutes ces personnes ? Qui a tué Rosalinde Miller ? Les accidents en sont-ils vraiment ?
    Impression mitigée.

    L’histoire se lit facilement et la question en suspens ne trouve sa réponse qu’à la fin du récit. Cependant, la 4e de couverture en dit tellement qu’il n’y a plus grand-chose à découvrir. De plus, je n’ai pas du tout adhéré au style de l’auteur. Ses phrases courtes, minimalistes, souvent nominales, le style haché, ce n’est pas pour moi. Sans doute y a-t-il une volonté de raconter l’urgence, de donner du rythme à l’ensemble. 24h, c’est court. Mais je ne m’y suis pas sentie à l’aise. Et le langage familier ne m’a pas davantage séduite. Là aussi, on pense : « Cela colle aux personnages, des êtres frustes, grossiers... » Mais on tombe dans la vulgarité gratuite à certains moments. Trop is te veel. En tout cas, pour moi.

    Je vous invite malgré tout à découvrir cet auteur non seulement parce qu’il est belge mais parce que ce style plaira sans doute à d’autres.

     

    Rosalinde Miller, Stanislas COTTON8e

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    1 commentaire
  • Tu ne jugeras point, Armel JOBLorsque l'enfant disparaît...
    Lorsque, ce jour-là, Denise Desantis entre dans un magasin, elle est pressée et elle laisse son dernier-né dans la poussette, devant la porte.
    Lorsqu'elle ressort, la poussette est vide. Les investigations du juge commencent par l'interrogatoire de Denise Desantis, la mère. C'est une femme ordinaire, effacée.
    Mère de quatre enfants. Tout prouve son innocence. C'est une femme sans histoires. Et pourtant...

    Mon avis :

    Je découvre seulement ce roman d’Armel Job paru en 2009 et réédité aux éditions Mijade.
    Le Vendredi Saint, David, quatrième et dernier enfant de la famille Desantis disparait. Très vite, deux opinions s’affrontent : celle du juge d’instruction qui pense à un enlèvement, celle de l’inspecteur Harzée qui penche pour la culpabilité de la mère.

    Très vite, et cela perdurera tout au long du récit, le lecteur hésite entre ces deux thèses. Denise est une femme pauvre mais digne, une bonne épouse et une mère de famille exemplaire. Mais elle a pourtant laissé le petit de treize mois dans sa poussette, devant le magasin, au lieu de le rentrer. Les enfants sont bien élevés, bien traités, aimés. Pourtant, il n’existe aucune photo de David.

    Nous assistons à ce triste week-end pascal où l’enquête se met en place. La procédure lente et méticuleuse interroge les uns et les autres, les réinterroge, les confronte. Vient ensuite la reconstitution, bouleversante. On doute, on est à l’affût du moindre indice et  on se met à la place de cette mère en détresse, on compatit à sa douleur et à celle de la famille.

    Au départ d’une histoire simple et tragique, Armel Job joue avec les nerfs du lecteur avec finesse. Il devait jubiler en écrivant cette histoire caustique à souhait où la psychologie des personnages est précise et détaillée. Et ce sont ces personnages terriblement humains qui font la force du roman. Ces êtres simples, ces hommes et femmes ordinaires sont vrais et ambigus, sincères et dissimulateurs. Ils ont des forces, des failles et nous renvoient très souvent à nous-mêmes. L’atmosphère est donc lourde et terriblement réaliste.

    A la fois dramatique et intimiste, ce roman nous offre une intrigue qui tient en haleine jusqu’au bout, notamment en raison de nombreux malentendus qui le parsèment parce que les apparences sont trompeuses, parce que notre vécu nous pousse à tenir pour vrai l’un ou l’autre fait, même illogique ou insensé, parce que nous sommes prompts à juger trop vite.

    Armel Job a décroché le prix des lycéens de littérature en 2011, pour ce roman. Ce n’est pas un hasard.
    Il contient la part de mystère que nous aimons tous et réveille en nous la part d’ombre qui sommeille. Je vous le recommande chaudement à mon tour.


    Tu ne jugeras point, Armel JOB7e

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    9 commentaires
  • La fille du Triangle, Franco MEGGETTOCharleroi, novembre 2009, quartier du Triangle, haut lieu des bars à filles de la ville. La police est sur le pied de guerre en ce petit matin pluvieux. Une jeune prostituée roumaine a été sauvagement assassinée de plusieurs coups de couteaux.
    Tout récemment nommé inspecteur principal, Bruno Bianchi se voit confier la très délicate enquête. Flanqué de son inénarrable acolyte Cuvelier alias « cuve à bière », et chapeauté par la très (trop ?) troublante juge Chevalier, Bianchi pénètre l’univers glauque de la prostitution de rue, où se côtoient des filles aux abois, des michetons amoureux, des exploitants sans scrupules et des maquereaux sanguinaires.
    Qui a bien pu en vouloir à la belle et douce Irina, échouée par accident sur les trottoirs carolos ?
    Bruno cherche des réponses. Bruno veut trouver. Bruno doit trouver.

    Mon avis :

    Après une découverte de Mons en ce mois belge, je me suis plongée au cœur de la ville basse de Charleroi. Le Triangle est le nom donné au quartier chaud où trois rues rassemblaient (avant les travaux) l’essentiel de la prostitution. Le Triangle, c’est un univers particulier, « une ville dans la ville » dit un des personnages.

    L’auteur est né et a grandi dans cette ville qu’il connait par cœur. Chroniqueur judiciaire, il a couvert de nombreux faits divers en tant que journaliste et c’est donc tout naturellement qu’il a eu envie d’en raconter un.

    Ce quartier est un univers romanesque à part entière. Il y a les bons, les méchants, la jalousie, l’entraide, les filles, les macs, les clients... Rien n’est tout rose ou tout noir mais tous les ingrédients sont déjà naturellement disponibles pour écrire un roman. Franco Meggetto est passé avec aisance de la réalité à la fiction. Il n’a eu qu’à mettre en musique une partition quasiment écrite à l’avance et à donner le rythme tout en ajoutant des points d’orgue ou des silences.

    Des histoires glauques, toutes les grandes villes en regorgent. Franco Meggetto a choisi de camper la sienne dans le monde particulier de la prostitution, un univers où l’on croise beaucoup de misère humaine. L’action se déroule en 2009, dans un quartier où les filles tapinent sur le trottoir sous le regard des conducteurs qui roulent à allure réduite, ballet incessant éclairé de néons rouges ou verts. Un appel arrive au petit matin au central : une jeune roumaine a été retrouvée morte au 24 rue Desandrouin. Commence alors la lente enquête du commissaire Bianchi qui devra se faire accepter par le milieu pour espérer collecter quelques informations qui le mettraient sur la piste du tueur.

    Ce roman est celui d’une enquête classique menée par un flic ordinaire. De la découverte du corps à la conclusion, on suit les démarches de l’inspecteur Bianchi et de son équipe de l’intérieur, les interrogatoires, les devoirs d’enquête... On discerne les rapports entre unités policières, les liens avec la hiérarchie ou avec le juge d’instruction. On le suit aussi dans ses tribulations personnelles : père divorcé ayant la garde de ses enfants une semaine sur deux, fils unique d’une mère veuve, immigrée italienne, racines pour laquelle il a une tendresse particulière (comme beaucoup en Wallonie) et Carolo dans l’âme.

    Dans ce roman, la ville est, en effet, un personnage à part entière. Si on la connait mal, comme moi, on ne perçoit sans doute pas toutes les subtilités du récit. Les rues, les bars, les restaurants... n’évoquent pas grand-chose. Mais on sent que l’auteur l’aime, cette ville, qu’elle lui est chevillée au corps et il en parle merveilleusement bien même s’il le fait sans complaisance. Les souvenirs d’enfance, les sorties en boite, la musique des années 80-90, les faits divers célèbres... sont par contre accessibles à tous, surtout si on appartient à la génération de l’auteur.

    L’écriture est simple et fluide, efficace. Elle ne s’embarrasse pas de fioritures inutiles. L’auteur va droit au but et ne perd pas son histoire de vue. C’est un bon polar qui m’a plu du début à la fin.

    Je ne peux passer sous silence la couverture, signée François de Brigode. La photo choisie fait partie d’un reportage-photo que le journaliste et photographe a effectué dans le milieu carolo de la prostitution. Soudé par une amitié indéfectible depuis leurs études à l’Athénée de Châtelet, ils le sont aussi par cette ville. L’ambiance de la photo colle parfaitement au roman. Difficile de savoir qui a inspiré l’autre.

    Un récit idéal pour ce mois belge mais aussi un bon polar qui plaira à tous les amateurs du genre. N’hésitez pas.

     

    La fille du Triangle, Franco MEGGETTO5e

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    4 commentaires
  • Duelle, Barbara ABELAbandonnée par sa mère à la naissance, Lucy a néanmoins vécu une enfance heureuse au sein dune famille dadoption aimante. Aujourdhui, elle mène une existence sans histoire entre son mari et leurs deux enfants. Mais le jour où léquipe de "Devine qui est là?" frappe à sa porte, son destin bascule.
    C
    est une émission de téléréalité qui se propose de réunir ceux que la vie a séparés. Comprenant que quelquun cherche à la retrouver, Lucy na aucun doute: il sagit de sa mère biologique. Elle a quinze jours pour se préparer à cette rencontre. Quinze jours dexcitation, dangoisse et dappréhension. Mais au fil du temps, la jeune femme nest plus sûre de rien… Et sil s'agissait de quelquun dautre? La rencontre aura bien lieu, surprenante, inattendue, qui fera éclater un bouleversant secret, conduisant Lucy aux confins de lenfer, là où le rêve devient cauchemar.

    Mon avis : 

    Il est difficile de parler de l’histoire de ce roman sans dévoiler quoi que ce soit. Du début à la fin, les apparences sont trompeuses et Barbara Abel joue avec le lecteur.

    Dans son 3e roman, de 2005, Barbara Abel géolocalise l’action à Bruxelles, chose rare. Une des caractéristiques de ses romans étant l’absence de précision géographie appuyant ainsi le côté ordinaire des histoires qu’elle raconte et qui pourraient se passer près de chez soi. A cette époque, une émission de téléréalité fait la une, « Y’a que la vérité qui compte » où des téléspectateurs tentent de retrouver des personnes de leur passé qu’ils ont perdu de vue. C’est le point de départ que choisit l’auteure.

    Première surprise, ce n’est pas sa mère biologique que Lucy va rencontrer mais sa sœur jumelle, Angèle. Quel choc de se découvrir une sœur, et jumelle, en plus. Si pour elle, c’est un vrai bonheur, une joie indicible, il n’en va pas de même pour son entourage qui se méfie de cette soudaine gémellité. Peut-on vraiment faire confiance à Angèle ? Est-elle sincère dans sa volonté de retrouver sa sœur ? Et Lucy ne devient-elle pas exagérément proche de cette inconnue ?

    La fascination que provoque toute gémellité est parfaitement mise en scène ici. Si physiquement les deux sœurs se confondent, mentalement elles sont pourtant différentes, ayant vécu une enfance diamétralement opposée. Barbara Abel nous le narre avec subtilité. Elle construit une histoire où jalousie et rancœur gâchent le bonheur que pourrait enfin construire les deux femmes.

    Les événements s’accélèrent alors et l’auteure parvient à nous bluffer plus d’une fois et à nous emmener là où on ne l’attend pas. Ces brusques revirements de situation maintiennent l’intérêt et le suspens jusqu’au bout et l’on termine quasiment en apnée. Seul bémol, l’épilogue, un peu convenu, qui tranche avec le jeu de chat et de souris que Barbara Abel impose au lecteur jusque là.

    On retrouve dans ce thriller psychologique des thèmes qui deviendront récurrents chez l’auteure : la maternité, la famille, les troubles du comportement. On aime aussi que l’auteure se joue de nous et de nos représentations.

    Un récit à la tension palpable qui plaira aux amateurs et permettra à ceux qui ne connaitraient pas encore l’auteure de découvrir son côté sombre et manipulateur.

     

    Duelle, Barbara ABEL3e

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    9 commentaires
  • Coup de froid, Patrick DELPERDANGENuit de neige. Le narrateur, à la recherche de la femme aimée qui l'a quitté, arrête sa voiture, harassé, dans une petite ville. Au bar, il fait la connaissance de Nick Volpone, alias Nick le Renard, un soi-disant garagiste qui propose de l'emmener prendre un verre à la maison. Il est des individus qui savent embobiner, l'engrenage se met en marche. Nick est cinglé, il a peut-être tué son frère, et il exerce des pressions si odieuses sur Catherine, sa belle-sœur, que le narrateur se sauve avec la jeune femme, elle aussi fort ambiguë. Débute alors, au cœur de forêts profondes, à travers des chemins pleins de neige et de boue, une nuit d'angoisse et de fuite ponctuée d'incidents, de coups de déveine et de fâcheuses rencontres... 

    Mon avis :

     


    Patrick Delperdange ne se perd pas dans les détails, dès les premières lignes, le lecteur est plongé au cœur de l’action. Il faut un moment pour reprendre ses esprits et se situer. Qui est ce « je » énigmatique ? Que fait-il là ? Qui est vraiment ce Nick qui l’aborde ? Et Catherine ? Que cachent-ils tous ?
    Il faudra patienter jusqu’au bout de la nuit pour que se lève un coin du voile et que tous les fragments d’histoire se mettent en place. Et pendant ce temps, on accompagne le narrateur de déconvenue en mésaventure. La nuit se fait de plus en plus profonde et l’angoisse monte. Où l’auteur nous emmène-t-il ? Que va-t-il arriver ? Pourquoi, bon sang, le narrateur a-t-il fait halte dans cette gargote ?


    Avec brio, Patrick Delperdange nous dépeint des personnages ordinaires être la proie du hasard et d’un destin tragique. Troubles, ambigus, les êtres rencontrés avancent en équilibre instable entre folie et lucidité. Un rien les ébranle et les fait verser dans la violence ou la cruauté. A moins qu’ils ne soient de brillants manipulateurs... L’atmosphère déjà alourdie par la tempête de neige devient tendue, glauque à souhait au fur et à mesure que la nuit passe. Qui est qui ? Qui ment ? Vers quelle issue l’auteur nous embarque-t-il ?


    Paru en 2013, ce roman d’atmosphère de Patrick Delperdange s’inscrit dans le style des romans noirs à l’américaine. Bien que jamais nommés, les lieux ressemblent aux villages perdus qui s’égrènent le long des nationales du nord des Etats-Unis. Cet anonymat les rend encore plus angoissants.


    Ce roman efficace, à l’ambiance étouffante à souhait vous mène d’un bout à l’autre et le rythme vous cloue au siège jusqu’au mot fin. Du bon Delperdange !


     

     

     

    Coup de froid, Patrick DELPERDANGE1

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique