• Signé poète X, Elizabeth ACEVEDO

    Signé poète X, Elizabeth ACEVEDOHarlem. Xiomara a 16 ans et un corps qui prend plus de place que sa voix. Contre la rumeur, les insultes ou les gestes déplacés, elle laisse parler ses poings.
    Etouffée par les principes de sa mère (pas de petit ami, pas de sorties, pas de vagues…) elle se révolte en silence. Personne n’est là pour entendre sa colère et ses désirs.
    La seule chose qui l’apaise, c’est écrire, écrire et encore écrire. Tout ce qu’elle aimerait dire. Transformer en poèmes-lames toutes ses pensées coupantes.

    Jusqu’au jour où un groupe de slam se crée dans son lycée.

     

    Mon avis :

     

    Ce roman jeunesse des éditions Nathan est une réussite. Ce récit m’a touchée, ses personnages aussi et j’ai passé un bon moment à le lire, sans pouvoir le lâcher.

    Xiomara et Jumeau, son frère, vivent dans une famille d’origine dominicaine en plein Harlem. Très pieuse et peu heureuse dans son couple, Mami, leur mère, les élève strictement dans le respect des règles, des traditions et de la foi. Si elle fait entièrement confiance à son fils, bon élève et jeune homme paisible, le caractère frondeur de sa fille et son corps épanoui d’adolescente, lui font craindre le pire et elle devient soupçonneuse et dure. Impossible de dialoguer. Xiomara étouffe. Elle écrit alors dans son carnet les mots qu’elle voudrait hurler au monde. Son professeur de français lui donnera l’occasion de s’exprimer. Mais la saisira-t-elle ?

    Outre l’histoire assez forte d’une famille où l’amour ne se dit pas, ne se montre pas et passe par des interdits de toutes sortes et des obligations rendant la vie stricte et sans joie ; outre l’adolescence, l’éveil à la féminité et à la sensualité qui va hélas de pair avec le harcèlement que subissent les jeunes filles devenant femmes, l’écriture poétique de l’auteur, joliment imagée est aussi un atout du roman. Tout le récit est rédigé en slams et poèmes. La première surprise passée, on plonge dans les mots de l’auteur avec délice. Les métaphores sont nombreuses, les images fortes, bouleversantes et tellement belles qu’on reste suspendu aux textes de Xia jusqu’à la dernière ligne.

    L’auteure, Elizabeth Acevedo, est diplômée en arts de la scène et création littéraire, elle a les mêmes origines que son personnage… Tout porte à croire qu’elle a mis beaucoup d’elle-même dans ce texte. Et la magie opère.

    Ce roman plaira aux adolescents car il parle d’eux, du passage de l’enfance à l’adolescence, des premiers émois, du pouvoir des mots qui libèrent, d’une passion qui épanouit et donne sens à la vie. Lisez-le !

     

    Je m'en voudrais de ne pas citer la traductrice pour le travail exceptionnel qu'elle a fait : Clémentine Beauvais est chercheuse en sociologie et philosophie de l'enfance à l'université de York.

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :