• Sous la vague, Anne PERCIN

    Sous la vague, Anne PERCINDécidément, rien ne sera épargné à Bertrand Berger-Laffite, héritier d’une prestigieuse propriétaire de Cognac, en ce printemps 2011.
    Alors que la catastrophe nucléaire au japon entraine l’effondrement du cours des spiritueux sur les bourses mondiales, sa fille tombe enceinte, son ex-femme le trahit et le voilà menacé de licenciement...
    Tandis que son monde s’écroule, lui, préfère s’évader loin des réalités, en compagnie d’un faon ou véhiculé mollement par son chauffeur, Eddy. Ce flegmatique trentenaire est le seul auquel Bertrand, à tort ou à raison, fait encore confiance.

    Mon avis :

    Anne Percin nous a habitués à des récits agréables teintés d’humour. Celui-ci ne déroge pas à la règle.

     Bertrand Berger-Laffite, héritier d’une grande maison de Cognac, tente, contre tous, de diriger l’entreprise familiale à l’ancienne, comme elle l’a toujours été. La réputation de la marque s’est faite non seulement sur la qualité du breuvage mais aussi sur les traditions séculaires et le climat familial entretenus dans l’entreprise. Du patron à l’ouvrier d’embouteillage, chacun a succédé à son père et son grand-père. Mais dans le monde des affaires où tout est basé sur le bénéfice, le chiffre d’affaires et la diversité de la clientèle, les actionnaires ne l’entendent plus de cette oreille. Alors que le Japon subit un violent tsunami, un autre s’annonce dans la vie de Bertrand.

     Amoureux des estampes japonaises qu’il collectionne depuis toujours, Bertrand s’évade de ces soucis dans leur contemplation et dans un monde onirique. Rêves et cauchemars ouvrent d’ailleurs chaque chapitre.

     Ce récit quelque peu saugrenu en apparence invite à la réflexion. A travers la vie de Bertrand, Anne Percin nous convie à relativiser nos petites et grandes misères et à retrouver l’essentiel de nos vies. En suivant ses pérégrinations, les trahisons de son entourage, les désillusions mais aussi les petits bonheurs de son quotidien, on ne peut s’empêcher de se demander ce qui, dans notre vie, est vraiment important. Et on se laisse emporter dans ce roman atypique et sa réflexion sur le monde qui nous entoure.

     J’ai apprécié les divers portraits esquissés par l’auteure ; en quelques traits et beaucoup de sous-entendus, elle nous présente la famille et l’entourage de Bertrand : le manipulateur, l’empathique, l’opportuniste, le fidèle, l’aimant... Une vraie comédie sociale nous est offerte, le tout avec beaucoup d’humour.

     Je vous invite à découvrir ce roman déconcertant et sans prétention qui ne manque cependant pas de mordant.

     Il s’agit certainement de ma dernière lecture pour le challenge rentrée littéraire 2016.


     

    Sous la vague, Anne PERCIN 

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Juillet à 20:51

    Une fois de plus, je ne connais pas...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :