• Swing à Berlin, Christophe LAMBERT

    Swing à Berlin, Christophe LAMBERTBerlin, 1942. La guerre s'enlise, et les Allemands commencent à sentir que l'issue ne sera pas victorieuse. Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, cherche un moyen de remonter le moral de la population. Et quoi de plus joyeux que le jazz ? Mais, considéré comme une "musique de nègres", il est interdit par le régime. Le ministre ordonne donc que l'on crée un groupe de "musique de danse accentuée rythmiquement", un jazz qui valoriserait les thèses aryennes. Le vieux pianiste Wilhelm Dussander est à la retraite depuis que les membres juifs de son groupe ont été arrêtés. S'il estime que la politique n'est pas l'affaire des musiciens, il n'a jamais aimé les nazis. Pourtant, lorsque Goebbels le sollicite pour monter le groupe qu'il appelle de ses vœux, Dussander n'a d'autre choix que d'accepter... 

    Mon avis :

    J’ai beaucoup aimé ce roman jeunesse. Il nous parle de la Seconde Guerre mondiale d’une manière différente. Non seulement, les héros sont des civils mais en plus ce sont des adolescents partageant un seul point commun au départ, leur goût pour la musique.

    L’idée de ce récit a été inspirée à l’auteur par une exposition sur le IIIe Reich et la musique qui s’est déroulée à Paris en 2004. Partant d’un fait réel – la création d’un orchestre de jazz par Goebbels – l’auteur a imaginé la vie d’un quatuor de jeunes virtuoses issues de milieux opposés, devant louvoyer entre amour de la musique, contraintes politiques et idées personnelles sur la question. Si les héros sont issus de l’imagination de l’auteur, il n’en reste pas moins que les personnages secondaires (Hans et Sophie Scholl par exemple), certains faits et l’histoire de la musique qui sert de toile de fond, sont rigoureusement exacts.

    Les « Goebbels bands » créés pour remonter le moral des Allemands avaient cette particularité ambiguë dont étaient coutumiers les Nazis de jouer du jazz et du swing à une époque où ces musiques jugées dégénérées étaient interdites. Pour contourner cette interdiction, le style avait été rebaptisé pompeusement « musique de danse accentuée rythmiquement ». Faire le grand écart entre la théorie et la pratique, les idées et les faits étaient alors le sport préféré d’Hitler et ses sbires.

    Richement documenté, inspiré de récits célèbres sur la Seconde Guerre mondiale, ce livre raconte une histoire passionnante de bout en bout et lève le voile sur une partie méconnue de la propagande nazie. L’écriture est dense et les personnages suffisamment fouillés pour être crédibles sans que cela alourdissent le rythme du récit. Beaucoup de choses y sont implicites et amènent donc le jeune lecteur à faire preuve d’attention et de réflexion personnelle.

    Un livre à lire en écoutant sur You Tube les grands standards de l’époque pour s’immerger complètement dans les années trente. Un régal pour l’esprit et les oreilles.

    Mon premier coup de cœur de l’année.

     

      

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 19 Janvier 2013 à 17:23
    Anne (desmotsetdesno

    C'est dingue comme la musique et les musiciens ont été manipulés, tordus, détournés de leur vocation première ! J'ai dans la PAL "Sauver Mozart" de Raphaël Jerusalmy, un premier roman qui parle aussi des goûts un peu douteux développés par le régime

    2
    Dimanche 20 Janvier 2013 à 09:46
    enna(lit)

    il est au collège au CDI et tu me donnes encore plus envie de le lire!

    3
    Philippe D Profil de Philippe D
    Dimanche 20 Janvier 2013 à 20:32

    Encore un livre sur la guerre mais différent, apparemment.

    Passe une bonne semaine dans le froid et la neige.

     

    4
    Lundi 21 Janvier 2013 à 09:29
    Alex-Mot-à-Mots

    Je note ce titre qui intéressera mes élèves (surtotu si on peut écouter You tube en même temps).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :