• Toutes les couleurs de la nuit, Karine LAMBERT

    Toutes les couleurs de la nuit, Karine LAMBERTLe diagnostic est irrévocable. D’ici trois semaines, Vincent aura perdu la vue. Confronté à son destin, ce prof de tennis de trente-cinq ans qui avait tout pour être heureux expérimente le déni, la colère et le désespoir.
    Comment se préparer à vivre dans l’obscurité ? Sur qui compter ? Alors que le monde s’éteint petit à petit autour de lui et que chaque minute devient un parcours d’obstacles, il se réfugie à la campagne où il renoue avec ses souvenirs d’enfance. Les mains plongées dans la terre, Vincent se connecte à ses sens, à l’instant présent et aux autres. Il tente de gagner le match de sa nouvelle vie.
     

     

    Mon avis :

     

    Vincent a tout pour être heureux quand le diagnostic tombe : il est atteint de la neuropathie optique de Leber et deviendra aveugle à très court terme. Ce professeur de tennis adulé par ses élèves, en plein projet de couple, voit sa vie basculer.

    D’abord dans le déni, il refuse d’en parler à ses proches et quitte tout pour goûter aux derniers plaisirs de la vue. Il fonce, s’égare, se fourvoie en croyant se trouver. En colère, il évoquera d’abord sa maladie à une vague connaissance avant d’oser affronter ses proches qu’il tient à distance. Les réactions seront diverses et le fermeront peu à peu au monde. En même temps qu’il perd lentement la vue, il perd aussi l’espoir d’une vie normale et d’un amour. Il faudra la persévérance de son entourage, l’aide inattendue de certains et une prise de conscience personnelle pour enfin oser vivre et croire au bonheur. Mais rien ne sera simple et évident.

     

    L’idée du roman est née il y a 4 ans après une rencontre avec un aveugle qui a affirmé à l’auteure qu’il était plus heureux depuis sa cécité qu’avant. Karine Lambert s’est alors demandé ce qu’elle ferait, ce qu’on pouvait faire quand on avait un laps de temps si court pour changer de vie. Photographe de formation, la vue est pour elle essentielle dans son métier et cela se sent dans sa manière de décrire l’environnement de Vincent au fil des pages. Elle n’omet aucun détail.

    Ce roman nous immerge dans le noir par petites touches. Subtile, nuancé, il nous parle d’une maladie qui sera tout sauf un drame quand Vincent sera entré dans l’acceptation de son état. Grâce à ses racines et ses souvenirs d’enfance, il se créera une vie nouvelle où tous ses autres sens se déploieront.

     

    Plein d’émotions et pourtant tout en retenue, ce récit nous invite à nous demander s’il faut obligatoirement vivre un choc pour changer de vie ? Une question dont je vous laisse trouver votre réponse.

    Merci à Karine Lambert pour cette jolie découverte. Le roman sort le 17 avril.

     

    Rencontre avec l'auteure ici.

    Toutes les couleurs de la nuit, Karine LAMBERT

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline
    Jeudi 11 Avril 2019 à 11:10
    Ce roman devrait me plaire ....ton billet me laisse présager un beau moment de lecture ...
      • Vendredi 12 Avril 2019 à 12:05

        Une écriture simple et juste.

    2
    Jeudi 11 Avril 2019 à 18:55
    Anne (desmotsetdesno

    Perdre la vue, c'est ma hantise ! 

      • Vendredi 12 Avril 2019 à 12:06

        Moi aussi.

         

    3
    Jeudi 11 Avril 2019 à 21:13

    Le sujet me plait. Je suis tenté...

    Bonne fin de semaine. 

      • Vendredi 12 Avril 2019 à 12:06

        Tu devrais aimer, Phil. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :