• Tuer le père, Amélie NOTHOMB

    Tuer le père, Amélie NOTHOMBJoe Whip est un jeune garçon qui accumule les beaux-pères et qui a une passion pour la magie. Il cherche un mentor et trouve Norman, qui va devenir un père de substitution. Ce dernier accueille Joe chez lui, et là, tout bascule. Le petit va tout faire pour « tuer le père » et devenir meilleur que lui, allant jusqu’à vouloir lui piquer sa femme, cherchant même à surpasser son maître dans les jeux d’argent. 

     

    Mon avis :

     

    Le roman de cette année est légèrement différent des précédents. Moins travaillé stylistiquement, il met surtout l’accent sur la relation triangulaire que vont nouer Joe, Norman et Christina. Cette « famille » où chacun a adopté les autres semble trouver son équilibre dans l’admiration que les trois protagonistes se portent mutuellement. Admiration qui quelques fois tourne à l’obsession.

    Liés par une volonté farouche de vivre une relation vraie ou pure, ils vont sans cesse repousser les limites et vaciller dangereusement entre le bien et le mal. Est-ce vraiment un hasard si Whip signifie fouet en anglais ? Joe n’est-il pas le dresseur, celui qui mène son monde à la baguette, l’air de rien ?

     

    L’histoire se déroule dans les années 90, dans le Nevada. L’idée en est venue à Amélie Nothomb après qu’elle ait assisté en 2010 au festival Burning Man (festival artistique alternatif) dont il est question ici. Fascinant milieu hippie où tout semble permis mais où tout est également sous contrôle. Comme ce triangle familial finalement.

    Envoûtant autant que dérangeant, ce roman met en scène la perfidie et la décadence avec un aplomb et un naturel dont l’auteure nous a habitués.

    Noir et manipulateur à souhait, le récit nous mène vers une fin que l’on n’attendait pas et révèle une fois de plus le machiavélisme dont peut faire preuve Amélie Nothomb.

      

      

    Tuer le père, Amélie NOTHOMB Tuer le père, Amélie NOTHOMB

      

      

      

     

     

      

    Tuer le père, Amélie NOTHOMB

      

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 25 Août 2011 à 14:13

    je ne sais pas pourquoi, mais j'ai cette auteure en aversion... je ne suis jamais attirée par ses romans à la chaîne!

    2
    Jeudi 25 Août 2011 à 16:35
    Noukette

    Cette année encore, ce sera ans moi, j'ai beaucoup de mal avec cette auteure...

    3
    Jeudi 25 Août 2011 à 16:54

    Bon ben peut-être que celui là je le lirais ! j'aime bien ceux sur le japon, les autres sujets m'ont un peu moins plu quoique j'aime sa plume incisive et décalée ;-)

    4
    jessyjames
    Jeudi 25 Août 2011 à 22:23

    Je viens de l'acheter donc je n'ai pas lu ton commentaire pour garder un oeil neuf. Je reviendrai après lecture.

    5
    Misstrip
    Jeudi 25 Août 2011 à 23:00

    Tout comme toi, je suis une inconditionnelle d'Amélie Nothomb mais...de moins en moins! Et le résumé que tu fais de son dernier livre ne me donne même pas envie de l'ouvrir! Quoique... dès que ses romans sortent en poche (soit env 1 an après leur parution initiale), je craque! Et finalement, je les ai tous lus!... Mais ma préférence va de loin à ces premières publications comme Hygiène de l'assassin.

    6
    jessyjames
    Mardi 30 Août 2011 à 11:36

    J'ai lu ce roman et il m'a plu. D'abord parce qu'il est différent des précédents (mais aucun de ses 20 romans ne ressemblent à un autre et c'est ça qui me plaît), ensuite parce qu'il est dense et rythmé et qu'il se lit rapidement sans que l'intérêt ne retombe, enfin parce que père d'un ado, je me suis beaucoup reconnu dans ce récit. Qu'une femme sans enfant se mette si bien dans la peau d'un ado et d'un père est assez scotchant.

    7
    Mercredi 31 Août 2011 à 10:41
    Alex-Mot-à-Mots

    Un bon cru, cette année, alors.

    8
    chrislam
    Jeudi 8 Septembre 2011 à 08:59

    Un père manquant, un fils manqué (tiens cela me rappelle autre chose...) et qui vont s'adopter mutuellement. Mais chacun a sa vision de la relation, une vision pas toujours en adéquation avec celle de l'autre. Il faudra faire avec, comme on dit. Un roman riche en réflexion sur la place du père, sur la relation père-fils, sur la manipulation aussi. Une toile de fond originale dont je ne sais si elle est réelle ou purement fictive mais qui fonctionne à merveille avec le reste. On se laisse donc embarquer dans ce voyage au coeur de l'intimité d'une famille. Pas sûr qu'on en revienne indemne. 

    9
    Vendredi 30 Septembre 2011 à 22:34

    J'ai accroché: un Nothomb fort correct, bien loin des déceptions d'Une forme de vie et surtout Le voyage d'hiver. Ce n'est pas extraordinaire, mais c'est quand même pas mal, et ça me convient très bien.

    10
    Labuse Profil de Labuse
    Mercredi 18 Janvier 2012 à 12:02

    Pour moi aussi, c'est une auteure industrielle. Depuis son premier succès en librairire, elle tire inlassablement les mêmes ficelles...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :