• Un homme trop facile, Eric-Emmanuel SCHMITT

    Un homme trop facile, Eric-Emmanuel SCHMITTComédien célèbre et adoré du public, Alex s'apprête à entrer en scène pour la première du Misanthrope lorsqu'Alceste lui apparaît dans son miroir. Le « vrai » Alceste, l'homme aux rubans verts de Molière. La stupeur passée, la conversation s'engage (mal) entre celui qui voudrait changer le monde et celui qui l’accepte tel qu’il est. La guerre est déclarée. Qui triomphera, de l'idéaliste en colère qui s'indigne de la vie ou de l'aimable libertin qui la trouve amusante ? Et lequel des deux gagnera les faveurs de l'insaisissable Célimène ?

    Mon avis :

    Le Misanthrope n’a jamais été aussi à la mode. Alors que le film « Alceste à bicyclette » faisait la joie des spectateurs dans les salles et que Jean-François Sivadier créait un misanthrope très rock n’ roll, la pièce d’Eric-Emmanuel Schmitt était créée au Théâtre de la Gaieté Montparnasse le 13 janvier dernier. Voici aujourd’hui le texte paru chez Albin Michel.

    De fait, le misanthrope est intemporel. Ce farouche atrabilaire, dépité du genre humain et de la société du paraître, trouverait sans aucun doute sujet à railleries et critiques dans notre société contemporaine. Mais bien qu’il déteste les hommes, il ne peut se passer d’eux. Ou de les détester. Sa solitude, il l’a supporte difficilement et cherche à la fuir, sans jamais l’avouer.

    Alceste qui croit détenir la vérité suprême et reste très amoureux de Célimène va s’immiscer dans la vie d’Alex, le soir de la première, pour le faire renoncer à son rôle. Comment, en effet, un homme aussi léger et optimiste qu’Alex, si doué pour le bonheur, aurait-il l’étoffe de son personnage ? Peu à peu, la conversation s’engage entre eux, interrompue souvent par une série de fâcheux.

    Une fois de plus, EE Schmitt nous offre un texte où se côtoient réflexion, divertissement et humanisme. Il renoue avec la verve de ses succès précédents, passant allègrement de jeux de mots en émotions vraies. Ecrit mi en alexandrins mi en prose, il nous offre une belle réflexion sur la vie. Un très agréable divertissement.

    « Tolérez l'imperfection, acceptez la déception, supportez l'à-peu-près, habituez vous à la frustration, sinon au lieu de prospérer parmi eux, vous continuerez à fuir les humains dans le désert."  P 184

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 23 Février 2013 à 11:52
    eimelle

    j'ai vu Alceste, relu le Misanthrope, je crois que je vais ajouter celui-là à la liste! Bon week-end!

    2
    Samedi 23 Février 2013 à 11:56

    j'ai bien aimé la lecture de cette pièce, support que je n'avais pas lu depuis......tout ça !

    malheureusement, ma lecture a été hachée, pas continue, ce qui fait que je n'ai pas pu apprécier le texte et son évolution a juste valeur ! ça me plairait bien de voir la pièce au théâtre, ce dit en passant !

    3
    Samedi 23 Février 2013 à 12:24

    Quand je vois les acteurs qui jouent la pièce, je me dis que cela doit être très chouette. Pourvu qu'ils partent en tournée.

    4
    Samedi 23 Février 2013 à 21:10

    Je ne lis pas de pièces mais il faudra que je tente l'expérience.

    Passe un bon dimanche. 

    5
    amarylli S
    Lundi 25 Février 2013 à 12:50

    J'ai lu cette pièce et suis allée la voir. J'ai beaucoup aimé le propos et le jeu de Roland Giraud. Je préfère les pièces de Schmitt à ses livres en général.

    6
    Dimanche 3 Mars 2013 à 09:48
    Alex-Mot-à-Mots

    Mi en alexandrins mi en prose ? En plus, c'ets un auteur que j'apprécie.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :