• Un ménage rouge, Richard SAINTE-MARIE

    Un ménage rouge, Richard SAINTE-MARIECourtier en valeurs mobilières, Vincent Morin est un homme paisible et rationnel. Il n’empêche : lorsque, de retour d’un voyage d’affaires à New York, il trouve sa femme avec deux hommes dans le lit conjugal, son sang ne fait qu’un tour et il commet l’irréparable. D’abord pris de panique, Morin décide ensuite d’assumer son coup de sang et de nettoyer. De « tout » nettoyer. De façon à ce que personne ne sache ce qui s’est réellement passé. Or, si son ménage a bientôt toutes les apparences d’une réussite, un doute s’installe dans son esprit au fil des semaines, puis une terrible anxiété : et s’il avait oublié un détail ? Pendant ce temps, le sergent-détective Francis Pagliaro, de la Sûreté du Québec, enquête sur Samuel Readman, un optométriste états-unien disparu à la suite d’un congrès à Montréal. Pour le policier, il s’agit d’une opération de routine jusqu’à ce qu’il apprenne, quelques mois plus tard, qu’un Norvégien a lui aussi disparu à Montréal au même moment que l’optométriste.  

     

    Mon avis :

     

    Dois-je encore présenter Richard Sainte-Marie ? J’ai lu tous les romans de cet auteur (sauf le dernier paru début 2019) publiés chez ALIRE, je l’ai présenté sur le blog dans la rubrique « auteurs » et j’ai eu la chance de le rencontrer plusieurs fois ces dernières années.

    Incroyable conteur, il parvient à nous attacher d’emblée aux histoires qu’il raconte et à ses personnages, des gens ordinaires à qui il arrive un jour quelque chose d’extraordinaire qui va les faire basculer. Richard Sainte-Marie décortique alors la psychologie de ses héros et les arcanes dans lesquelles ils vont se perdre.

    Vincent Morin est un homme ordinaire, il a bon travail, un salaire très confortable, une vie sage et rangée, un peu plate mais il ne semble pas s’en rendre compte. Marié, sans enfant, on peut dire qu’il est satisfait, ne se pose pas de question. Et puis un jour, tout bascule. Choqué, trahi, bafoué, son sang ne fait qu’un tour et il tue. Non pas une mais trois personnes. En l’espace de quelques secondes, l’honnête homme qu’il était, le gars sans histoire, devient un meurtrier. Que faire ? Appeler la police ? Cacher les corps ? Faire comme si… Comment cet homme ordinaire va-t-il pouvoir vivre avec un tel secret ? Comment pourra-t-il garder un tel poids sur la conscience et combien de temps ? Comment passer du statut d’homme ordinaire à celui d’assassin calculateur ?

    Je ne dévoile rien en vous racontant tout ça. Nous n’avons pas affaire à un récit à énigme mais à un récit psychologique, un roman à la construction solide durant lequel on se demande jusqu’à la dernière page si ce meurtrier restera ou non impuni. La tension monte lentement et on ressent, grâce à l’acuité de l’auteur et à la finesse de sa plume, les pensées et les émotions qui traversent cet homme.

    Comme dans les autres romans de Richard Sainte-Marie, l’enquêteur de ce premier roman (oui, je ne les ai pas lus dans l’ordre) est Francis Pagliaro mais il se fait discret, laissant la première place au criminel. Une idée qui fonctionne parfaitement pour une intrigue adroitement ficelée. A découvrir si ce n’est déjà fait.


    Un ménage rouge, Richard SAINTE-MARIE4e

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :