• Virginia Wolf, Kyo MACLEAR & Isabelle ARSENAULT

    Virginia Wolf, Kyo MACLEAR & Isabelle ARSENAULTVirginia, la sœur de Vanessa, est d’humeur féroce – elle grogne, elle hurle à la lune et elle fait des choses très étranges. Elle est prise d’un cafard si intense que toute la maison semble sens dessus dessous.
    Vanessa fait tout ce qu’elle peut pour lui remonter le moral.

    Mon avis : 

    Il y avait longtemps que je n’avais plus lu d’album illustré ; depuis que mon fils n’en lit plus, en fait. Mais j’ai été attirée par la délicatesse des dessins d’Isabelle Arsenault. Et finalement, c’est le tout qui m’a séduite.

    Un matin, Virginia se réveille d’une humeur de loup. Tout l’ennuie, elle grogne et ne veut voir personne. Sa sœur va alors tout mettre en œuvre pour la dérider. Mais rien n’y fait. Jusqu’à ce que Virginia lui confie qu’elle voudrait voler jusqu’à Bloomsberry, un endroit magnifique selon elle. Vanessa n’a aucune idée d’où se trouve ce jardin mais elle le crée avec ses peintures et ses pinceaux.

    Cette histoire d’une petite fille extrêmement triste sans raison apparente, est d’une grande sensibilité. C’est sa sœur qui nous raconte cette journée particulière et comment elle déploie des trésors d’imagination pour rendre le sourire à Virginia. Les dessins sont en accord avec le texte. Chaque idée nouvelle est illustrée de dessins colorés ; chaque échec de dessins noirs sur fond monochrome blanc ou bleu pastel. Lorsque Virginia semble au fond du trou, on ne distingue plus que des silhouettes et celle de Virginia se distingue par ses oreilles de loup. (On découvrira à la fin de quoi il s’agit.)

    La lecture au premier degré de ce très bel album permet aux enfants de se rendre compte qu’il est normal d’être parfois triste ou sombre sans savoir forcément pourquoi. Et qu’a contrario, on peut rendre le sourire à quelqu’un de mal dans sa peau. On peut aussi voir la beauté de la nature ou l’art comme un moyen de chasser ses idées noires.
    Mais cette histoire est aussi celle de Virginia Woolf. L’auteure souffrait de troubles mentaux, elle était bipolaire, sa sœur était peintre et, dans les années vingt, chacune faisait partie d’un groupe d’artistes nommé Bloomsbury. De plus, on ne fait aucune allusion aux parents des fillettes dans cette histoire et Virginia Woolf a perdu ses parents alors que sa sœur et elle étaient adolescentes.

    Cet album raconte une histoire forte joliment mise en images. On sent d’un bout à l’autre l’amour et la tendresse qui unissent les deux sœurs. Les dessins sont plein de fantaisie et d’originalité et s’associent merveilleusement bien au texte. Virginia Wolf est une histoire intelligente et touchante. Et heureusement, elle se termine mieux que la vie de la vraie Virginia.

     

    Virginia Wolf, Kyo MACLEAR & Isabelle ARSENAULT

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Janvier à 21:42

    Voilà encore un livre qui m'est totalement inconnu ! 

    Tous mes voeux pour 2018 : beaucoup de belles découvertes littéraires ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :