• Zéro heure à Phnom Penh, Christopher G. MOORE

    Zéro heure à Phnom Penh, Christopher G. MOORELe détective Vincent Calvino est sur la piste d’un farang, un étranger disparu, à Bangkok. Son enquête le conduira jusqu’au Cambodge, pays déchiré par la guerre. La nuit, les tirs d’armes automatiques claquent dans les rues de Phnom Penh, là même où des prostituées vietnamiennes abordent les soldats pacificateurs des Nations unies. Trafiquants russes, hôpitaux de fortune, bars louches, informatiques ainsi que les quartiers généraux de l’UNTAC seront autant d’obstacles à sa progression.

    Calvino est accompagné dans cette mission par son ami, le Colonel Pratt. Lui seul sait que l’étranger que Calvino recherche est lié au vol des bijoux dérobés à la famille royale saoudienne. Mais Pratt se tait et Calvino découvrira qu’il n’est pas seul à traquer le farang manquant.

     

    Mon avis :

     

    Christopher G. Moore, écrivain canadien, se penche ici sur le génocide du Cambodge soumis aux Khmers rouges de 1975 à 1979 et qui ont assassiné un tiers de la population du pays. La famine et la maladie ont achevé ce que les armes, même les plus rudimentaires, avaient entamé. Journaliste, il était à Phnom Penh en 1993, à la veille des premières élections libres. Il réalisait des reportages sur la présence onusienne. La situation lui a inspiré ce roman.

     

    Vincent Calvino est amené à élucider un meurtre, celui d’un trafiquant – escroc- profiteur au sein d’un pays à peine sorti de l’outrage d’un génocide. Malgré son cynisme et son air désabusé, il pense que son boulot est bien insignifiant au vu de la misère la plus noire qui règne en maître. L’horreur des conditions de survie des Cambodgiens lui est insoutenable alors que les touristes et journalistes internationaux la côtoient sans la voir.

    Trahison, violence, torture, meurtres et sexe… rien ne sera épargné à Calvino. Même pas l’impression désagréable que son ami de longue date, le Colonel Pratt, lui cache des choses et semble soudain le considérer comme un étranger, ce qu’il n’a jamais fait. Difficile de faire confiance à qui que ce soit dans cette affaire, quand tout le monde est prêt à trahir les siens si cela lui permet de rester en vie un peu plus longtemps. La misère ne cacherait-elle pas simplement la vraie nature humaine, veule et cupide à la fois ?

     

    Je découvre ici l’écrivain Christopher G. Moore, ce livre étant le premier traduit en France. Ce polar noir m’a fait penser à ceux de Chandler en raison de l’ambiance glauque et des personnages retors que l’on y trouve. J’ai aimé le style, les nombreux arcanes qui émaillent l’enquête, le fait que cela se passe en Asie et qu’on découvre au fil des pages, la susceptibilité des uns et des autres, les relations ambigües entre la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam ; leur aversion pour le « farang » l’étranger… Moore habite désormais à Bangkok et on sent qu’il maîtrise bien l’histoire de l’Asie du sud-est. C’est instructif de la découvrir en partie avec lui. Cela donne en plus, beaucoup de force à son roman.

      

    Je remercie les Agents Littéraires et les éditions Pôle Noir de m'avoir proposé ce roman.

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Février 2012 à 10:57
    Alex-Mot-à-Mots

    Deuxième avis positif sur ce roman dépaysant. Mais pas tentée pour le moment.

    2
    AmbroiseS
    Jeudi 1er Mars 2012 à 20:48

    Un polar en Asie, cela change un peu. Je le note de suite. D'autant que Moore n'est pas un inconnu.

    3
    Jessy James
    Jeudi 1er Mars 2012 à 21:09

    Ah oui ! Un roman noir qui me parle. J'aime bien ta chronique.

    4
    Olivier M
    Vendredi 2 Mars 2012 à 14:35

    Je découvre avec plaisir ton blog. Il est diversifié et riche et propose des lectures qui sortent des sentiers battus. Je suis content de voir que tu proposes un Moore et que tu l'as apprécié. Je les ai presque tous lus en anglais. Je me réjouis de savoir qu'ils vont sortir en français. C'est un bon auteur !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :