• Au péril de la mer, Dominique FORTIER

    Au péril de la mer, Dominique FORTIERAux belles heures de sa bibliothèque, le Mont-Saint-Michel était connu comme la Cité des livres. C’est là, entre les murs gris de l’abbaye, que trouva refuge, au quinzième siècle, un peintre hanté par le souvenir de celle qu’il aimait. C’est là, entre ciel et mer, que le retrouvera cinq cents ans plus tard une romancière qui cherche toujours le pays des livres. Ils se rencontreront sur les pages d’un calepin oublié sous la pluie. 

     

    Mon avis :

     

    Le Mont-Saint-Michel est au centre de ce récit. Au XVe siècle d’abord où un peintre, Eloi, y trouve refuge grâce à un cousin moine, après le décès de sa bien-aimée. Dans ce lieu sacré qui l’habite et qu’il fuit à la fois, il se renferme dans ses souvenirs, fouillant sa mémoire pour retrouver celle qui lui manque. Il avait commencé son portrait mais peine à le finir. Ce tableau inachevé traversera tout le récit.

    Des siècles plus tard, une jeune romancière montréalaise se passionne pour le même lieu et sa bibliothèque mythique. Elle y rencontrera le peintre à travers les livres. Elle tente d’écrire mais tout comme lui, peine à achever son œuvre, ne parvient pas à atteindre son objectif. Sa nouvelle vie de maman l’éloigne de l’écriture : elle culpabilise quand elle s’adonne à son besoin des mots.

    L’abbaye est un lien entre les personnages, chacun à son époque, mais également l’amour des livres. La romancière cherche un sens à sa vie à travers la force des mots ; le peintre, illettré mais doué en dessin, tente de transcrire les mots comme copiste afin d’apaiser ses tourments. Dans ces deux vies, l’écriture salvatrice permet de renaître et d’espérer.

    Malgré quelques confusions temporelles (on passe sans crier gare d’une époque à l’autre sans toujours s’en apercevoir), le récit est soutenu par une écriture puissante, un lexique de mots précieux et des informations linguistiques et historiques passionnantes. Pourtant, j’avoue avoir eu du mal à progresser dans l’histoire tant les personnages se complaisent en introspection. L’atmosphère est pesante et la tristesse constante des protagonistes l’amplifie encore.

    Je garderai de ce récit la langue, merveilleuse, et l’image des livres, phares dans la nuit et astres de liberté. 

    « Une bibliothèque (…) c’est aussi un jardin : cessez de vous en occuper et elle meurt. »

     

     Au péril de la mer, Dominique FORTIER2e

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 4 Novembre à 07:41

    Le sujet me semble intéressant, mais l'histoire est peut-être mal ficelée... Dommage ! 

    Bon dimanche. 

      • Dimanche 4 Novembre à 19:06

        Oui, peut-être. En tout cas, je n'ai pas accroché comme je l'espérais.

    2
    Dimanche 4 Novembre à 10:22
    Anne (desmotsetdesn)

    Il m'attend dans la PAL ;-)

      • Dimanche 4 Novembre à 19:07

        Ah. J'irai lire ton avis quand tu auras découvert ce roman.

    3
    Lundi 5 Novembre à 01:07
    isallysun

    Comme je sais que tu vas sans doute me tenter pour autre chose, je tenterai l'auteure avec celui que j'ai dans ma PAL avant de savoir si je poursuis l'aventure. Surtout que dans le résumé avant ton avis, il y a quelque chose qui ne me convainc pas et dont j'ai l'impression que ça crée une distance. 

      • Lundi 5 Novembre à 22:17

        Hâte de lire ton avis sur un autre titre. On m'en a dit beaucoup de bien pourtant, de Dominique Fortier.

    4
    Lundi 5 Novembre à 12:06
    Alex-Mot-à-Mots

    Le Mont Saint-Michel ? Quelle bonne idée !

      • Lundi 5 Novembre à 22:18

        On en apprend pas mal sur son histoire, son nom...

    5
    Lundi 5 Novembre à 21:02
    gambadou

    Moi qui est été le visiter il y a quelques semaines, ça peut m'intéresser

      • Lundi 5 Novembre à 22:19

        Oui je comprends. J'aime aussi lire des récits qui se déroulent dans des lieux visités. 

    6
    Lundi 5 Novembre à 22:04

    Pas mon préféré de l'auteure, j'avais été un peu déçue, même si certains passages sont très beau. Disons que j'aime tellement cette écrivaine que j'avais peut-être placé la barre un peu haute!

      • Lundi 5 Novembre à 22:17

        Et oui. On m'en a beaucoup parlé en termes dithyrambiques. Je suis donc déçue d'être déçue. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :