• Eaux mortelles, Nicolas GRUMEL

    Eaux mortelles, Nicoals GRUMELDans un futur plus ou moins proche, l’humanité a cessé d’exister. Après avoir imposé la monnaie unique au niveau mondial, l’euphorie d’un modèle libéral basé uniquement sur le commerce et l’enrichissement personnel a cédé la place au désenchantement. Le rêve d’une économie planétaire florissante a creusé les inégalités, les mafieux sont entrés dans la danse asservissant les populations précarisées et suscitant un mécontentement croissant. Tout cela fit le lit d’extrémistes partis en guerre contre l’impérialisme économique jusqu’à utiliser une arme de destruction moléculaire. L’eau fut empoisonnée et l’anéantissement de humanité proclamé.

    Franck, ex flic de la police motorisée, a survécu bien malgré lui, perdant sa femme et ses deux enfants dans la catastrophe. Surnommé Zigzag en raison de la dextérité de sa conduite, il vit au jour le jour avec comme unique but de pouvoir quitter la ville, désormais aux mains de gangs pillards plus violents les uns que les autres.

     

    Mon avis :

     

    Ce roman d’anticipation m’a d’abord surprise par sa noirceur et la violence de ses protagonistes, avant de m’entrainer, par son style alerte, dans une aventure urbaine faite de rebondissements et de rencontres en tout genre.

    Dans un environnement plus qu’hostile, Zigzag semble le seul à garder un peu d’humanité et de bon sens. Ce n’est pas un agneau, il peut se montrer violent, même tuer mais jamais gratuitement. Il a un certain sens de la morale et de la justice et ne porte une arme que pour rester en vie dans ce monde post-apocalyptique. Lui sera-t-il vraiment possible de prendre un nouveau départ ?

     

    Ce roman s’inscrit sans surprise dans le style science-fiction post-apo qui dépeint la vie après une catastrophe ayant anéanti la civilisation. Les survivants se terrent dans les vestiges de ce qu’ils ont connu. L’équilibre est déjà rompu entre la civilisation perdue et le chaos existant auquel Zigzag est sans cesse confronté, que ce soit sur le plan social ou physique.

    Sombre et sans illusion sur la nature humaine, ce western moderne n’est pas sans rappeler « Mad Max », « Je suis une légende » ou même « Le fléau » de Stephen King. Les références sont nombreuses mais le récit est malgré tout percutant. Hors du carcan des lois, les hommes révèlent leur vraie nature que Nicolas Grumel se plait à nous décrire, expérimentant les rapports humains à chaque étape de la progression de Zigzag vers sa liberté.

    Le choix d’une catastrophe biologique touchant l’eau, l’essence même de la vie, n’est pas non plus anodin, pas plus que la ruine économique massive dont il est question. Ces deux risques ne sont-ils pas au cœur des préoccupations de notre 21e siècle inconséquent ?

     

    Nicolas Grumel, journaliste à Moto Magazine, utilise des phrases courtes, ciselées avec précision. Il ne s’embarrasse pas de longues descriptions, excepté lorsqu’il décrit un deux roues. Les lecteurs qui ne seraient pas un tant soit peu intéressés par les motos pourraient trouver ces passages fastidieux. Briefée par un mari motard, je n’ai eu aucun mal à entrer dans le sillage de celui-ci, attachant et amoureux de belles bécanes.

     

    Ce premier roman, noir comme l’asphalte, vaut la peine d’être découvert car il se pourrait qu’il ne soit que le premier d’une belle série.

     

    Je l’inscris illico dans le challenge « Premier roman » de Anne.

      

    Eaux mortelles, Nicoals GRUMEL

      

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Jane Austen
    Jeudi 26 Avril 2012 à 13:33

    Pas trop mon style et en ce moment je n'ai pas envie d'un récit morbide ou noir.

    2
    Jeudi 26 Avril 2012 à 13:51

    Pas sûre que je le lirais, maispourquoi pas, à l'occasion. Je le note dans els premiers romans ! (tu peux corriger Nicoals en Nicolas, c'est une petite erreur que je commets aussi de temps en temps !)

    3
    Jeudi 26 Avril 2012 à 17:29
    4
    Jessy James
    Mardi 15 Mai 2012 à 00:34

    Intrigué par ce commentaire, je me suis procuré ce récit. Je ne suis pas expert en SF mais j'aime bien en lire à l'occasion. J'avoue avoir apprécié aussi le style de l'auteur et l'intrigue, même si, par moment, j'ai trouvé le héros trop bon, trop lisse, trop fair-play. Sans doute n'avons-nous plus l'habitude dans notre monde de brutes. Merci pour cette découverte.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :