• Enola Game, Christel DIEHL

    Enola Game, Christel DIEHLUne jeune femme et sa petite fille vivent enfermées dans leur maison. A l’origine de cette claustration, il y a Enola Game, une catastrophe dont on ne connaît pas la nature exacte : accident nucléaire ? Conflit mondial ? Guerre civile ? Au fil des semaines, malgré sa peur et son chagrin, la mère puise dans sa mémoire et ses lectures mille raisons de célébrer la vie. Les mots de Mallarmé qu’elle recopie dans son journal intime trouvent une résonance particulière dans le vide de son huis-clos :

    «Ma faim qui d’aucun fruit ici ne se régale, trouve en leur docte manque une saveur égale.»

    Cependant, tandis que la mère louvoie entre sa douleur, ses souvenirs magnifiés et sa volonté farouche de donner un sens à la vie de son enfant, les quelques nouvelles du monde qui lui parviennent encore sont chaque jour un peu plus alarmantes.

    Il s’agira in fine pour la mère de quitter l’épiphanie de ses rêves pour choisir un destin. 

     

    Mon avis :

     

    Voici un court roman bouleversant. Un récit post apocalyptique sans artifice, sans recours à l’artillerie lourde, à la violence gratuite… Pas de héros en quête d’une deuxième chance ou en lutte contre les forces du mal. Juste une mère isolée et sa petite fille de 4 ans. Séparée de son mari et de sa fille aînée lors de « la grande lumière », elle luttera heure par heure pour résister – à l’engourdissement, la folie, la peur, la rage, le désespoir… - et proposer à la fillette un semblant de vie « normale », ponctuée de règles et d’habitudes. Recherche de stabilité et volonté de pouvoir retrouver ensuite la vraie vie en douceur.

     

    Passant d’une vie de confort matériel, à un manque total de choses essentielles, comme l’électricité, le chauffage puis l’eau, cette mère trouvera la force de résister dans l’amour qu’elle éprouve pour les siens et dans l’écriture : les souvenirs heureux qu’elle couche sur le papier, au côté de ses pensées du moment. L’écriture comme rédemption, comme force vitale pour surmonter l’incompréhensible.

     

    La force de ce récit est l’atmosphère de peur qui y règne du début à la fin ; cette tension permanente venant de l’inconnu : que s’est-il vraiment passé ? y a-t-il des survivants et où sont-ils ? quand cela finira-t-il ? Toutes ces questions sans réponse qui taraudent cette mère jour après jour. Quelques éléments extérieurs s’insinueront aussi au sein du foyer mais aucun ne sera de nature réconfortante.

    L’intrigue est soutenue par une écriture raffinée et dense qui la rend encore plus intense. Le rythme des phrases et les figures de style concourent à la beauté du texte. Tout ce que j’aime.

     

    Christel Diehl est professeur à l'Université de Nancy. « Enola Game » est son premier roman, paru en février 2012 aux éditions Dialogues.

     

     

    Merci à Noukette d’avoir fait voyager ce livre jusqu’à moi. C'est le deuxième roman que je lis dans cette collection qui semble ne proposer que des récits de qualité.

      

      

     Enola Game, Christel DIEHLEnola Game, Christel DIEHL

    J'inscris ce roman dans les challenges d'Anne et de Opaline.

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Mai 2012 à 07:46
    Céline☼

    Hé, ça m'intéresse carrément !

    Le sujet me fait penser à "La Route" de Cormac Mc Carthy.

    2
    Vendredi 18 Mai 2012 à 08:56

    Oui, ça y ressemble un peu. C'est très chouette.

    3
    Vendredi 18 Mai 2012 à 09:20
    Chaplum

    Un roman poignant et une écriture soignée. 

    4
    Vendredi 18 Mai 2012 à 10:11
    Alex-Mot-à-Mots

    Je l'attends en livre-voyageur.

    5
    Vendredi 18 Mai 2012 à 14:25

    Un beau billet qui donne envie de découvrir l'ouvrage.

    6
    Vendredi 18 Mai 2012 à 18:09

    Coucou, tu fais la grève des liens ? ;-) Pas encore lu ce livre !! Ca viendra, ça viendra ! Je note le lien.

    7
    Vendredi 18 Mai 2012 à 21:49

    Non, pas du tout. Juste un peu, beaucoup, occupée à la maison. J'ai oublié.

    8
    Vendredi 18 Mai 2012 à 22:12

    Passe un bon week-end !

    9
    Samedi 19 Mai 2012 à 10:44
    Anne Sophie

    il a l'air génial ce livre !!!

    10
    Jessy James
    Mardi 22 Mai 2012 à 13:03

    Le trouve-t-on en librairie ? Je ne l'ai jamais rencontré. Je le note en tout cas.

    11
    Samedi 9 Juin 2012 à 01:04
    Noukette76

    Ca alors, j'étais sûre d'avoir commenté ton billet ! J'ai du confondre avec les mails ! ;-) Je suis ravie que ce roman plaise à ce point, c'est un gros coup de coeur pour moi ! ;-)

    12
    Samedi 9 Juin 2012 à 09:21

    Tu en as commenté d'autres, c'est peut-être pour ça. Oui, j'ai beaucoup aimé ce livre dont on a peu parlé en dehors de la blogosphère.

    13
    Cajou
    Jeudi 12 Juillet 2012 à 03:19

    Comme toi, j'ai vraiment énormément apprécié ce roman. Si court et si intense, avec des personnages si bien dessinés. Ah j'en garde un excellent souvenir (eet un pincement au coeur aussi)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :