• La guerre des saints, Michela MURGIA

    La guerre des saints, Michela MURGIAChaque année, Maurizio passe les vacances d’été chez ses grands-parents à Crabas, un village sarde. En compagnie de Giulio et de Franco Spanu, il y goûte l’amitié et la vie de la communauté qui, en ces lieux, se conjugue à la première personne du pluriel. Ensemble ils multiplient les aventures rocambolesques dans les rues ou sur les rives de l’étang, la fronde au poing, ne se calmant qu'à la nuit tombée pour écouter les histoires de fantômes et de créatures fantastiques que distillent les vieillards, assis devant leurs portes. Mais un jour, une annonce en apparence anodine - la fondation d’une nouvelle paroisse - fait voler en éclats la sérénité des habitants, les divisant en deux factions ennemies et les plongeant dans un terrible conflit qui culminera le jour de Pâques, lors de la traditionnelle procession de la Rencontre. Enfants de chœurs, les trois amis en deviendront malgré eux les acteurs.

    Mon avis :

    Comme dans son premier roman « Accabadora », Michela Murgia nous offre ici une chronique de la vie villageoise. L’histoire se passe toujours en Sardaigne, vers 1985, mais elle est plus légère que la précédente.

    Dès le prologue, petit bijou de poésie et de tendresse, nous sommes plongés au cœur du sujet. A travers trois gamins d’une douzaine d’années, nous découvrons leurs jeux, la vie du village, ses habitudes, ses croyances et ses traditions. Maurizio, qui y revient chaque été, en vacances chez ses grands-parents, y partage l’amitié de Franco et Giulio. Il s’émerveille de tout ce qui lui est offert de vivre dans ce village tranquille de pécheurs et d’agriculteurs. Il y conjugue sa vie en « nous » que ce soit le nous de l’enfance et du jeu ou le nous du village unit contre le monde extérieur. Jusqu’à ce qu’un grain de sable vienne faire vaciller cette belle unité.

    Inspirée des souvenirs de l’auteur, cette histoire trop courte à mon goût, est une délicatesse à savourer lentement. Tout en tendresse et mots choisis, Michela Murgia nous dépeint une Sardaigne intemporelle, cadre de vie et d’apprentissage de trois garnements au grand cœur. Une Sardaigne où les légendes se racontent le soir à la veillée, où l’amitié a plus de force que les liens du sang, où résident des pactes secrets nés de vraies complicités, un pouvoir normatif issus des premières certitudes communes…

    Un bel hymne à l’amitié, drôle et profond. Merci à Anne pour ce beau cadeau.

    Je voudrais rendre hommage aussi à la traductrice, Nathalie Bauer, qui a si bien rendu les images et les mots de l’auteur.

    Cette lecture étant une lecture commune avec Anne, vous trouverez son avis ici.

     

     

     

     La guerre des saints, Michela MURGIALa guerre des saints, Michela MURGIA

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 17 Mai 2013 à 20:44
    Anne (desmotsetdesno

    J'aime beaucoup ton billet et je suis très contente que tu aies pris plaisir à ce bonbon sarde !

    2
    Vendredi 17 Mai 2013 à 20:53

    Merci  et merci de me l'avoir offert !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :