• Noirs en blanc, Denis LABAYLE

    Noirs en blanc, Denis LABAYLEComment Zola Méké, jeune Africain issu d’une famille démunie, est-il devenu chirurgien à Paris ? Pour faire ses études, Zola, adolescent, est obligé de s’exiler. D’abord à Cuba, puis en Russie et en France. Une ascension sociale terriblement coûteuse : déchirement familial, petits boulots pour survivre, racisme, tiraillement entre l’attrait d’une vie « moderne » et l’emprise de la culture originelle. Mais ce roman est aussi une histoire forte d’amitié et d’amour entre quatre jeunes aux destins divergents. Une aventure humaine où les personnages de rencontre abondent : un idéaliste égaré, une singulière mère adoptive, un curieux chirurgien russe adepte du silence… Le tout narré d’une plume alerte où l’humour s’invite souvent.

     

    Mon avis :

     

    "Noirs en blanc" est une fiction inspirée de témoignages de médecins étrangers travaillant dans nos hôpitaux. Il évoque la fuite des cerveaux d’Afrique,un drame pour ce continent… "Reprenez vos ONG et rendez-nous nos médecins !" s'écrie Myezi, une femme chirurgien amoureuse de Zola.

     

    Le livre nous conte l’histoire de Zola comme s’il s’agissait d’une pièce en trois actes. La première se déroule sur l’ile de la Jeunesse, face à La Havane, la deuxième à Saint Petersburg et la troisième à Paris. Comment un jeune Congolais a-t-il pu faire un pareil périple juste pour réaliser son rêve « devenir médecin » ? C’est la première question qui m’a hantée en lisant ce roman. J’ignorais que, jusque dans les années 80, la Russie octroyait des bourses à des jeunes Africains méritants et les envoyaient ensuite étudier à Cuba, chez les camarades communistes. Admirable générosité cachant cependant une vie de privations et de brimades où les jeunes devaient travailler dur aux champs pour financer leurs études.

    Direction St Petersburg ensuite, pour suivre des études universitaires, loin de la famille toujours, des amis de Cuba et dans un froid sibérien qui découragerait les plus volontaires. L’apprentissage d’une vie tout autre, tout aussi dure, où le règne de la débrouille est le lot de tous les étudiants étrangers.

    Enfin, arrivée à Paris pour entamer une vie professionnelle tant attendue.

     

    Ce récit initiatique sur fond de Guerre froide finissante et de Glasnost, nous fait partager le quotidien difficile d’un jeune garçon obstiné. Il lui faudra une détermination hors du commun pour supporter les brimades de petits chefs que le régime favorise, la méfiance et le racisme, la violence et le mépris.

     

    D’une écriture simple et efficace - hélas gâchée par de très nombreuses fautes d’orthographe de l’éditeur - Denis Labayle, lui-même médecin à l’origine, nous retrace l’épopée moderne d’un jeune homme courageux sans jamais verser dans la condescendance ou le misérabilisme. Mais au-delà de l’histoire de Zola, c’est notre vision occidentale de l’Afrique qui est sur la sellette. Nous qui favorisons la fuite des cerveaux africains et regardons sans broncher un continent mourir exsangue. Nous qui croulons sous le confort et la sécurité quand les malades africains doivent payer eux-mêmes le fil de suture avant d’espérer pouvoir être opérés.

    J’ai fermé le livre sur ce monde à deux vitesses, une réalité qui fait honte, avec un sentiment d’admiration infinie pour tous les Zola de la terre.

     

     

      

    Merci à Babelio et aux éditions Dialogues, pour ce livre reçu dans le cadre de Masse critique.

    J'inscris cette lecture au challenge citoyen d'Itzamna.

      

    Noirs en blanc, Denis LABAYLE

      

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jane Austen
    Mercredi 22 Février 2012 à 16:59

    Je ne sais pas si cela me plairait mais je vois bien à qui l'offrir. Je le note. Merci.

    2
    Jacqueline H
    Jeudi 23 Février 2012 à 21:25

    Un beau billet ....... mais un roman qui ne me tente pas .... :-)

    3
    Samedi 25 Février 2012 à 10:58

    Une lecture bien tentante. Les livres "engagés" sont pour moi bien souvent des essais, mais je trouve que l'idée est très bonne d'aborder les choses par le biais du roman. Je vais peut-être commencer par celui-ci.

    4
    AmbroiseS
    Samedi 25 Février 2012 à 15:35

    Un récit qui devrait me plaire. Je note cette lecture pour un prochain achat ! Merci.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :