• Zebraska, Isabelle BARY

    Zebraska, Isabelle BARYMartin Leroy, quinze ans six mois et vingt-deux jours, vient de recevoir un étrange cadeau: un paquet de feuilles reliées. Il croit dabord à une farce - on ne lit plus de livres en 2050 -, mais lorsquil découvre sur la première page la dédicace À mon petit zébron Marty, il est pris dun véritable tremblement. Au risque de paraître ringard, il entame clandestinement la lecture de ce texte qui dévoile la vie mystérieuse et bouleversée dun enfant Haut Potentiel dans les années 2010 et celle de sa mère touchante et burlesque à la fois... Il comprend peu à peu quil nest pas étranger aux secrets bien gardés que renferme le récit.

    Mon avis :

    Je ne savais trop à quoi m’attendre avec « Zébraska » avant d’entendre Isabelle Bary en parler. Je savais juste que c’était son 7e roman et qu’il abordait la problématique des enfants à Haut Potentiel. J’ai appris que l’auteure a elle-même un adolescent surdoué et que ce roman a été comme une évidence pour elle à un moment donné. Un besoin d’expliquer les difficultés de ces enfants, les leurs et celles de leur entourage, un besoin de tourner une page aussi. Ce livre fut en quelque sorte, une thérapie.
    Je ne connaissais pas intimement le sujet avant cette lecture. Enseignante dans le qualifiant, je n’ai rencontré qu’un seul enfant HP durant ma carrière et assez éloigné de Thomas. J’ai donc découvert cette réalité à travers les yeux de Mamiléa, de Thomas et de Marty.
    J’ai aimé le fait que ce soit un roman, une histoire où les héros sont particuliers  (et terriblement attachants). Un roman qui se déroule en 2050, ce qui permet de porter un regard distancié sur notre époque et propose une réflexion intéressante sur le monde que nous laisserons aux générations à venir. Les difficultés de vie et d’acceptation de Thomas sont celles de tout enfant différent. Ici, c’est un HP mais la souffrance qu’il raconte, l’inadaptabilité qui est la sienne peuvent se retrouver chez des enfants dysphasiques, autistes, TDA/H... difficultés d’apprentissage que je côtoie constamment.

    Dans une classe de normo pensants, un enfant différent, quel qu’il soit, sera forcément en marge, l’action pédagogique des enseignants étant adaptée à la norme, elle souffrira donc d’une certaine inadéquation. La différenciation, bien qu’étant notre objectif, n’est pas toujours favorisée par le nombre et les multiples profils apprenants des élèves. J’imagine donc assez bien le décalage intellectuel qui doit exister entre un HP et le reste du groupe. Cela doit également affecter le fonctionnement pédagogique habituel et représenter une problématique douloureuse aussi bien pour l’enseignant que pour l’élève.

    J’ai été touchée par ce roman hors norme, par ces enfants qui pensent différemment, souffrent de synesthésie, décodent le quotidien à leur façon... Que de souffrance, que ce soit chez l’enfant ou chez la maman ! Remise en question permanente, peur du regard des autres, angoisse face à l’avenir, souffrance de l’isolement, du rejet, du déséquilibre de l’enfant, de son inadaptation... Mais malgré tout, Isabelle Bary ne nous propose pas un récit anxiogène. L’humour est bien présent, l’espoir aussi. Chaque avancée est une victoire même si on avance comme à la procession d’Echternach, s’il faut recommencer encore et encore. Elle trouve les mots justes pour décrire les situations et les émotions intenses qui traversent ce roman de part en part. Les parents concernés se reconnaissent très certainement dans ce récit et ceux qui, comme moi, le lisent en spectateur, touchent du doigt une réalité qu’ils ne soupçonnaient pas. 

    Mais ne perdons pas de vue que ce livre est avant tout un roman. Un roman qui parle aussi d’héritage, de lecture, de progrès technologiques et relationnels, d’anticonformisme... Bref, une histoire d’espérance et de foi, une belle ode à la vie et un pari réussi. 
     

    "On ne choisit pas le monde qui nous entoure, mais bien la façon de s'y promener."

     Un autre avis, celui de Nath


     

    Zebraska, Isabelle BARY

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 25 Mars 2015 à 08:29
    eimelle

    intéressant, je note!

    2
    Mercredi 25 Mars 2015 à 09:09
    Laeti

    Je l'ai acheté lors du Salon du Livre de Mons, mais je n'ai pas encore eu l'occasion de l'ouvrir. Tu me donnes très envie d'y remédier! Comme toi, je suis intriguée par le sujet, peu exploité, il me semble, en littérature.

    3
    Mercredi 25 Mars 2015 à 14:18

    Je pense le lire, j'accompagne quelques enfants EIP alors le sujet m'intéresse.

    4
    Jacqueline
    Mercredi 25 Mars 2015 à 18:31

    Voilà un billet bien tentateur ......:-)

    5
    Mercredi 25 Mars 2015 à 18:53
    6
    Pascald
    Jeudi 26 Mars 2015 à 11:19

    Une histoire qui m'a beaucoup touché, un monde que je connais de loin (un neveu est surdoué) mais que je n'imaginais pas si complexe et surtout quasiment 24h/24. Heureusement, cela finit souvent par aller mieux, après l'adolescence.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :