• Esprit d'hiver, Laura KASISCHKE

    Esprit d'hiver, Laura KASISCHKERéveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d'angoisse inexplicable. Rien n'est plus comme avant. Le blizzard s'est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant...

    Mon avis :

    J’ai rarement autant peiné à lire un roman. Reçu l’hiver dernier, je l’avais commencé de suite pour le déposer après une dizaine de pages, trouvant l’histoire un peu décousue. Elu livre du mois par mon club de lecture, je l’ai repris ce mardi. Libérée des contraintes professionnelles, je me disais que je serais plus disponible, plus à même de me concentrer sur ce récit. Et j’ai tenu bon 120 pages malgré mes réticences, malgré ma lassitude, agacée par les nombreuses redites, le style haché et la lenteur de la progression de l’intrigue. Mais arrivée là, je n’ai pu achever qu’en lisant en diagonale, allant jusqu’à sauter des passages entiers.

    Laura Kasischke tente de créer un huis clos oppressant en nous enfermant, un jour de Noël, dans une maison isolée par une tempête de neige. Holly et sa fille Tatiana y attendent la famille dans une ambiance glaciale et tendue comme il peut en exister entre une mère un peu trop protectrice et une adolescente de 15 ans. Alternant souvenirs et progression de la journée (où rien ne se passera comme prévu), l’histoire interpelle et intrigue.
    Hélas, là ou certains ont perçu une tension grandissante, un suspens à couper le souffle, j’ai surtout ressenti un réelle ennui face à la construction de l’histoire, aux digressions et au style adopté par l’auteur. Ayant aimé « En un monde parfait », je m’attendais à adhérer à celui-ci et j’ai été déçue que ce ne soit pas le cas.
    D’autres s’extasient sur les réflexions existentielles que l’auteur glisse à propos de l’adoption, l’amour maternel, l’enfant rêvé... J’ai trouvé tout cela terriblement creux.
    Le dernier quart du roman se veut une révélation et apporte effectivement un éclairage à toutes ces redites mais cela ne m’a pas fait oublier la pénibilité de la lecture.

    Cherchant quand même une note plus positive, je retiendrai la tendresse d’Holly face au souvenir de sa rencontre avec sa fille et les terribles conditions de vie des enfants dans les orphelinats sibériens. Cette partie est d’ailleurs édifiante.

    Bref, ce livre est ma plus grande déception de l’année. Libre à vous de vous faire un avis personnel mais je ne vous y encouragerai pas.

     

     Esprit d'hiver, Laura KASISCHKEEsprit d'hiver, Laura KASISCHKE

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Asphodèle85
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 07:29
    Asphodèle85

    Ce livre a beaucoup divisé la blogo ! Tu n'es pas la seule à ne pas avoir aimé... J'avais été très très déçue par Les revenants alors que j'avais beaucoup aimé "Un oiseau blanc dans le blizzard" donc je ne lirai pas cette auteur de sitôt... Du moins pas ses livres "longs"...

    2
    Jacqueline
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 07:38

    Un roman que je ne tenterai même pas ..... De cette auteure, j'ai lu "A moi pour toujours" et je n'ai adhéré ni à l'écriture ni à l'histoire ...... La lassitude aidant, je l'avais même terminé en diagonale ...... Bref, une auteur qui n'est pas pour moi ......

    3
    Cajou
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 08:38

    J'ai lu "Rêve de garçons" de cette auteur.... un roman que j'ai trouvé nullissime alors ton billet sur celui-ci ne va pas me donner envie de retenter un autre :p

    4
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 12:42

    Flûte, on doit me prêter ce roman prochainement. Bon, je sais à quoi m'en tenir... Bonne journée.

    5
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 14:31

    Tout comme toi j'avais eu bien du mal à comprendre ce que l'on pouvait bien trouver de si fabuleux à ce livre. Il faudra d'ailleurs que je retente un autre Kasischke !

    6
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 15:34

    Deux Kasischke, deux huis clos mère fille. A-t-elle écrit autre chose que je teste ?

    7
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 16:08

    Je te rejoins tout à fait :-)

    8
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 19:45

    Un roman qui divise, et plus généralement une auteure et un style qui divisent : c'est souvent quitte ou double. Pour ma part, ça a très bien fonctionné jusqu'à présent.

    9
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 21:39

    Je ne peux pas dire que ce fut une grande déception pour moi ou alors j'ai oublié. Une chose est sûre : je n'ai pas oublié l'histoire ce qui est rare. 

    Bonne fin de semaine. 

    10
    Vendredi 19 Décembre 2014 à 07:07
    eimelle

    j'ai eu un avis mitigé sur celui-là également, j'ai préféré les Revenants.

    Bonne journée!

    11
    Samedi 20 Décembre 2014 à 11:20
    George

    Je suis assez d'accord avec toi concernant le style, les redites et le suspens. La fin m'a déçue, j'ai eu l'impression que l'auteur cherchait à se dépatouiller des incohérences du récit et je n'ai pas eu le choc de la révélation. Comme toi ce que j'ai préféré dans le roman reste les passages concernant les conditions de vie des enfants dans les orphelinats !

    12
    Nadège
    Dimanche 21 Décembre 2014 à 18:03

    Pour ma part, je suis restée perplexe tout au long de ma lecture et je le suis encore. Les nombreuses redites m'ont en effet agacée et j'aurais fait pas mal de coupes et de remaniements, mais je suis curieuse de découvrir un autre roman de l'auteur pour me faire une meilleure idée quant à son univers et son écriture... Mais il ne sera pas dans mon top :-)

    13
    Lundi 22 Décembre 2014 à 17:37
    Noukette76

    Bon, je suis prévenue mais j'ai quand même envie de tenter... à mes risques et périls ! ;-)

    14
    Lundi 22 Décembre 2014 à 18:35
    15
    Mardi 23 Décembre 2014 à 20:28
    Alex-Mot-à-Mots

    Une grande déception, à ce point ?!

    16
    Mardi 23 Décembre 2014 à 22:13

    Oui Alex. J'avais bien aimé "En un monde parfait" et espérais beaucoup de celui-ci. Mais on y retrouve le même huis clos, la même relation mère-fille et une écriture abrutissante. Et même si les dernières pages donnent une autre dimension à l'histoire, elles ne font pas oublier le style des trois cents premières pages.

    17
    Mercredi 24 Décembre 2014 à 11:52

    et bien ... voila un avis tranché... j'avais bien aimé moi, surement parce que ma bétise m'avait empéchée d'anticiper la fin !

    18
    Mercredi 24 Décembre 2014 à 12:09

    Pourquoi "bêtise" ? Il n'était pas pour moi, c'est tout.

     

    19
    Dimanche 28 Décembre 2014 à 14:26

    en fait je disais que , dans mon cas ( je ne vous accuserai jamais d'être bête ou quelque chose du genre!!!!!!!!!!!!!!!) , ma bêtise m’avait empêchée de voir plus loin que le bout de mon nez et de saisir ce qui ce jouait... je me suis laissée happée par l'histoire et menée en bateau jusqu'à la dernière page.... Je n'ai rien vu venir!

    Excusez moi de m'être si mal exprimée!

    20
    Dimanche 28 Décembre 2014 à 15:33
    21
    Lundi 29 Décembre 2014 à 09:47

    ayant adoré "en un monde parfait" de cet auteur, comme toi, j'attendais autre chose de ce livre, j'ai été déçu, ne comprenant pas ce qu'il s  passait, je suis passé à coté

    22
    Lundi 27 Juillet 2015 à 20:42

    J'arrive un peu après la bataille et me demande encore comment j'ai pu rater ce livre aussi longtemps. Si je comprends, et partage, la critique sur la longueur, j'ai cependant beaucoup apprécié ma lecture. J'ai été entraînée dans ce huis-clos oppressant, j'ai été intéressée par les passages tournant autour de l'adoption et j'ai été touchée par la description des relations mère-fille. Bref, une belle lecture pour moi, et j'espère la découverte d'une auteure que je recroiserai sûrement. Peut-être avec En un monde parfait...

     

    23
    Lundi 27 Juillet 2015 à 21:02

    J'ai de loin préféré "En un monde parfait" J'espère qu'il te plaira. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :