• Mãn, Kim THUY

    Mãn, Kim THUYOrient-Occident. Saïgon-Montréal. C’est le parcours de Mãn, une jeune femme que sa mère a voulu protéger en la mariant à un restaurateur vietnamien exilé au Québec. Mãn a appris à grandir sans rêver, à vivre transparente. Mais en cuisine, lorsqu’elle réinterprète les recettes toutes simples de son enfance, les émotions se déploient. Un bouillon à la tomate rappelle les déchirements d’un peuple, un dessert rapproche deux cultures, et l’art d’émincer le piment en dit long sur celui de la séduction…

     

    Mon avis :

     

    Mãn, qui signifie « parfaitement comblée », est avant tout une histoire de femmes. Celle d’un bébé abandonné par sa trop jeune mère, recueillie par une moniale et élevée par une enseignante. Celle de Julie, son amie, sa sœur, qui va lui offrir une nouvelle vie après avoir découvert ses talents culinaires et celle des femmes vietnamiennes éduquées dans les traditions, la pureté et l’abnégation qui doivent « guider l’âme vietnamienne ».

    Ce deuxième roman de l’auteur raconte avec pudeur et poésie la vie d’une jeune Vietnamienne mariée à un Vietnamien de Montréal, qui tient un petit restaurant traditionnel. Chez Kim Thuy, il y a toujours un peu d’autobiographie dans les romans qu’elle écrit. Mãn raconte un parcours de vie, une éducation dans l’Asie traditionnelle patriarcale, une vie en marge du schéma traditionnel et une volonté de choisir sa vie et son destin malgré les difficultés.

     

    La langue est musicale, sensuelle et les chapitres courts, dont les titres sont donnés dans les deux langues, donnent un rythme enlevé à la lecture. Pourtant, on s’arrête, on goûte une description, on y revient, on la relit pour en savourer les parfums et les couleurs. Kim Thuy manie à merveille les métaphores et l’inférence décrivant ainsi, avec beaucoup de pudeur, les sentiments ressentis.

     

    J’ai adoré ce récit subtile, sensible qui conte un quotidien rude, douloureux parsemés de petits bonheurs - même s’ils sont parfois amers – et questionne le déracinement et la construction de soi dans une double culture.

    Un roman paru en 2013 après le succès de « Ru » et avant « Vi ». A lire absolument.


    Mãn, Kim THUY 

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Novembre à 11:13
    Anne

    Je ne l'ai pas encore lu, c'est une vraie lacune ;-)

      • Lundi 1er Novembre à 11:15

        Oui car c'est très beau. Je crois que c'est mon préféré.

    2
    Mercredi 3 Novembre à 09:33
    eimelle

    il a l'air très intéressant! 

      • Mercredi 3 Novembre à 10:19
        Argali
        Oui, il l'est. C'est une photographie d'époque et une tranche de vie intéressante.
    3
    Mercredi 3 Novembre à 22:28
    gambadou

    Pas lu encore, je note.

      • Vendredi 5 Novembre à 01:37
        Argali
        Il te plaira.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :