• Elise, Marcel SEL

    Elise, Marcel SELDepuis la fin de la seconde guerre mondiale, François est obnubilé par la dernière phrase prononcée par Elise May, son amour de jeunesse. Celle qui lui avait dit sa haine du Führer quelques semaines auparavant, a crié avec conviction « Heil Hitler » un soir de janvier 1945, avant de poser son front contre l’arme du soldat de l’armée rouge qui lui fait face, prêt à l’abattre. François a besoin de comprendre ce cri. Quarante ans plus tard, il décide de refaire le voyage jusqu’à la « Tanière du Loup » où Elise fut une des goûteuses du dictateur. 

     

    Mon avis :

     

    Un sentiment de malaise m’a étreinte dès le début de ce roman. Le sujet était dur, je le savais avant de commencer ma lecture mais j’en ai lu d’autres sur le sujet. Non, il y a autre chose…

    Quinze, quatorze, treize… on comprend assez vite que les jeunes femmes dont on parle sont de moins en moins nombreuses. Ces quinze-là sont les goûteuses d’Hitler. Lorsque les Russes ont envahi l’Allemagne, elles ont été abandonnées par les Nazis et sont tombées aux mains de l’Armée rouge. Battues, torturées, violées… elles subiront les pires exactions avant d’être tuées comme le fait comprendre ce compte à rebours. Elise est l’une d’entre elles. Le récit nous raconte son parcours et celui de son fiancé qui, quarante ans plus tard, fera le voyage en RDA, sur les traces de la disparue afin de comprendre.

     

    J’ai aimé découvrir Rosa, le précédent roman de Marcel Sel. J’ai beaucoup moins goûté celui-ci que j’ai fini par lâcher presqu’aux deux tiers du récit. J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans le récit. Le changement d’époque d’un paragraphe à l’autre par exemple est déstabilisant. Puis la violence décrite dans les moindres détails, le voyeurisme que cela engendre malgré nous m’ont donné plus d’une fois la nausée. L’atrocité de la vie des goûteuses, les soldats sautant sur les mines, le quotidien des prisonniers… c’était trop. Et la poésie qui parfois affleure entre deux descriptions sordides m’a paru déplacée.

    Certes, je me doutais que parler d’endoctrinement, de guerre, de vengeance… n’offrait pas un tableau impressionniste aux couleurs diaphanes. Mais trop de cruauté, de langage cru, de scènes horribles voire complaisantes m’ont fait abdiquer avant la rédemption, le pardon, la compassion.

    Certains me disent que je suis passée à côté d’un bon roman. Tant pis. Il n’était pas pour moi.

     

     Elise, Marcel SEL

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :